Accueil / Politique / Vignerons de Bordeaux, vous voulez arracher ? Vous allez pouvoir postuler, enfin !
Vignerons de Bordeaux, vous voulez arracher ? Vous allez pouvoir postuler, enfin !
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Pré-candidature
Vignerons de Bordeaux, vous voulez arracher ? Vous allez pouvoir postuler, enfin !

Qu’il s’agisse de réduire son vignoble ou de sortir définitivement du métier vigneron, le moment est bientôt arrivé de postuler au dispositif d’aide à l’arrachage sanitaire dans le Bordelais. Initialement prévue ce 22 mai, l'ouverture de la plate-forme dédiée est désormais attendue début juin.
Par AA Le 22 mai 2023
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Vignerons de Bordeaux, vous voulez arracher ? Vous allez pouvoir postuler, enfin !
Attention : pas d’arrachage possible avant la validation par l’administration prévient la DDTM 33. - crédit photo : Archives Vitisphere (vignes arrachées fin janvier devant la préfecture de Bordeaux par des manifestants)
A

vos marques ? Désespérément attendu par des vignerons bordelais au bout du rouleau, faute de ventes et de valorisations satisfaisantes des vins rouges génériques, le guichet de dépôt des pré-candidatures pour l’arrachage sanitaire doit très prochainement ouvrir. Alors que les services de la préfecture de Gironde visaient un lancement de la plateforme de candidature ce lundi 22 mai, il serait désormais question d'un lancement début juin. En l'état, la page d’explications et de futur accès au document de pré-candidature a discrètement été mise en ligne. Si des arbitrages doivent encore être arrêtés, l’essentiel du dispositif se dessine déjà.

Ouvert à tous les « propriétaires ou exploitants » de « vignes situées dans le département de la Gironde » désirant « procéder à l'arrachage des vignes sur tout ou partie de leurs exploitations et solliciter une aide pour arrachage sanitaire » de 6 000 euros par hectare (forfait incluant les frais d’arrachage), l’outil de pré-candidature de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer de la Gironde (DDTM33) pose comme « conditions pour bénéficier de l'aide à l'arrachage sanitaire » que la vigne ait « été en capacité de produire durant les 5 dernières années et jusqu'en 2022 » et qu’il n’y ait pas d’arrachage « avant la réception de l'accusé-réception de la DDTM33 suite au dépôt final officiel de la demande ».

Destination des parcelles

Les dossiers devront notamment préciser « la destination des parcelles post-arrachage : vente, fermage, échange à l'amiable ou diversification » indique la préfecture, précisant qu’« en cas d'arrêt total de l'activité viticole, les parcelles devront être remises en jachère ou en prairies naturelles non productives ou en boisements ». Et « en cas d'arrêt partiel, les conditions dépendront du devenir des terres et du souhait du demandeur : jachère ou prairies naturelles non productives boisements diversification agricole ». Devant être doté d’une foire aux questions, l’outil de pré-candidature risque de susciter de nombreuses questions dans le vignoble bordelais. Pour y répondre, des numéros sont déjà mis à disposition par la préfecture et le syndicat des Bordeaux et Bordeaux Supérieur, organise déjà des réunions d’information avant le lancement de l'outil en ligne*.

1 an après

À son ouverture, ce guichet marquera la mise en œuvre du plan d’arrachage sanitaire de 57 millions d’euros calibré pour 9 500 hectares de vignes bordelaises avec l’appui de l’État (deux tiers des fonds) et un cofinancement du CIVB (pour le solde). Simple hasard du calendrier ou clin d'œil du destin, ce guichet aurait initialeemnt dû ouvrir un an exactement après l’officialisation par Bernard Farges, à l’époque président du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB), de la demande girondine d’une aide à l’arrachage. Ayant connu de nombreuses péripéties, liées aux difficultés réglementaires européennes de subventionner un arrachage, ce dossier aboutit aujourd’hui sous la forme d’une aide à l’arrachage sanitaire pour lutter contre la maladie de quarantaine qu’est le phytoplasme de la flavescence dorée. Comme l’explique la préfecture de Gironde, « une partie de la filière bordelaise connaît aujourd’hui une situation économique difficile, dans un contexte d’accélération de la déconsommation de vin rouge, le risque est grand qu’un nombre important de parcelles soient abandonnées, devenant autant de réservoirs pour le phytoplasme, avec une situation phytosanitaire qui deviendrait incontrôlable ».

Tout l’enjeu de cette aide à l’arrachage va être la rencontre entre un outil administratif contraignant et une demande vigneronne de simplicité, de rapidité… Et plus de valorisation pour répondre à plus de surfaces en souffrance selon le collectif des viticulteurs de Gironde, qui réclame une aide de 10 000 €/ha pour retirer 15 000 ha a minima. Si cette demande de la base n’a pas été obtenue, d’autres aides existent pour aider la filière bordelaise à sortir de sa crise économique actuelle.

Boîte à outils

Si la subvention de la région Nouvelle-Aquitaine pour la reconversion des vignes arrachées dans d’autres activités agricoles est déjà active, d’autres dispositifs d’aides aux vignerons sont encore nimbées d’incertitudes. Comme les modalités de distillation de crise, qui restent à confirmer dans ses fonds et ses valorisations (75 €/hl pour les AOP, 65 €/hl pour les IGP et 45 €/hl pour les vins de France) par la Commission Européenne (qui indique attendre des précisions du ministère de l’Agriculture). Comme les réflexions sur un mécanisme permettant de transférer des vignes excédentaires de Bordeaux vers le vignoble voisin de Cognac souhaitant s’agrandir. Comme la question du passage en prêts bonifiés des Prêts Garantis par l’État (PGE). Les vignerons bordelais vont donc pouvoir faire un premier pas concret vers la sortie de crise, mais la route s’annonce encore longue pour remettre d’aplomb toute la filière girondine.

 

* : L’Organisme de Défense et de Gestion de l’AOC annonce quatre réunions d’information dédiées à l’arrachage sanitaire. À 17h30 ce mercredi 24 mai à Planète Bordeaux (Beychac-et-Caillau), à 17h30 ce jeudi 25 mai à la salle polyvalente de Pellegrue, à 17h30 ce mardi 30 mai à la salle polyvalente de Gauriaguet et à 17h30 ce mercredi 31 mai à la salle des fêtes de Saint-Brice.

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
vitijob.com, emploi vigne et vin
Aisne / Nord / Oise ... - Alternance/Apprentissage Boisset la Famille des Grands Vins
Gironde - Alternance/Apprentissage GEIQ Multi Agri 33
Gironde - Alternance/Apprentissage GEIQ Multi Agri 33
Gironde - Alternance/Apprentissage GEIQ Multi Agri 33
Drôme - CDI GROUPE M. CHAPOUTIER
© Vitisphere 2023 - Tout droit réservé