X

 
Crédit photo : M. Claverie/IFV
Marion Claverie
La force du collectif
 

Marion Claverie croit beaucoup dans la force du collectif. Arrivée à l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV) en 2002, l’ingénieure de 44 ans, dirige aujourd’hui plusieurs programmes de recherche dans le cadre du plan national du dépérissement du vignoble. Des programmes qui impliquent différents partenaires et nécessitent d’avoir une approche globale, car les dépérissements de la vigne ont des origines multifactorielles. La spécialiste qui exerce au sein du pôle Rhône-Méditerranée, coordonne ainsi le projet Longvi qui vise à développer une méthode pour diagnostiquer et hiérarchiser les causes des bas rendements à l’hectare. Elle pilote aussi le programme Jasympt afin de trouver des solutions pour retarder les contaminations par le court-noué et en atténuer les symptômes. Elle porte le projet Bourgeons, dont l’objectif est de voir si l’ébourgeonnage permet de limiter les symptômes des maladies du bois. Plus récemment, elle a pris la responsabilité du programme Dep-grenache qui vise à appréhender les causes du dépérissement du Grenache noir en région méditerranéenne…Des thématiques au cœur des préoccupations des vignerons. Leur être utile c’est d’ailleurs ce qui stimule Marion Claverie. Monter des projets de A à Z, travailler en réseau et partager les résultats sont aussi pour elle très motivant. « Mutualiser les efforts, ça paye ». Et les premiers résultats sont là…

 


Christelle Stef