Accueil / Viticulture / Des levures pour booster la vigne

Rendement
Des levures pour booster la vigne

Lallemand et Agrauxine commercialisent des biostimulants à base d'extraits de Saccharomyces cerevisiae. Les essais montrent une amélioration des rendements et de la qualité des baies.
Par Marion Bazireau Le 10 mai 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
 Des levures pour booster la vigne
Viticulteur à Valréas, Régis Duc applique Grenache ANTI COULURE depuis 2019 sur cette vieille parcelle de grenache avec de très bons résultats. - crédit photo : DR
I

l y a quatre ans, Lallemand Plant Care a lancé ses biostimulants Vineus à base de levures Saccharomyces cerevisiae. Pour mettre au point sa gamme, la firme est partie des problèmes du terrain. « Nous avons un produit contre le dépérissement de la syrah, un autre contre la coulure sur le grenache. Nous travaillons aussi sur le millerandage du merlot et du pinot, la maturation phénolique du cabernet et les précurseurs de thiols sur le sauvignon », détaille Martin Trescazes, responsable du Sud-Ouest et de l’appui technique des équipes commerciales. Lallemand annonce un prix de 70 à 95 €/ha selon les Vineus.

3 500 ha reçoivent Grenache anticoulure

Les distributeurs et vignerons du Sud-Est sont les premiers à s’être appropriés ces nouveaux fertilisants. « En Provence et dans la vallée du Rhône, 3 500 ha environ sont couverts avec Grenache Anticoulure », illustre Martin Trescazes.

Ce produit est vendu en pack contenant 4 litres d’extraits de levures et 1 kg de glycine bétaïne. Selon Lallemand, la pulvérisation d’un pack par hectare au stade séparation des boutons floraux suffit à éviter la coulure causée par un printemps trop frais ou pluvieux. « Dans les parcelles très coulardes, sans lien avec le climat, nous recommandons une deuxième application à la chute des capuchons », poursuit Martin Trescazes.

43 % de rendement en plus en 2021

À Valréas (84), Régis Duc a testé le produit pour la première fois en 2019 sur une vieille parcelle de 3 ha : « Le produit se mélange facilement à l’eau. Je l’ai appliqué en une fois avec un appareil face par face en alternant 8 rangs traités et 8 rangs témoins. Et j’ai vendangé les deux modalités séparément. » Quand il a pesé ses bennes à la cave coopérative La Gaillarde, qu’il préside, Régis Duc a constaté un gain de 32 % de rendement grâce au biostimulant. Convaincu, il applique le produit sur ses 10 ha de grenache les plus coulards depuis 2020. L’an dernier, toujours sur sa vieille vigne de 3 ha, deux applications de Grenache Anticoulure lui ont permis d’augmenter sa récolte de 43 %.

Vins plus fruités avec Sauvignon B pro Thiols 

En 2021, Lallemand a travaillé avec la Chambre d’Agriculture de la Gironde pour évaluer Sauvignon B Pro Thiols, un autre produit de la gamme Vineus « qui favorise la synthèse de précurseurs de thiols. D’après nos essais, le mieux est d’en appliquer 1 kg/ha au début de la véraison et de renouveler l’opération 10 à 14 jours plus tard », rapporte Martin Trescazes.

La Chambre d’Agriculture a suivi ce protocole. Par rapport au témoin non traité, la teneur des raisins en 4MMP, arôme aux notes de buis et de genêt, n’a pas changé. « En revanche, le traitement a rééquilibré la production d’A3MH (fruit de la passion) vers le 3MH (pamplemousse), décrit Martin Trescazes. Les dégustateurs ont donné la même note globale aux deux vins, mais ont trouvé celui issu des raisins traités plus fruité, floral et minéral. »

J’ai vu la différence en dégustant les baies

Dans le vignoble de Buzet, Audrey Chassenard, cheffe du domaine de Salisquet, a testé Carbernet pro précocité en 2019 pour tenter de combler un retard de maturité phénolique sur la vitesse de chargement en sucres. « J’ai vu la différence en dégustant les baies à l’approche des vendanges. J’ai aussi constaté un écart de qualité lors des vinifications », affirme la vigneronne. Elle espère retenter un essai cette année. En 2020, la grêle l’en a empêché et l’an passé, le gel.

Comme Lallemand, Agrauxine mise sur les extraits de levures pour améliorer les rendements et la qualité des raisins. L’entreprise commercialise Moka depuis 2019. Ce biostimulant s’applique en deux fois, à la dose de 2 l/ha entre le début de la nouaison et la fin de la véraison.

Les équipes d’Agrauxine en ont pulvérisé en 2020 et 2021 dans vingt parcelles de pinot meunier, chenin, cabernet franc, cabernet-sauvignon, merlot, sauvignon blanc et syrah. « Nous avons prélevé des feuilles 7 à 10 jours après l’application et mesuré une augmentation significative de la teneur en chlorophylle (+5 %) dans les rangs traités », assure Pauline Berger, responsable technique de l’entreprise.

Des baies plus grosses avec Moka

Moka semble aussi stimuler la division et la multiplication cellulaire et donner des baies plus grosses. « Nos pesées indiquent 12 % de gain de poids moyen par grappe », poursuit Pauline Berger. Dans d’autres essais réalisés sur des microparcelles, Moka a permis un gain de rendement de 19 %. En outre, ce produit augmente de 12 % en moyenne la teneur en azote assimilable dans 80 % des moûts, selon Agrauxine.

En 2021, la firme a lancé Biosmart, composé de métabolites de fermentation de levures qui favorisent une floraison homogène. Biosmart s’applique à la dose de 4 l/ha en deux passages, le premier au stade grappes séparées, le deuxième à la floraison. « Nos essais réalisés sur 14 parcelles dans différentes régions pendant trois ans montrent un gain moyen de 20 % de rendement », assure Agrauxine, qui réserve à ses distributeurs le soin de communiquer sur le tarif du produit.

 

Une efficacité confirmée par drone

Utilisateur de Grenache Anticoulure depuis 2019, Régis Duc, viticulteur à Valréas, a demandé à Scanopy de faire passer un drone au-dessus d’une parcelle d’essai l’an passé. Celle-ci comprenait des rangs non traités, des rangs traités une fois au stade séparation des boutons floraux et d’autres traités deux fois, d’abord au stade séparation des boutons floraux, puis à la chute des capuchons floraux. La cartographie NDVI (Normalized Difference Vegetation Index) réalisée par Scanopy montre une vigueur croissante entre le témoin non traité et les rangs traités deux fois. Pour sa part, Régis Duc a remarqué que « le produit atténue les effets de la sécheresse. Les vignes traitées sont plus vertes et poussent davantage ».

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
vitijob.com, emploi vigne et vin
Charente - Alternance/Apprentissage
Côte-d'Or - CDI
Gironde - Alternance/Apprentissage
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé