LE FIL

Produits oenologiques

Neuf nouveautés pour les vendanges 2019

Mardi 25 juin 2019 par CS, BC et CFG
Article mis à jour le 03/07/2019 11:09:08

Le Multivinimix de la société Sthik sert à réhydrater les levuresLe Multivinimix de la société Sthik sert à réhydrater les levures - crédit photo : BC
Les fournisseurs de produits oenologiques lancent plusieurs nouveautés pour les vendanges 2019. Petite sélection

Sthik réhydrate les levures

Le Multivinimix est un réhydrateur de levures. C’est une cuve ouverte de 300 1 en inox, avec une pompe, un agitateur, une résistance chauffante, un thermostat et des raccords. Cette petite cuve peut aussi servir à la préparation de collages, à ajouter du sulfate d’ammonium ou à la chaptalisation.

L’intérêt ? « Les gens en ont marre de réhydrater les levures dans des seaux. Nous leur apportons une solution plus pratique, avec moins de manutention. Une fois les levures réhydratées, on les envoie directement dans les cuves de fermentation », explique Marc Lefébure, directeur de Sthik, connu pour ses bennes et conquets à vendange.

Le principe : on introduit de l’eau dans le Multivinimix. Une règle plaquée à l’intérieur de la cuve permet de mesurer le volume. On réchauffe l’eau à 37 °C puis on ajoute les levures tout en brassant le mélange avec la pompe intégrée à l’équipement. Après une trentaine de minutes, on incorpore progressivement du moût pour acclimater les levures. Puis on injecte le tout dans une cuve. Il n’y a pas de temporisateur. C’est l’opérateur qui enclenche toutes les unes après les autres les différentes phases d’un cycle de réhydratation. Pour le lavage, le Multivinimix est équipé d’un pistolet.

Le prix : 5 400 €

Erbslöh Un effet « sur lies » dès la fin de la FA

«Manno Release est bien adapté aux vins primeurs ou de mise en marché rapide puisque qu’il permet de travailler la rondeur et le volume dès le début de la fermentation alcoolique », affirme Lorraine Dumont, responsable Innovation et œnologue chez Erbslöh. Ce produit s’emploie entre 10 et 30 g/hl au début de la fermentation pour apporter « un effet sur lies » dès la fin de la fermentation. « Il apporte de l’onctuosité et de la longueur en bouche aux blancs et aux rosés. Il diminue la sensation d’astringence et apporte de la complexité aux vins rouges issus de macération traditionnelle. » Un remontage d’homogénéisation est nécessaire à une bonne efficacité. Manno Release contient des écorces de levures et une enzyme de type béta-glucanase.

Prix : non communiqué

Erbslöh Une enzyme pour des rosés pâles

Trenolin Rosé est une enzyme liquide de pressurage dédiée à l’élaboration des rosés pâles. Elle s’utilise aussi pour obtenir des jus blancs à partir de cépages noirs. Selon Erbslöh, elle favorise la libération des jus et des précurseurs aromatiques tout en respectant la structure de la pellicule pour limiter l’extraction des anthocyanes. Cette enzyme est efficace à faible dose : 2 à 3 ml pour 100 kg de vendange et à une température de 15 à 17 °C. Elle n’a pas d’activité secondaire cinnamyl estérase. Elle s’incorpore avant le pressurage.

Le prix : non communiqué

 

IOC Du chitosane pour clarifier et adoucir

IOC lance deux produits à base de chistosane, Qi up XC et Qi Fine. Le premier est un adjuvant de collage pour la flottation des moûts blancs, rosés et rouges de thermotraitement, préalablement dépectinisés. Il présente une grande affinité avec les particules en suspension et optimise le potentiel aromatique des blancs thiolés. Il s’emploie entre 3 et 5 g/hL avec une agitation constante en cours d’utilisation.

De son côté, Qi Fine est une association de chitosane et de protéine de pois qui élimine les composés phénoliques impliqués dans l’oxydation et corrige l’amertume et l’astringence des vins. Cette préparation, en poudre ou liquide, s’utilise pendant le débourbage durant la fermentation alcoolique, entre 10 et 50 g/hL sur moûts blancs et rosés. Elle améliore la filtrabilité et stabilise la couleur des vins rouges.

Prix : entre 35 et 40 € le kg pour Qi Fine et entre 48 et 58 € le kg pour Qi Up XC selon le conditionnement

IOC Du gluthation contre l’oxydation

IOC distribue Glutastar de la société Lallemand. Il s’agit d’une levure inactivée à teneur garantie en glutathion réduit. Ce produit protège les moûts blancs et rosés de l’oxydation. Il favorise l’expression des arômes et la fraîcheur. Il préserve les thiols et les esters. Il augmente le volume en bouche des vins blancs et rosés. Glutastar s’incorpore sur la vendange ou dans le moût avant le début de la fermentation alcoolique, à la dose de 20 à 40 g/hl selon l’effet recherché.

Prix : 35 €/kg en moyenne

Laffort Un copeau pour des vins gourmands

Nobile Sweet Vanilla est un copeau élaboré à partir d’une sélection de chênes français et d’un procédé de chauffe de très haute précision. Il confère de la sucrosité en attaque. Il procure une intensité aromatique vanillée très fraîche tout en respectant le fruit. Il gomme le caractère végétal. Il s’utilise en vinification ou lors de l’élevage, aussi bien sur vins blancs que sur vins rouges à la dose de 0,5 à 1 g/l pour les vins blancs et entre 3 et 6 g/l pour les rouges. Il est vendu sous forme de granulars (2 à 7 mm) ou de copeaux (7 à 15 mm) en sac de 15 kg contenant deux filets de 7,5 kg.

Prix : non communiqué

Seguin Moreau : des copeaux pour tous les goûts

Seguin-Moreau complète sa gamme de copeaux avec Oenofirst Maximus co-brandé avec l’ICV, et Oenochips Exception. Le premier est destiné aux vins de presse et aux vinifications en phase liquide. Il est issu à 100 % de chêne américain en partie non chauffé, en partie chauffé. Il enrobe les tanins et gomme les notes végétales des presses. Il apporte des notes vanillées et de noix de coco, de la douceur et de la sucrosité. Il se présente sous la forme de briquettes qui s’hydratent au contact du moût. Son action est rapide : en 10 jours, il révèle tout son potentiel.

Oenochips Exception est un copeau pour l’élevage des vins blancs, rosés ou rouges. Il n’est composé que de bois frais de chêne sessile français qui a séché durant 3 à 5 ans. « Il apporte beaucoup de sucrosité. Son développement fait suite aux travaux qui ont montré l’effet sucrant du chêne sessile », explique Thomas Oui, œnologue-consultant à l’ICV qui le distribue sur la zone méditerranéenne. Ce copeau apporte de la sucrosité mais pas de notes boisées. Il gomme les notes végétales. Il s’utilise à 1 g/l pour les blancs et les rosés et entre 3 et 5 g/l pour les rouges. Son temps de contact est d’environ 2 mois. Il est vendu en sac à infuser de 9 kg. 

Prix : Oenofirst Maximus 104 € HT la boîte de 12 briquettes à l’ICV Oenochips Exception 86,50 € HT le sac de 9 kg à l’ICV.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé