LE FIL

Innovation

Le détail des 20 nouveautés primées par le Sitévi

Mardi 19 septembre 2017 par Bertrand Collard
Article mis à jour le 27/11/2017 12:10:52

Les trophées du Sitevi seront remis lors du salon, qui se tient du 28 au 30 novembre prochains au parc des expositions de Montpellier.Les trophées du Sitevi seront remis lors du salon, qui se tient du 28 au 30 novembre prochains au parc des expositions de Montpellier. - crédit photo : Comexposium
Le Sitévi 2017 décerne deux médailles d'or, six médailles d'argent et douze de bronze cette année. Voici toutes ces nouveautés

Grégoire règle automatiquement le pincement (médaille d’or)

Avec l’Autopinch de Grégoire, plus besoin de régler le pincement de la tête de récolte. Un automatisme s’en charge. Ce système mesure la pression exercée par les secoueurs sur le feuillage et la maintient autour de la consigne décidée par le chauffeur. « Le chauffeur indique la pression de consigne et l’amplitude acceptée. Ensuite, la machine évolue dans cette fourchette », explique Christophe Baron chez Grégoire.

Quand la végétation s’épaissit les secoueurs s’écartent. Quand elle s’amincit, ils se rapprochent. Jusqu’à présent, c’était au chauffeur de régler le pincement à partir d’un bouton en cabine. Le voilà déchargé de cette tâche. Selon Grégoire, il en résulte un plus grand respect de la récolte et du palissage, et moins d’usure et de casse des secoueurs et des silent-bloc. L’entreprise doit dévoiler le prix de cette nouveauté au Sitevi.

Laffort décontamine les vins (médaille d’or)

 

FlowPure de Laffort élimine l’ochratoxine A et les résidus de produits phytos dans les vins. Il s’agit fibre végétale réduite en poudre qui s’emploie lors d’une filtration. « Elle diminue les teneurs en résidus de pesticides de 50 à 95 %. Son utilisation est strictement réservée à des vins dont les seuils de contaminants sont en dessous des tolérances légales », indique Charlotte Gourraud, directrice du développement chez Laffort. La firme a obtenu ces résultats lors de filtrations sur terre et sur plaques. Des essais de filtration sur cartouches et sur filtre tangentiel sont en cours. En juin dernier, l’OIV a autorisé l’emploi des fibres végétales en œnologie. Laffort espère que la Commission Européenne les ajoutera rapidement à la liste des pratiques autorisées au sein de l’UE (règlement 606/2009).

 

Gai détecte les bouteilles fragiles (argent)

 

La machine GAI 45012 est un monobloc que l’on place avant une tireuse de vins effervescents. Elle injecte, dans chaque bouteille, de l’air à 8 bars pour briser celles qui éclateraient lors du remplissage. Et elle contrôle le diamètre du col. « Une à trois bouteilles éclatent tous les jours lors du tirage de vins effervescents. Elles sont pulvérisées. Il y a des débris de verre partout. Ensuite, il faut au moins une demi-heure pour nettoyer la tireuse. Sans compter les pertes de produit », explique Jean-Christophe Imbert, chef des ventes chez GAI France. La nouvelle machine prévient ces incidents. GAI en a vendu deux en Italie tournant à une cadence entre 3000 et 10000 bouteilles par heure. Prix : de 170 000 à 200 000 €.

Grégoire cartographie le rendement (argent)

 

Grégoire a trouvé la solution pour réaliser des cartes des rendements au sein des parcelles. « Nous avons ajouté une plaque sous le tapis qui déverse le raisin dans la benne, explique Christophe Baron chez Grégoire. Le raisin tombe sur cette plaque puis dans la benne. Tout au long de la récolte, on mesure le nombre d’impacts et la force de chaque impact pour déterminer l’énergie reçue par la plaque pendant chaque seconde de ramassage. Au moment de vider la benne, on pèse la récolte dans la benne. Et par une règle de trois on attribue à chaque seconde de ramassage un poids de récolte. Comme le GPS a localisé la machine à tout moment, on peut réaliser des cartes du rendement, presque pied par pied. » Dénommé NEOmap, ce système produit des cartes au format ISOXML. L’entreprise doit dévoiler le prix de cette nouveauté au Sitevi.

Irstea et l’IFV évaluent la dérive des pulvérisateurs (argent)

 

On dirait un Puissance 4, le jeu qu’adorent les enfants. Mais au lieu de jetons, ce sont des ventilateurs qu'Irstea et l’IFV a empilés les uns au-dessus les autres, pour créer un mur de vent. Avec ce banc dénommé EoleDrift, Irstea et FV vont mesurer la dérive et la qualité d’application des pulvérisateurs, en conditions standardisées, en vue de les homologuer ZNT selon la norme officielle (Iso 22866). Jusqu’à présent, il fallait faire les tests en conditions naturelles. Mais c’était trop compliqué pour les constructeurs et les services officiels. En fait, les pulvérisateurs homologués ZNT ne disposent que d’une homologation temporaire, délivrée sur dossier, parce que ce sont des face par face pourvus de buse à injection d’air. Ils ne sont pas passés sur un banc.

Avec EoleDrift, ils subiront un test réel. « Nous allons aussi tester les voutes pneumatiques qui constituent 70 à 80 % du marché viticole. Des constructeurs les équipent de buse anti-dérive. Est-ce suffisant pour les homologuer ZNT ? Nous allons le savoir », indique Adrien Vergès, en charge de ce banc à l’IFV de Montpellier. Les premiers essais commencent. Réponse dans quelques mois.

New Holland simplifie le lavage de ses Braud (argent)

 

New Holland équipe ses machines à vendanger Braud 9000 de série d’un circuit de lavage très complet. Le constructeur a placé six buses dans la tête de récolte pour réaliser un prélavage automatique. L’opérateur n’a plus qu’à finaliser le travail. Pour le nettoyage de la partie haute de la machine et des bennes, New Holland a conçu une plateforme sécurisée où l’opérateur dispose d’un point d’eau. Plus besoin d’escalader l’échelle avec un tuyau d’arrosage. Et lorsque qu’on pénètre sur cette plateforme, un capteur interdit le fonctionnement des éléments dangereux comme les aspirateurs supérieurs. Toujours pour la sécurité, l’opérateur dispose d’une combinaison dans la manche de laquelle il glisse une télécommande sans fil pour mettre en route ou arrêter les organes à laver. New Holland annonce un temps de lavage réduit de 50 % et une économie d’eau d’au moins 1000 l par lavage. En 20 minutes, une machine est propre, sans compter le temps de prélavage !

Teejet : Le tracteur ralentit, pas les buses (argent)

 

« Nous installons un moteur électrique à la sortie de chaque buse. Nous pouvons ainsi les commander pour garder une pression constante quelle que soit la vitesse d’avancement. La taille des gouttes reste constante elle aussi. La pulvérisation est meilleures », indique Patrick Debat chez Teejet technologies. Dénommé Dynajet Flex 7140, ce nouveau système s’installe sur tous les pulvérisateurs équipés de buses à turbulence ou à fente. Selon les premiers résultats obtenus par Teejet, il convient aussi aux buses à injection d’air. Le chauffeur règle la pression de travail depuis un boitier en cabine. Dès lors, elle reste constante, même lorsqu’il ralentit en bout de range. En modifiant la pression, il modifie le débit sans changer de buse. Teejet est en discussion avec des fabricants de pulvérisateurs pour installer son système en première monte et cherche des installeurs pour équiper les pulvérisateurs déjà en service.

Agricolmeccanica La pulvé confinée en dévers (bronze)

 

Le Drift recovery bas 1000 l est un pulvérisateur confiné de l’italien Agricolmeccanica. Cet appareil traite deux rangs par passage. Le jury du Sitevi lui accorde une médaille de bronze pour son système de correction du dévers reposant sur deux palpeurs situé en bas des panneaux pour détecter le sol et les obstacles survenant en cours de traitement. Les panneaux sont accrochés à une rampe oscillante qui les maintient toujours en position vertical. Ce pulvérisateur est aussi équipé d’un essieu principal et d’un second essieu positionné juste derrière afin d’améliorer la stabilité du pulvérisateur.

Bucher Vaslin : Deux remorques en une (bronze)

 

Rec ou remorque égoutteuse à compartiment. C’est la nouvelle benne à vendange élévatrice de Bucher. Elle est équipée de volets basculants à commande hydraulique, de drains en inox et de deux cuvons latéraux. Les volets hydrauliques sont placés en position ouverte (verticale) en début de chargement, puis basculés à l’horizontale quand la remorque est remplie à moitié, formant ainsi un second plancher sur lequel on déverse le reste de la récolte. Le tassement et l’écrasement des raisins sont divisés par deux. Sur le plancher inférieur, trois drains collectent les jus vers deux réservoirs à droite et à gauche de la remorque. Cette remorque dispose d’une caméra de recul et de roues basse pression. Plusieurs options sont disponibles parmi lesquelles une pompe doseuse de SO2. Cette remorque existe en trois capacités : 30, 40 et 50 hl

