X

 
Crédit photo : DR
Jean-Baptiste Duquesne
Bordeaux et pirate
 

Au terme de vingt ans de réflexions, Jean-Baptiste Duquesne passe à l’action avec une ambition forte : créer une marque cohérente dans le fond et la forme pour participer à la relance de l’attractivité du vignoble bordelais. Ayant repris le château Cazebonne (40 hectares dans les Graves, certifié bio en 2020), cet ancien négociant de la place de Bordeaux (avec une spécialisation dans les vins internationaux) et ancien entrepreneur à succès du numérique (il lance le site de référence pour les recettes de cuisine 750g.com après l’échec de son site de vente en ligne 75cl.com) tire de toutes ses expériences une analyse sans concession des forces et faiblesses des vins girondins.

Jean-Baptiste Duquesne critique ainsi la culture bordelaise des grands vins de garde (poussant les consommateurs à constituer un stock et à ne plus acheter de Bordeaux), des cuvées sous marque unique (un château décliné en premier et second vin, avec l’assemblage lissant la diversité des terroirs), des cépages bordelais indéboulonnables (merlot et cabernet sauvignon notamment, loin de la diversité ampélographique passée)… Prônant des vins à boire en toute occasion, le vigneron adopte une logique bourguignonne avec 11 références à date (de l’entrée de gamme aux cuvées parcellaires) et déploie un conservatoire d’anciens cépages (26 variétés plantées).

Si Jean-Baptiste Duquesne défend le potentiel vigneron de Bordeaux, il regrette l’omniprésence d’intermédiaires, notamment du négoce, empêchant les producteurs d’avoir une vision des réalités du marché et de pouvoir prendre des décisions innovantes. D’où le lancement du mouvement Bordeaux Pirates, un « coup de gueule » pour fédérer un mouvement de vignerons « aux vins authentiques au rapport qualité/prix en adéquation » explique Jean-Baptiste Duquesne, qui assume la provocation, mais pas l’opposition. « C’est un pavé dans la mare. Mais si on s’appellait Bordeaux Renouveau ou Bordeaux Modestes, ça n’interpellerait pas » explique-t-il, balayant toute solution individualiste : « la solution de Bordeaux est dans le collectif ».

Jean-Baptiste Duquesne a été plébiscité par les lecteurs de Vitisphere lors de l’appel à candidature de novembre 2020.

 


Alexandre Abellan