X

Édition 2016 | Édition 2017 | Édition 2018

Pascaline Lepeltier
Du bien boire au bien manger

Photo : Mike Rush.
Pour Pascaline Lepeltier, l’essence philosophique aura précédé l’existence sommelière. Interrompue par une crise existentielle, sa carrière dans l’enseignement philosophique l’a conduit à une reconversion professionnelle moins inattendue qu’on ne le penserait dans la sommellerie. Portée par une sensibilité esthétique originelle, remontant à sa première dégustation qui fêtait son bac, la sommelière angevine est désormais la papesse des vins nature à New York.
Prophète en son pays, Pascaline Lepeltier a remporté consécutivement les titres de Meilleure sommelière de France et Meilleure Ouvrière de France cette fin 2018. Une première qui témoigne évidemment de la féminisation d’un métier en particulier et d’une filière en général, mais qui découle moins d’une poursuite des concours que d’une quête du bien boire. Et de soutien aux « viticulteurs respectueux de leur environnement, avec le minimum d’intrants » explique la sommelière, ajoutant que « le concours n’est pas une fin en soi. C’est une expertise à gagner pour continuer d’aider les gens à éduquer leur palais par la dégustation. La viticulture est le fer de lance de l’agriculture dans la réflexion sur le bien boire, et donc le bien manger. »
Qu’on la voit comme la plus philosophe des sommelières ou la plus sommelière des philosophes, Pascaline Lepeltier reste avant tout une source d’inspiration pour les temps modernes.
Rédacteur : Alexandre Abellan.