Prix : à partir de 33800€

Diam Bouchage : Un bouchon à la cire d’abeille (bronze)

Origine by Diam est un bouchon technologique intégrant une émulsion de cire d’abeille et un liant 100 % végétal. Les grains de liège sont enrobés de cire d’abeille qui assure l’étanchéité du bouchon et qui préserve l’élasticité du liège. Ce bouchon est destiné aux vins haut de gamme. En France, il est disponible dans les versions Diam 10 et Diam 30, en 49 mm et en 54 mm de longueur.

Prix : de 300 à 600 € le mille, selon type, taille et quantités

Grégoire pilote ses porteurs et machines à vendanger (bronze)

Avec l’Easy Pilot, nul besoin de tenir le volant. « Le viticulteur peut se concentrer davantage sur son pulvé ou sa récolte sans se préoccuper de la conduite », explique Christophe Baron, chez Grégoire. Le guidage repose sur un capteur infrarouge 3D placé à l’avant de la cabine qui détecte le rang à suivre. En cas de déviation du tracteur, il agit sur la direction pour le replacer sur la bonne trajectoire. En bout de rang, le conducteur est averti par un signal sonore qu’il doit reprendre la main. Ce système fonctionne de jour comme de nuit, sans GPS. Aucune reconnaissance préalable des parcelles n’est nécessaire. Easy Pilot reconnait les rangs de vignes instantanément.

Ingévin : Un chai circulaire (bronze)

 

Ingévin invente le chai circulaire, un concept qu’il dénomme EcoChai 4E. « L’investissement est réduit de 10 à 20 % comparé à un chai classique, grâce à une réduction de 15 à 30 % de la surface construite et de 12 à 25 % des façades », affirme l’entreprise. Tous les flux (vins, personnels, autres fluides) convergent vers cœur de cave où se concentrent les opérations de pompage, filtration, etc. De la réception des raisins jusqu’à la mise en bouteille tous les mouvements de vin s’opèrent selon une marche en avant circulaire. Grâce à cet agencement original, les distances parcourues tant par le personnel que le vin ou les fluides sont raccourcies Les ateliers peuvent être agrandis facilement. Enfin, c’est dans l’air du temps, l’écochai est écologique avec sa toiture photovoltaïque et un dispositif de récupération des eaux de pluie… L’EcoChai est conçu pour des projets allant de 4000 à 300000 hl.

Netafim France : L’irrigation sans souci (bronze)

 

L’Inao vient d’autoriser les goutte-à-goutte enterrés. Bonne pioche pour Netafim qui lance Uniwine AS XR, une ligne de goutte-à-goutte enterrés spécialement dédiée à la viticulture. Les goutteurs sont autorégulants, autonettoyants, et dotés d’un mécanisme antisiphon pour résister à l’intrusion des racines. Le goutteurs intègrent de l’oxyde de cuivre (Cupron) dont les propriétés antibactériennes limitent la formation de biofilm venant perturber leur fonctionnement. Netafim annonce « une grande durabilité dans le temps, avec un maintien du débit nominal (pas de bouchage), sans risque d’entrée d’impureté après vidange du réseau ».

New Holland : L'intelligence au service de l'économie (bronze)

 

IMS 2.0 est une évolution de l’IMS, l’intelligent management system apparu en 2010 sur les machines à vendanger Braud 9000. Disponible sur toute les nouvelles Braud 9000, les Braud 8030L/7030M et 9080N, l’IMS 2.0 est nouveau système de gestion intelligent de ces machines. Il ajuste en permanence le régime moteur aux besoins, diminuant la consommation (New Holland annonce 10 l/h au travail) et les coûts d’utilisation, réduisant le bruit en cabine et offrant plus de souplesse de conduite. Ce système permet aussi l’intégration complète des pulvérisateurs Berthoud et des outils de travail en vert Provitis, fabriquants partenaires de New Holland. Désormais, ces outils se contrôlent et se commandent depuis l’écran Intelliview IV installé en cabine.

