LE FIL

Palmarès

Le jury du salon Sitevi 2019 décerne 19 médailles

Mardi 24 septembre 2019 par Vincent Gobert/Claire Furet-Gavallet
Article mis à jour le 25/09/2019 10:17:40

Sitevi 2017
Sitevi 2017 - crédit photo : Sitevi
Au palmarès de l’édition 2019 du concours des innovations du Sitevi dévoilé le 24 septembre figurent 2 médailles d’or, 5 d’argent et 12 de bronze. Le numérique et la protection sanitaire occupent une large place.

Médailles d’Or

 

New Holland accélère dans la polyvalence

Le Sitevi récompense d’une médaille d’or New Holland pour l’évolution de son logiciel de bord intelliview IV équipant toute sa gamme d’automoteurs. Désormais, quelle que soit la marque et l’outil attelé, l’enjambeur en norme Tier IV pourra être en capacité de le reconnaître. New Holland appelle ce système “polyvalence à la demande”. L’outil devient pilotable à l’aide de la poignée multifonction en cabine. Le conducteur visualise à l’écran le dessin de la poignée avec l’attribution des fonctions. Aucun boîtier n’est ajouté. Deux possibilités sont proposées. Soit l'outil est fournit par l'un de ses deux partenaires, comme Berthoud, avec par exemple le pulvérisateur Cruis'air ou Provitis et sa gamme Oméga. La technologie d'accouplement est alors plug and play. Soit c'est un outil d'une autre marque. Charge alors au concessionnaire de s’occuper des connexions. Le système gère 12 sorties électriques, 12 à 28 sorties hydrauliques et 12 capteurs. Une fois l'outil configuré, à chaque connexion qui suivra, la machine le reconnaîtra. Chaque machine peut mémoriser jusqu'à 12 outils. La polyvalence à lademande comprend aussi un volet sécurité du conducteur. L’outil pourra par exemple être automatiquement arrêté dès que le conducteur quittera son siège. Mais avec ce développement, New Holland vise surtout le pilotage séquentiel automatique des outils en bout de rang. 

 

Prix NC - https://agriculture.newholland.com

 

 

 

 

Sun Agri invente le viti-voltaïsme

Déjà connu pour l’ha couvert sur le domaine de  Nidolères, à Tresserre, dans les Pyrénées-Orientales, Sun Agri reçoit une médaille d’or du Sitevi pour ses derniers développements de toitures solaires amovibles disposées au-dessus des vignes, dont le dernier, à Piolenc (84). L’entreprise installe désormais des panneaux bi-faces pour capter en plus le rayonnement diffus. De plus, elle fait évoluer les algorithmes commandant l’orientation des panneaux en fonction des cépages situés en-dessous. Enfin, l’axe de rotation des panneaux évolue. L’angle passe de 70° à +/- 90° maximum. L’effacement des panneaux peut être total. Des motoréducteurs électriques remplacent les vérins linéaires électriques. La structure est repensée pour supporter des filets paragrêles et le palissage.

 

Budget pour le système installé à Tresserre : environ 4 M€ - https://sunagri.fr/

 

 

 

 

Médailles d’argent

 

Pellenc automatisme le combiné

Le jury du Sitevi récompense le constructeur vauclusien pour la capacité des porteurs Multifonction à utiliser deux outils différents en fonctionnement automatique simultané sur deux rangs complets. L’objectif est de rendre plus facile, simple et sécurisé le pilotage de travaux combinés Pour arriver à ce résultat, Pellenc a dû modifier l’hydraulique et l’électronique de ses porteurs. Le conducteur peut ainsi définir les automatismes qu’il souhaite pour la gestion des outils sur le pupitre de commandes. Celle-ci se pilote en continu au joystick. Il suffit par exemple d’appuyer une première fois sur le bouton de commande pour déclencher le séquençage de mise en route, mise en largeur de travail et abaissement du niveau de coupe de l’écimeuse qui se trouve à l’avant. Si l’on appuie une deuxième fois, c’est par exemple l’outil arrière qui est commandé, avec descente des bras de relevage, recentrage, mise en route de l’outil, etc. C’est l’opérateur qui décide des déclenchements d’automatismes en fonction de la progression en entrée ou en bout de rang. 

