Accueil / Politique / La consommation d’alcool ne doit plus être normale pour les hygiénistes européens
La consommation d’alcool ne doit plus être normale pour les hygiénistes européens
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Plan anticancer
La consommation d’alcool ne doit plus être normale pour les hygiénistes européens

Prenant la loi Évin comme un modèle à décliner et renforcer (notamment sur le volet numérique), des parties prenantes proposent des pistes d’action radicales.
Par Alexandre Abellan Le 07 février 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La consommation d’alcool ne doit plus être normale pour les hygiénistes européens
'En matière de prévention des cancers, on sait parfaitement que si on patine depuis 20 ans, c'est bien parce qu'il y a des intérêts contraires et qu'il peut y avoir des lobbies qui pénalisent les politiques de santé publique' indique l'eurodéputée Véronique Trillet-Lenoir, portant le rapport BECA, lors des rencontres de l'Inca ce 3 février. - crédit photo : INCA
P

as de plan anticancer sans volet antialcool. Organisant ce début février ses premières rencontres européennes dans le cadre de la présidence française du Conseil de l’Union Européenne, l’Institut National du Cancer (Inca) inscrit sa liste d’actions contre le cancer dans la lignée des derniers travaux de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et du récent rapport d’eurodéputés (BECA). Il s’agit ainsi de « promouvoir un cadre législatif protecteur et dénormalisant sur l'alcool inspiré de la loi Evin française, en portant une attention particulière à Internet » indique la déclaration politique concluant ces rencontres.

Dans la pratique, il s'agit d'« entamer une révision complète des approches de prévention des enjeux liés à la consommation d’alcool, notamment par des avertissements sanitaires, l'étiquetage, la formation professionnelle pour développer la sensibilisation, en partant des initiatives existantes ("la semaine de sensibilisation à l'alcool" ou "Dry January") et développer des programmes de recherche appliqué ».

Consommation d’alcool

« Considérant que plus de 40 % des cancers pourraient être évités, nous allons accentuer nos efforts en matière de prévention » soulignent les parties prenantes, prônant la création d’« une coalition des acteurs européens de la prévention » afin « de mettre en œuvre des initiatives à fort impact et de grande envergure sur tous les facteurs de risque de cancer connus, par exemple les régimes alimentaires déséquilibrés, la consommation d’alcool, la sédentarité ». Si le tabagisme est la première cible de ces parties prenantes (représentant 27 % des cancers), elles estiment « parvenir à une Europe sans tabac d’ici 2040 » et semblent anticiper le renforcement de leurs actions contre les autres facteurs de risques. Dont l’alcool (5 % des cancers).

 

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (3)
Jean Le 07 février 2022 à 18:34:54
Il faut remobiliser "Vin et Société", qui a arrêté de publier depuis 2ans et demi ses excellents travaux "vin et santé" . Si ce n'est fait , allez consulter l'analyse de 600 études sur ce sujet sur le site Vinetsociete.fr
Signaler ce contenu comme inapproprié
J L Poudou Le 07 février 2022 à 12:01:11
Le French Paradox a été confirmé après 20 ans d'études complémentaires. Alors stop aux excès des hygiénistes! Les députés Européens devraient trinquer plus souvent et faire preuve de modération car celle ci nous est due !
Signaler ce contenu comme inapproprié
MG Le 07 février 2022 à 09:14:35
La majorité des gens meurent dans leur lit : il est urgent d?interdire les lits.
Signaler ce contenu comme inapproprié

vitijob.com, emploi vigne et vin
Charente / Charente-Maritime / Deux-Sèvres ... - CDI
Côte-d'Or - Alternance/Apprentissage
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé