X

 
Crédits : Cabinet d’Anne Sander

Anne Sander
Pilier de la PAC
 

Si une réforme de la Politique Agricole Commune (PAC) ne satisfait jamais à 100 % le vignoble, celle négociée mi-2021 pour 2023-2027 reste particulièrement équilibrée pour l’eurodéputée Anne Sander (Les Républicains). Négociatrice française pour le parlement européen, l’élue alsacienne a notamment porté en toute fin des discussions de trilogue européen (Parlement, Commission et Conseil) la possibilité d’évoquer les prix au sein des interprofessions. Un sujet fort pour les vins d’Alsace, qui a le souvenir cuisant des 380 000 € d’amende infligés pour entente sur les prix en 2020.

L’eurodéputée a également plaidé pour répondre à d’autre demandes issues du terrain : la création d’un droit à l’erreur administrative pour les aides européennes pour créer « une logique d’accompagnement et plus de sanction » note Anne Sander. Autres avancées notables, la victoire sur la prolongation jusqu’en 2045 du système d’autorisation de plantation, la possibilité d’intégrer des cépages hybrides/résistants dans les cahiers des charges d’appellations, la possibilité de désalcooliser des vins AOP et IGP, la création d’un nouveau cadre dématérialisé pour l’étiquetage des informations de nutrition et d’ingrédients…

Des dispositifs à mettre en place au niveau français, maintenant que le cadre de la PAC est acté pour les états membres note l’eurodéputée. Mais de nouveaux dossiers européens arrivent déjà, appelant à la vigilance de l’élue : le vote sur le plan cancer en séance plénière ce début 2022 au Parlement Européen (la commission spéciale considérant qu’il n’y a pas de niveau consommation d’alcool sans risque pour santé) et le suivi de la réforme sur Indication Géographique et Promotion (étudiée encourant d’année).

Issue d’une famille de houblonniers, Anne Sander a une connaissance fine de la politique agricole communautaire, ayant été l’assistante parlementaire de l’eurodéputé Joseph Daul, qui a présidé la commission de l'Agriculture et du développement rural au Parlement européen.

 


Alexandre Abellan