X

 
Crédit photo : Philippe Laurençon
Delphine et Benoît Vinet
Les pionniers de l’agroforesterie
 

Elle travaillait dans la fonction publique en Charente-Maritime, lui était chef de culture. Il y a bientôt 20 ans, Delphine et Benoît tombent sous le charme de 8 hectares de coteaux vierges, à Lapouyade, en Gironde. Le couple s’y installe pour y créer un vignoble conduit de manière écologique avec du « bon sens paysan ». Loin des codes bordelais, les nouveaux vignerons plantent 6 600 pieds/hectare de merlot taillé en cordon de Royat et tressé, des haies, et quelques arbres fruitiers. La Ligue de Protection des Oiseaux (LPO), le Groupe Chiroptères, Arbres et Paysages 33 et l’Office Insectes Environnement les accompagnent.

Benoît Vinet troque le labour contre l’enherbement naturel et les semis de couverts. Il tond très peu l’inter-rang, « pour avoir un maximum de fleurs et de graines qui alimentent la faune ». Le domaine Emile Grelier devient un laboratoire pour l’agroforesterie et la biodiversité quand il accueille à partir de 2014 les scientifiques des projets Vitiforest et Vitichiro. Il abrite aujourd’hui 570 arbres, 6 mares, 50 nichoirs, 15 plaques à serpents, 7 cabanes à hérissons, 10 gîtes à chauve-souris et 4 hôtels à insectes. Le centre d’études spatiales de la biosphère de Toulouse étudie ses microclimats.

Benoît et Delphine espèrent réussir à atténuer les effets du réchauffement climatique pour continuer à cultiver le merlot dont la cuvée très appréciée par les journalistes a trouvé son public. Les Vinet ne reçoivent pas que des scientifiques. Tous les étés, ils proposent un parcours pédagogique au grand public. Les scolaires découvrent leur domaine lors de chantiers nature, et de nombreux étudiants viennent y faire leur stage de BTS ou de DNO.

Fort de son expérience, le couple se lance désormais dans la prestation de conseils en agroforesterie. 

 


Marion Bazireau