 

Prix NC - https://pellenc.com/

 

 

 

L'Irstea confine les traitements

 

« Avec Bliss, nous avons voulu confiner les traitements », expose Vincent de Rudnicki chercheur à Irstea, à l’origine de ce pulvérisateur inédit. En guise de descentes, deux anneaux tout en hauteur sont placés de part à d’autre du rang. Un puissant souffle d’air, mince comme une lame, sort de ces anneaux pour confiner le traitement tout en l’entrainant vers la végétation par effet venturi. Les pertes dans l’air et au sol sont inférieures à ceux des panneaux récupérateurs. Bliss consomme peu d’énergie et est peu encombrant. 

 

 

 

L'IFV labellise les pulvés

Dévoilé au mois de juin, le LabelPulvé doit bientôt s’afficher sur la plupart des pulvérisateurs. La démarche est que le viticulteur puisse identifier la qualité de traitement d’une machine. Pour cela, des notes A+, A, B et C sont attribuées pour 3 types de buses équipant le pulvérisateur et pour 3 stades de développement de la vigne. L’écusson comporte donc jusqu’à 9 notes. Elles signifient respectivement un maintien du niveau de dépôt du produit de référence avec une réduction de dose possible de 50 %, un maintien du niveau de dépôt de référence avec une réduction de dose possible de 30 %, pas de réduction de dose systématique possible pour le maintien du niveau de dépôt de référence et enfin pas de réduction de dose possible et un niveau de dépôt de référence non atteint. LabelPulvé est un processus volontaire. Le constructeur peut afficher les notes où il le souhaite. La labellisation est basée sur les mesures réalisées sur le banc d’essai EvaSprayViti, à Montpellier.

 

 

 

Parsec SRL automatise les bulles

AphroMate-Plus est un système de contrôle qui automatise la vinification des vins effervescents en cuve close selon la méthode Charmat. Déjà cité au Vinitech 2016 avec AphroMate, le système AphroMate-Plus suit la densité du vin, par mesure du CO2 produit. Il surveille la montée en pression de la cuve, gère la micro-oxygénation et injecte les nutriments nécessaires à une bonne prise de mousse avec une pompe doseuse. Cette technologie peut être installée sur une cuverie d’autoclaves existante. « Notre système est déjà installé sur une trentaine de cuves en Italie pour l’élaboration du prosecco » précise Mathieu de Basquiat, directeur technique « Leur process est répétitif. Une cuve est remplie environ 20 fois dans l’année et ils amortissent l’installation en 6 mois »

 

Prix : NC – Site : www.saen5000.com

 

 

 

Innesens amplifie les motifs

La société Innesens, spécialisée dans l’étiquetage, appose une lentille sur ses étiquettes pour augmenter la profondeur de champ d’un motif, blason, ou zone souhaitant être mise en avant. Nommé Lentille de Fresnel, ce film spécial est déposé à chaud sur une partie ronde, ovale ou carré de l’étiquette. « La lentille fait 55 mm de diamètre. A l’intérieur, nous apposons d’autres lentilles avec des diamètres plus petits pour augmenter l’effet loupe » explique Christelle Dubois. Le motif doit donc rentrer dans la lentille de 55 mm. « Nous pouvons faire plus petit mais on perd un peu l’effet d’optique ». Pour ce faire, les machines de dorure doivent être équipées d’un spot de repérage permettant une pose précise du film, « ce que tout le monde n’a pas ». Un minimum de commande de 1 000 étiquettes est requis.

 

Prix : NC – Site : www.inessens.fr

 

 

 

Médailles de bronze

 

Felco vous passe le bracelet électronique

Le spécialiste suisse de l’outillage professionnel est récompensé par le jury pour un boîtier connecté porté au poignet, à la ceinture ou dans un véhicule, assorti d’une application web. Comme son nom l’indique, “Digivitis” est renseigné à la main. Il permet d’enregistrer des tâches et des observations géoréférencées. Ces informations sont transmises en temps réel à l’application Digivitis grâce à une connexion cellulaire. Le boîtier permet aussi à l’utilisateur de recevoir des tâches à effectuer. L’application propose une vue globale des informations enregistrées et des alertes sur des incidents ou des évènements liés à des maladies, des manquants, etc. L’application est donc une OAD dans le sens où l’analyse des données collectées sur le terrain permet de prendre des décisions en temps réel. Elle est aussi un outil devant simplifier les tâches et assurer de la traçabilité.

Prix NC - https://www.felco.com/

 

 

 

Same Frutteto CVT à 4 roues directrices

La récompense pour un tracteur vigneron revient au Same Frutteto CVT pour le système de direction sur les quatre roues appelé ActiveSteer. Dérivé des chargeurs téléscopiques, les 4 roues directrices ont pour conséquence la possibilité d’offrir 4 modes de direction pour s’adapter à toutes les situations. On peut ainsi conduire de façon standard à deux roues directrices, en marche en crabe, en mode proportionnel pour l’engageant du braquage des roues arrière ou en mode retardé avec un décalage du braquage des roues arrière de quelques secondes pour accompagner les outils traînés. Cette innovation s’ajoute à la transmission à variation continue arrivée il y a presque un an et au pont avant suspendu ActiveDrive.

Prix NC - https://www.same-tractors.com

 

 

 

Agrauxine : un biofongicide contre le botrytis

 

Julietta est un antibotrytis de biocontrôle à base de levure S. cerevisiae vivante souche LAS02. Il agit par compétition spatiale et nutritive. Il s’utilise à la dose de 2,5 kg/ha. Selon Agrauxine qui le commercialise il est souple d’emploi. Selon ses premiers utilisateurs, il présente une efficacité intéressante.

 

 

 

L’IFV prédit la date de traitement

 

Decitrait de l’IFV est un outil d’aide à la décision qui donne la date du prochain traitement et la dose de produit à utiliser pour lutter contre le mildiou, l’oïdium, le black-rot et le botrytis. Il sert aussi à la traçabilité des traitements. Paramétrable, il peut être utilisé aussi bien par les viticulteurs conventionnels que par les bios. Les essais ont montré qu’avec cet outil les viticulteurs peuvent réduire de 30 à 50 % les doses tout en sécurisant leur récolte. Decitrait est commercialisé via différents partenaires comme Weenat ou Fruition. 

 

 

 

Aquadoc ouvre les vannes

L’automatisation arrive dans les réseaux d’irrigation. Aquadoc est récompensé pour le système Andromède de planification et de gestion de la ressource en eau pour un groupe utilisateur. Le but est de ne pas surconsommer la ressource et de permettre une répartition équitable. En amont, l’administrateur du réseau définit les règles d’allocation des volumes par parcelle et par adhérent. Cela permettra au logiciel de gérer les priorités pendant la saison. Les utilisateurs formulent leur demande d’eau pour une large période ou ponctuellement. Au jour le jour, le logiciel pilote ensuite l’ouverture et la fermeture des vannes. Des capteurs connectés mesurent les quantités d’eau utilisées sur chaque parcelle. Cela permet d’avoir un historique des prélèvements.

Prix NC -  http://www.aquadoc-sud.fr/

 

 

 

Airtech pilote les gaz

Gazy est une application pour smartphone qui permet de connaître le débit d’azote qu’il faut injecter pour décarboniquer (ajuster le CO2 dissous) ou désoxygéner (ajuster l’O2 dissous) les vins. Airtech – Oenomeca qui a développé l’application va y ajouter d’autres fonctions comme l’optimisation du balayage d’une cuve pour un inertage à l’azote et le pilotage passif en élevage des taux de CO2 dans les vins. L’application Gazy peut être incluse dans le Contrat de maintenance des Générateurs d’azote Nitréo, ou directement téléchargeable sur Google Play ou l’App Store au prix de 22 € HT/ Mois. Depuis son lancement l’an passé, Gazy a déjà été téléchargée 200 fois.

 

 

 

BM emballage automatise la coupe des greffons

BM emballage a développé pour les pépiniéristes la machine BM76G. Elle permet de couper automatiquement les sarments de vigne pour obtenir des greffons calibrés et contrôlés. L’opérateur introduit le bois nettoyé dans la machine. Une caméra assure alors une reconnaissance périphérique de la branche et repère la position des yeux pour que la machine réalise les coupes au bon endroit. Une fois coupés, les greffons passent sous une autre caméra qui analyse la colorimétrie du bois pour déterminer sa qualité. Les greffons non conformes sont évacués dans un contenant à part. Ceux conformes sont triés dans trois bacs selon leur taille. La machine a un débit de 76 greffons qualifiés par minute. Un seul opérateur est nécessaire pour alimenter la machine et récupérer les greffons.

