X

 
Crédits :

Serge Zaka
Chasseur d’aléas climatiques
 

Le 30 mars 2021, un tweet signé Serge Zaka attire l’attention du monde viticole. Une carte météo, avec des températures négatives à venir en France. Et ce message : « catastrophe agricole en vue ? ». Une semaine plus tard, des gelées d’une ampleur inédite frappent un vignoble français désemparé.

Entre-temps, le docteur en agroclimatologie ajuste ses prévisions. Il publie des cartes de plus en plus précises, certaines mentionnant même les risques de dégâts sur bourgeons éclos. La filière apprécie. « Il s’agit de prévisions agroclimatiques, c’est-à-dire des données météo associées à la phénologie du végétal. Ce type de cartes n’existaient pas jusqu’ici. Je me suis rendu compte qu’il y avait un besoin. »

À tel point que le chercheur de 32 ans a lancé en 2021 un projet avec son entreprise ITK, spécialiste du numérique dans l’agriculture. Son nom : Prevent. Cet outil de cartographie, destiné à estimer les pertes de rendements en cas de gel, doit être commercialisé en 2022.

De plus en plus plébiscité par les médias et approché par le ministère de l’Agriculture, Serge Zaka voit son emploi du temps s’étoffer. « On commence à écrire l’avenir de l’agroclimatologie. Mais nous avons un retard à combler, car les phénomènes extrêmes se multiplient déjà.» Des aléas climatiques qui n’ont pas plus de secret pour l’expert. En particulier les orages, qu’il chasse avec son appareil photo. Une passion qui lui a valu le prix de « photographe météo de l’année » en octobre 2021. Sa seconde prouesse d’anticipation de l’année.

 


Clément L’Hôte