X

 
Crédit photo : Terre de Vins
Matthieu Potin
Le caviste résiste
 

Bas normand, Matthieu Potin désirait d’abord devenir sommelier ou maître d’hôtel d’un restaurant gastronomique. Diplômé du lycée hôtelier d’Avranches, dans la Manche, il rejoint ainsi un restaurant gastronomique à Paris comme chef de rang, avant qu’un collègue ne lui indique en 2008 qu’un caviste voisin cherchait un vendeur. Rejoignant la franchise la Vignery à Saint-Germain-en-Laye, dans les Yvelines, Matthieu Potin n’a pas manqué depuis une épreuve du concours bisannuel du meilleur caviste, relancé en 2014 par le Syndicat des Cavistes Professionnels (SCP). Butant jusqu’à présent sur les épreuves de présélection (et leurs « connaissances théoriques barbantes »), le caviste a remporté le titre en 2020, son dauphin n’étant autre que son second, Julien Lepage, qu’il a embauché en 2018 à la Vignery de Saint-Germain-en-Laye.

Auréolé de son titre, Matthieu Potin aura tiré parti d’une année aussi perturbé que porteuse pour les commerces de proximité. Resté ouvert pendant le premier confinement (à l’exception d’une dizaine de jours suite à une maladie ressemblant à la Covid-19), sa cave a connu une activité record au déconfinement : « en mai, c’était comme le 24 décembre tous les jours ! Nous avons eu deux grosses périodes d’activité en 2020, le déconfinement et les fêtes de fin d’année. C’est une année commerciale record » résume Matthieu Potin. Les Cafés, Hôtels et Restaurants restant fermés administrativement pour cause de crise sanitaire, le caviste était au rendez-vous. « A part le rayon des champagnes, touché par l’absence d’esprit festif, le reste de nos fournisseurs ont très bien fonctionné » souligne Matthieu Potin, qui estime que « des habitudes resteront. Comme les commandes en ligne avec un retrait en boutique et souvent des achats complémentaires. »

 


Alexandre Abellan