 

Prix : 46 000 €

 

 

 

Bucher-Vaslin presse comme jamais

Maestro est le premier pressoir pneumatique entièrement automatique du marché. Remplissage, pressurage, vidage, lavage, il s’occupe de tout. Pour le remplir, des capteurs de niveaux sont présents pour éviter les débordements. Les quatre pesons, fixés aux pieds du pressoir, pèsent la vendange puis, couplés à un débitmètre, calculent le rendement d’extraction au cours du pressurage. Il peut fonctionner sans opérateur puisqu’il lance seul les quatre phases selon les programmes enregistrés. Il augmente donc le débit des ateliers de pressurage et assure la traçabilité. « Il réduit les temps morts dû au contrôle manuel du pressurage. Les gains moyens sont de l’ordre de 15 minutes pour des cycles complets de 3 heures » précise Bucher-Vaslin. Sans compter le travail de surveillance de l’opérateur qui peut être employé sur d’autres opérations de vinification.

 

Prix : non communiqué - Site : www.buchervaslin.com

 

 

 

Pera Pellenc injecte dès le pressoir

Déjà primé au Vinitech 2016 pour sa gamme de pressoirs Smart Press, la société Pera-Pellenc fait évoluer son système d’injection de SO2 au pressoir. « Nous souhaitons offrir à nos utilisateurs la plus large plage d’utilisation de produits possibles dès le pressoir » explique Stéphan Cottenceau. Pour cela, les tuyaux du système et le débit de la pompe ont été revus pour permettre l’injection de colles végétales, d’enzymes, d’antioxydants, qui ont des viscosités différentes. « Cela permet aussi de réduire les doses de SO2 » explique le responsable. Les injecteurs sont présents sur toute la longueur, à l’intérieur du pressoir, au niveau des grilles. « Nous sommes les seuls constructeurs à proposer ce système d’injection ». Les paramètres du système se pilotent sur l’écran de contrôle du pressoir.

 

Prix : NC -- Site : www.perapellenc.com

 

 

 

Michael Paetzold oxyde les moûts

Apporter de l’oxygène au moût permet de mieux maitriser par la suite l’oxydation prématurée des vins. C’est sur ce constat que la société Michael Paetzold lance son unité d’oxydation contrôlée des moûts. Sur blanc ou rosé, dès la cuve de débourbage, le moût passe dans l’unité et une quantité connue d’O2 issu de l’air ambiant filtré stérile lui est injecté. « Dès que la cuve est pleine et avant le débourbage, on raccorde l’appareil aux deux connectiques du bas de la cuve » explique Jean-Sébastien Laronche « Le vigneron peut aussi refroidir sa cuve en même temps. L’unité calcule la dose d’O2 apportée en fonction de la température. » Elle ne doit cependant pas être en dessous de 12°C pour permettre les réactions enzymatiques. Il n’y a pas de valeur minimum ou maximum de NTU requise. En deux heures, 200 hL de moût sont traités.

 

Prix : 20 000 € -- Site : www.michaelpaetzold.com

 

 

 

Gai France met le vin en canettes

Le monobloc MLE 4441 CAN de Gai France permet d’embouteiller son vin tranquille ou pétillant dans des canettes en aluminium, surtout demandées aux USA. Il se compose d’une rinceuse, d’une tireuse électropneumatique à haute pression, d’un distributeur de couvercles avec injection de gaz et d’une sertisseuse mono-tête. Le bec de la tireuse, électropneumatique et spécifique à la canette, injecte du gaz neutre pour inerter le contenant. La société assure un espace de tête pauvre en oxygène. La machine gère toute seule son nettoyage, qui, selon Gai France, permet d’économiser de l’eau comparé à un lavage manuel. 750 à 1200 canettes de 33 cl sont remplies par heure.

 

Prix : NC – Site : www.gaifrance.fr

 

 

 

La belle poire Fred

Si l’on avait tendance à l’oublier, le jury nous le rappelle avec cette récompense : le Sitevi est aussi un salon dédié aux productions de fruits et légumes. Voilà donc la poire “CH201 C.O.V.”, nouvelle variété bicolore “au beau blush rouge sur fond vert et jaune”. Distribuée sous la marque “Fred”, la poire doit palier une offre “figée” depuis plusieurs années, une clientèle “vieillissante” et des surfaces en berne. Elle est décrite comme “ferme, presque croquante, et bien juteuse, avec un bon taux de sucre et une légère astringence”. 

 

 

 

Poire ou vin, à vos palais !

 

Rendez-vous du 26 au 28 novembre 2019 au parc des expositions de Montpellier !

 

 

 

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé