X

 
Crédits : DR

Frédéric Chaudière
Démarche exemplaire
 

Il vise l’excellence sur sa propriété comme pour son appellation. Il croit à l’intelligence collective. Avec son frère Alexandre, Frédéric Chaudière dirige château Pesquié, 95 hectares « en bio et en biodynamie » en AOC Ventoux à Mormoiron. En juillet 2020, il est élu président de son appellation.

« En échangeant avec les adhérents, il m’a paru important d’amener un projet fédérateur, explique Frédéric Chaudière. On a beaucoup parlé de label bio, HVE ou autre. Il est apparu qu’une approche normative allait nous fragmenter plutôt que nous réunir. » Exit l’idée d’imposer à tous les producteurs de disposer, tôt ou tard, d’un label environnemental.

En novembre 2020, Frédéric Chaudière lance une consultation de tous les producteurs leur adressant un questionnaire « large et ardu, explique-t-il. Nous avons eu un foisonnement d’idées des vignerons. » Mai 2021, nouvelle consultation. Le projet fédérateur prend forme : définir la raison d’être de l’appellation. En juin, c’est chose faite. Une première en France.

« Réunis pour partager, protéger et cultiver le sommet du vivant ». C’est la raison d’être que se donnent les producteurs de Ventoux. En conséquence, ils s’engagent à protéger le vivant, à réduire leur impact sur le climat et à s’impliquer davantage dans la vie locale. S’en suit tout un plan d’action concrète et la mise en place d’un comité de pilotage dans lequel Frédéric Chaudière invite des personnes extérieures à l’appellation « pour amener des idées que les vignerons n’auraient pas »

« Mon élection a coïncidé avec la promulgation du parc naturel régional du Mont-Ventoux, souligne-t-il. J’y ai vu comme un symbole de l’action que je comptais mener. L’appellation Ventoux est dans deux parcs naturels et dans deux réserves de la biosphère. Notre démarche doit être exemplaire. »

 


Bertrand Collard