X

 
Crédit photo : Ingévin
Roland Tournier
Le visionnaire des chais de demain
 

« Ne plus construire nos chais comme les 50 dernières années, mais pour les 50 prochaines ». C’est le but premier de Roland Tournier, œnologue et PDG du bureau d’études d’ingénierie vinicole Ingévin, spécialisé dans la construction de chais. En 2020, en pleine crise sanitaire, Roland Tournier et son équipe ont sorti de terre deux chais innovants : le chai circulaire à Marseillan dans l’Hérault et le chai Eode à Bonnieux dans le Lubéron. Deux réalisations qui répondent en grande partie aux défis du PDG. « Simplifier la chaine d’élaboration tout en respectant la qualité des vins, améliorer l’ergonomie des chais pour des meilleures conditions de travail et réduire l’impact environnemental de nos constructions et de la filière » énumère-t-il.

Depuis 1980, il est au cœur de la production vinicole. « J’ai commencé en tant qu’œnologue chez Imeca Œnologie à Clermont l’Hérault. Ce premier emploi et ma rencontre avec l’œnologue Claude Humbert ont dicté toute la suite de ma carrière. Il m’a transmis sa volonté d’établir une œnologie préventive au lieu d’une œnologie curative » constate Roland Tournier. Travaillant ensuite à titre indépendant, puis pour un tonnelier et enfin chez Air Liquide, il décide de créer son cabinet d’études en 1998, guidé par son plaisir de concevoir, organiser et agencer le travail en cave. « J’ai eu le recul nécessaire dès 1998, en voyant la filière se générer elle-même des problèmes. Chaque technologie venait résoudre le problème d’une innovation précédente, en transformant les chais en usines à gaz. Résultats ? Les chais étaient de plus en plus grands, plus hauts, avec des problèmes de trituration de la vendange, de libérations de bourbes, de gestion des températures etc. ».

Aujourd’hui, le PDG d’Ingévin s’éloigne de l’opérationnel. « J’ai la chance d’avoir une équipe performante et complète avec des expertises complémentaires. Cela me permet de passer plus de temps à concevoir nos futurs chais, certainement disruptifs, puisque je pense que dans un avenir très proche ils seront préfabriqués et conçus en usine pour être montés sur site » laisse planer Roland Tournier.

 


Claire Furet-Gavallet