X

 
Crédits : Vinea Energie

Alice Shaw
Entrepreneure tout feu tout flamme
 

Tombée toute jeune dans l’univers du vin, Alice Shaw s’est découverte entrepreneure « sur le tard ». La trentenaire énergique est déjà à la tête de deux entreprises « disruptives ». La première, Winederland – clin d’œil malicieux au célèbre conte de Lewis Caroll Alice au pays des merveilles (Alice in wonderland), propose depuis 2016 une dégustation à domicile et vente directe. Le seconde, Vinea Energie, offre de récupérer gratuitement les ceps arrachés et triés pour une valorisation énergétique. Lancée en 2020, la société familiale connait un développement fulgurant.

Fiez-vous à son nom. Le caractère d’Alice est de s’engager, suivre ses idées et relever les défis. Mme Shaw tient de son père anglais le goût pour le vin et l’aventure entrepreneuriale. « Le vin, je suis tombée dedans toute petite, confie-t-elle, amusée. J’ai dégusté à l’aveugle très tôt ! Puis j’ai travaillé chez des cavistes à Paris pour des petits jobs. La passion m’a guidé il y a 10 ans vers Bordeaux. Le BTS vins et spiritueux de l’Institut de promotion commerciale IPC m’a amenée à travailler comme guide dans les grands crus classés du Médoc ». C’est à ce moment qu’Alice Shaw, de coups de main en dépannages, se forme aux techniques de la vigne et du chai. Alors qu’elle était certaine de ne jamais créer d’entreprise quelques mois plus tôt, la néo bordelaise se lance et invente Winederland. « Ça m’a paru évident de créer l’activité. J’ai juste identifié un besoin, il y a eu une opportunité et j’ai eu envie de me lancer ». Vinea Energie suit la même logique. Avec l’ingrédient environnemental supplémentaire. « En me questionnant sur la planète que l’on va laisser à nos enfants, je me suis demandée comment je pouvais participer à diminuer l’impact carbone. Nous avons réfléchi avec mon mari et mon beau-père, co-fondateurs de Vinea Energie. Et un beau jour on s’est lancé dans le ramassage de ceps d’une vigne arrachée par une connaissance, avec un Jumpy. On a ensuite fédéré et grossi. Des proches nous ont aidé financièrement et des banques nous suivent. Aujourd’hui il y a 5 plateformes en Bordeaux – Charente. Demain, on vise plus loin » dit-elle avec malice. Car Alice est ambitieuse. Passerelle culturelle entre Yorshire et Bordeaux, entre filières du vin et de l’énergie, elle ne compte pas rester sur les acquis mais plutôt convaincre jusqu’à sortir et poser le vin sur la table, « ça met tout le monde d’accord ».

 


Vincent Gobert