Parcitank : Le béret qui protège les cuves en vidange (bronze)

 

Il ressemble au fameux couvre-chef basque mais il protège les vins, pas les crânes. Le béret flottant de Parcitank est une poche en plastique alimentaire que l’on introduit par le trou d’homme d’une cuve en vidange et que l’on pose sur le vin. On la gonfle. Et la voilà transformée en béret flottant : un mince disque hermétique et rigide qui fait office de chapeau flottant. « Nous le fabriquons au diamètre demandé par les clients. Il s’adapte ensuite à toutes les cuves de même diamètre. Nous livrons nos bérets avec un coffret de régulation de la pression pour y maintenir constamment 0,4 bars pendant la conservation du vin et pour les dégonfler lorsqu’on veut vider la cuve », explique Maxime Lasne, commercial chez Parcitank, le fabriquant. Le béret Parcitank est disponible dans tous les diamètres de 1,20 m à 5 m.

Parsec maîtrise les gaz dissous (bronze)

L’Evo Auto de Parsec est un système de dosage et d’injection d’azote et de CO2 pour désoxygéner des vins, décarboniquer ou recarboniquer précisément un vin. Il corrige la teneur en oxygène et en gaz carbonique dissous en un seul passage, en ligne ou en circuit fermé. Cet appareil traite 15 à 250 hl de vin par heure, y injectant 0,1 à 18 kg de gaz par heure. Son fonctionnement est entièrement automatique. Il s’adapte aux éventuelles variations de quantité de paramètres susceptibles d’agir sur le résultat final comme le débit de vin, la teneur en gaz dissous du vin, la température, de la pression d’entrée du vin, etc.

Provitis voit grand (bronze)

 

Après d’autres constructeurs, Provitis lance une rogneuse deux rangs complets à vision intégrale sans aucun élément ne venant barrer l’horizon du chauffeur. Après ses concurrents, mais avec une originalité. « Chez nous, l’écartement repose sur un mouvement en parallélogramme et non pas sur le déplacement d’éléments mâle-femelle dans un tube. C’est plus robuste ! » assure Didier Andelfinger, gérant de Provitis. Deux vérins qui corrigent également le dévers éloignent ou rapprochent les rogneuses l’une de l’autre. Avec la même machine, on peut ainsi travailler dans des vignes de 1,5 à 3,5 m. L’outil s’accroche à l’avant sur l’embase du tracteur ou sur un relevage trois points frontal. « Tous les élements lourds -les vérins, le bloc hydraulique- sont regroupés au point bas pour abaisser au maximum le centre de gravité », ajoute Didier Andelfinger. A la place des rogneuses, on peut installer deux têtes d’effeuillage pour effeuiller deux faces de rang en un passage, sur le même support. Prix : 22000 € le support SMD 50 P avec deux rogneuses de 1,75 m de hauteur de coupe, correction de devers et commandes électriques

SDF : Le vignoble connecté (bronze)

Le vignoble connecté de SDF (Same Deutz Fahr) est une plateforme web permettant l’acquisition de données climatiques collectées par des stations météo Pessel et cartographiques collectées par les machines à vendanger Grégoire. « Il constitue une aide précieuse pour l’agronome en permettant de mettre en lien un grand nombre de données disparates », assure SDF, propriétaire de Grégoire.

Vicard : Une génération bien calibrée (bronze)

Les barriques Génération 7 de Vicard sont obtenues après sélection des douelles selon leur teneur en tannins. Le tonnelier mesure cette teneur avant la chauffe par spectrométrie infrarouge. Puis il classe les douelles en trois catégories selon qu’elles sont pauvres, moyennes ou riches en tanins. Les douelles moins tanniques donnent les fûts de la gamme Origine qui préserve le fruité des vins. Les plus tanniques donnent la gamme Energie « qui joue sur le registre de la puissance ». Entre les deux, la gamme Symétrie apporte de la structure tout en respectant le fruité des vins. Chaque barrique est disponible en sept niveaux de chauffes graduelles et en deux chauffes innovantes : blanche ou ivoire. De quoi piloter ses élevages avec la plus grande précision.

Prix : équivalent à des fûts de grain fin

Egalement en argent, mais pour la récolté es fruits : Pellenc

A l'Expand R5090 de Pellenc, la récolte des cerises, prunes ou autres olives s'accélère. Cette machine déroule automatiquement en 5 secondes une bâche de 100 m2 autour d'un arbre puis le secoue pour en faire tomber les fruits. Une fois les fruits tombés, la bâche s'enroule et les fruits tombent dans en convoyeur qui les achemine dans des pallox, débarrassés des feuilles autres organes végétaux tombés pendant le secouage de l'arbre par des aspirateurs. Pellenc annonce qu'une personne récolte un cerisier en 45 secondes.

Vous cherchez un fournisseur dans le domaine : Achat, Logistique et Transport

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé