X

Édition 2016 | Édition 2017 | Édition 2018

Nathalie Delattre
Élue de la fiscalité viticole

Photo : Thomas Sanson.
Pour un élu de la République, il est toujours plus facile de porter des sujets quand on les vit au quotidien. En témoigne la sénatrice girondine Nathalie Delattre, qui a créé, avec son conjoint, le domaine Bellevue en 2003, à Langoiran (3,3 hectares en AOC Cadillac Côtes-de-Bordeaux). Confrontée aux problèmes administratifs quotidiens de la plantation à la commercialisation, elle a découvert et bénéficié d’une solidarité vigneronne dont elle s’acquitte désormais par un soutien sans faille depuis le palais du Luxembourg.
Ayant la conviction de pouvoir aider la filière vin à répondre à une série de défis environnementaux et sociétaux sans précédent, le combat de Nathalie Delattre est de faire éclore un cadre législatif propice. Ce qui passe par un appui fiscal remarqué au vignoble. Que ce soit avec ses propositions successives en 2017 et 2018. Si l’Assemblée nationale a retoqué son dernier amendement sur l’allégement la transmission des biens agricoles, le ministère de l’Agriculture est désormais ouvert à un débat sur le sujet. Une opportunité que la sénatrice vigneronne ne va pas laisser passer.
Coprésidente de l’Association Nationale des Élus de la Vigne du Vin (Anev), Nathalie Delattre ne se voit pas comme un rouage du lobbying du vin, mais comme une élue défendant les intérêts d’une filière tout en prenant en compte les demandes citoyennes. Une question d’opiniâtreté et de persévérance qui trouve des échos aussi bien au Sénat qu’au vignoble.
Rédacteur : Alexandre Abellan.