Accueil / Politique / Les eurodéputés amendent la vision antialcool du plan anticancer
Les eurodéputés amendent la vision antialcool du plan anticancer
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Strasbourg
Les eurodéputés amendent la vision antialcool du plan anticancer

Le Parlement Européen prend plutôt le parti de la nuance entre consommations modérée et nocive de boissons alcoolisées dans son plan de lutte contre le cancer. Ce qui rassure en partie le vignoble.
Par Alexandre Abellan Le 16 février 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les eurodéputés amendent la vision antialcool du plan anticancer
« Nous devrions reconnaître que le vin, la bière et les spiritueux font partie de notre culture, que des centaines de milliers de familles en Europe travaillent dans des vignobles, des caves, des brasseries et des distilleries et s'efforcent de produire chaque jour des aliments de qualité » indique en séance Herbert Dorfmann. - crédit photo : Europarl
C

e pourrait être la définition d’un compromis : un soulagement d'avoir évité le pire, mais mâtiné du regret de ne pas avoir obtenu le meilleur. Dévoilés ce 16 février, les votes sur les amendements de compromis du Parlement Européen au rapport d’initiative de la commission de lutte contre le cancer (Beating Cancer, rapport BECA) ne répondent pas à tout ce que la filière vin souhaitait, mais évitent tout ce qu’elle pouvait craindre (voir encadré). Si l’introduction de la lutte contre les consommations excessives de boissons alcoolisées constitue une avancée attendue, l’idée que toute consommation est nocive pour la santé dès le premier verre n’a pas totalement supprimée. Parmi les amendements adoptés, et portés par plusieurs eurodéputés, le numéro 34 introduit la notion de « consommation nocive » (alors qu'il n'y a vait pas de distinction entre comportements raisonnés et excessifs) et le n°35 transforme l’idée d’absence de niveau de consommation sans risque en « le plus sûr niveau de consommation est nul ». Parmi les amendements rejetés, le 33 aurait retiré le rappel de l’étude du Lancet par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui « reconnaît qu’il n’existe pas de niveau de consommation d’alcool sans risque quand il s’agit de prévention ».

« C’est un peu du "en même temps", d’un côté on ne supprime pas une étude mise démocratiquement, mais cependant on fait bien la différence entre toutes les consommations et celle excessive » indique à Vitisphere l’eurodéputée de la majorité Irène Tolleret. Soulignant la mobilisation des parlementaires nationaux, la vice-présidente de l’intergroupe européen vin souligne qu’« il est important d’avoir un plan cancer au niveau européen qui se concentre sur la prévention d’addiction et des excès. Le rapport était déjà équilibré il l’est encore plus. » En direct du salon Wine Paris & Vinexpo Paris, « nous aurions aimé que l’amendement 33 soit adopté, nous n’y sommes pas arrivés alors qu’il est fait référence à une étude partielle et tronquée » analyse Jean-Marie Fabre, le président des Vignerons Indépendants, pour qui « le travail parlementaire a permis de trouver un juste équilibre pour promouvoir une consommation modérée et raisonnée. Cela va dans le sens d’une réduction des consommations à risque que la filière soutient »

Consommation modérée

En défendant ces amendements à Strasbourg, « il ne s'agit pas de lobbying, ni de dilution. Le point ici est simplement que nous pourrions travailler vers une consommation modérée. La politique de la prohibition ne nous a jamais fait de bien » indiquait ce 15 février en séance plénière l’eurodéputé italien Herbert Dorfmann (groupe du Parti Populaire Européen), ajoutant qu’« une consommation modérée de vins et de bières de qualité fait partie de l'alimentation de nombre de nos États membres depuis des siècles et fait partie de notre mode de vie. Et nous ne devrions pas dissuader les gens de prendre un verre de vin à midi ou une bière de vacances. »

« Non au zéro alcool » renchérit en séance l’eurodéputé alsacienne Anne Sander (PPE), pour qui « le vin et la bière font partie de l’art de vivre dans nos campagnes et sont des secteurs économiques essentiels, créateurs d’emplois dans de nombreux territoires. Alors, soyons ambitieux dans notre lutte contre la maladie, mais faisons-le de manière pragmatique. »

Cadre européen

Si ce rapport d’initiative parlementaire n’est pas contraignant, il donne un cadre aux futures propositions de la Commission Européenne. En cas d’adoption du principe d’absence de « niveau de consommation sans risque », les instances européennes auraient pu retirer ses aides à la filière viticole pour ne pas soutenir une production jugée nocive pour la santé. Cette menace a mobilisé la filière vin, et le gouvernement français.

« Aujourd’hui, ce n’est pas une fin, c’est un début, parce que tout reste à faire » indique en conclusion du débat parlementaire l’eurodéputée Véronique Trillet-Lenoir, la rapporteure de la commission BECA. L’élue de la majorité présidentielle française indique que « la prévention, c’est le levier. Le cancer le plus simple à guérir, c’est celui qu’on n’attrape pas » et qu’« il faudra déployer ce plan. Pour le déployer, nous avons besoin de l’engagement collectif et solidaire des États membres, en particulier sur toutes les mesures qui sont des recommandations, et qui, sans votre appui, sans votre implication forte, resteront lettre morte. »

 

 

 

Réaction commune

Dans un communiqué commun à l'ensemle de la filière vin, Jérôme Despey, le président du conseil spécialisé vins de FranceAgriMer souligne que « ce rapport sur la lutte contre le cancer représente une avancée pour la santé des citoyens européens. Dans son volet "alcool", il préconise de s’attaquer à la consommation nocive d’alcool. Notre filière souscrit pleinement à cette recommandation ». Pour Bernard Farges, président du Comité National des Interprofessions des Vins à appellation d’origine et à indication géographique (CNIV), « il faut assumer la place légitime de la modération ».

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (4)
fd 13 Le 16 février 2022 à 15:19:50
On boit du vin depuis des millier d'années et du jour au lendemain on vient nous dire que cela est dangereux qui sont les imbéciles dans cette affaire et ce n'est pas le vin qui crée le cancer, il faudra bien mourir de quelque chose tôt ou tard. Sinon il faut arrêter la construction d'automobile qui fait 3000 mort par an ce qui ne coute rien mais fait des bataillons d'estropiés auxquels il faudra subvenir pendant des dizaine d'années ce qui nous coute très cher.
Signaler ce contenu comme inapproprié
bourvil Le 16 février 2022 à 14:54:08
Décidément la politique du verre à moitié plein ou vide est légion dans cette hémicycle, hypocrites même face à leurs vraies convictions. Ah!!! ces lobbys.......verts, modérateurs.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Viti Le 16 février 2022 à 10:38:10
C'est plus facile de taper sur les agriculteurs. Nous ne sommes pas responsable de l'usage qui en ai fait. Dans ce cas, il ne faut plus conduire car il y a des accidents sur la route. Réduire le vin, la fierté de notre culture et de notre mode de vie à sa teneur en alcool, c'est comme réduire la culture livresque à des arbres découpés.. Comment peut-on tenir de tels raisonnements ? Comment les générations futures peuvent avoir confiance dans les gouvernements ? On condamne le premier verre d'alcool, alors faisons aussi des campagnes sur le risque des déchets nucléaires, des incinérateurs de déchets, et des industries chimiques..
Signaler ce contenu comme inapproprié
jp.biron Le 16 février 2022 à 10:37:36
Bonjour Il est remarquable que la mise sur le marché d'alcools frelatés n'est pas prise en compte et pourtant les consommations de ces alcools (vodkas etc..., sont très addictives
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé