X

Édition 2016 | Édition 2017

Stéphane Héraud
Président de l'Association Générale de la Production Viticole (AGPV).

Photographe : Vignerons de Tutiac.

L’as de la punchline viticole

Maître de cérémonie du premier congrès unitaire de la viticulture française, le viticulteur Stéphane Héraud a fait la démonstration de l’unité de la filière autant que de sa capacité à synthétiser des heures de palabres en une phrase choc. Ce colloque réunissait à Bordeaux, ce 6 juillet 2017, les représentants nationaux des AOC, IGP, vignerons indépendants et caves coopératives et le commissaire européen à l’Agriculture. Les élus du vignoble plaidant d’une seule voix pour la préservation des spécificités viticoles dans la Politique Agricole Commune. Ce qui, résumé par Stéphane Héraud, donnait un bilan satisfait pour l’écoute et à confirmer par des faits : « nous avons mis une pièce dans la machine. Maintenant il faut espérer récupérer le gros lot ».
Alliant franc-parler et idées claires, Stéphane Héraud ponctue avec le même panache ses mandats locaux. Il a ainsi fait adopter « à la quasi-unanimité » une série de mesures agro-environnementales au syndicat viticole des Côtes de Bordeaux (qu’il préside). Soit les mêmes dispositions que celles prises par les Bordeaux (présidé par son camarade de l’Entre-deux-Mers, Bernard Farges). Depuis le gel du printemps 2017, Stéphane Héraud plaide sans relâche pour l’assurance récolte, qu’il a rendu quasi obligatoire dans la cave coopérative de Tutiac (qu’il préside).
En bon coopérateur, Stéphane Héraud estime que si l’on va plus vite seul, on va toujours plus loin à plusieurs. « J’espère que l’on n’attendra pas 2017 ans de plus pour faire un deuxième congrès. Mais on va essayer de travailler à un discours commun. C’est possible. Bien sûr il y a des choses qui parfois nous séparent entre métiers et signes de qualité différents. Mais sur le fond on y arrive toujours » concluait Stéphane Héraud à la tribune de ce congrès historique.

Rédacteur : Alexandre Abellan.