Accueil / Commerce/Gestion / Même revus à la hausse les rendements 2021 restent "les plus faibles depuis 1981"

Vins de Bourgogne
Même revus à la hausse les rendements 2021 restent "les plus faibles depuis 1981"

Lors de sa conférence de presse du 21 novembre, en préambule à la vente des Hospices de Beaune, l'interprofession bourguignonne a annoncé des volumes 2021 légèrement supérieurs à la première estimation post-vendanges. La réorientation du budget vers l'adaptation technique a été confirmée.
Par Clément L’Hôte Le 22 novembre 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Même revus à la hausse les rendements 2021 restent
Note positive dans ce tableau plutôt préoccupant : la qualité, et la typicité. « 2021 est un très beau millésime, très bourguignon, qui peut ressembler à ce qu’on faisait il y a 20-25 ans» assure Thiébault Huber. - crédit photo : Clément L'Hôte
9

00 à 950 000 hectolitres de vins de Bourgogne en 2021, soit « environ 50 % d’une année normale », et « 2/3 de la moyenne des dernières années ». Ce sont les chiffres annoncés par le Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne (BIVB) ce dimanche 21 novembre, en préambule à la 161e vente aux enchères des Hospices de Beaune. Cette fourchette, résultat d’une enquête auprès des vignerons, cache « une très grande hétérogénéité dans le vignoble», précise Frédéric Drouhin, président du BIVB.

« D’une manière générale, les blancs de la Côte d’Or et de la Côte chalonnaise ont été particulièrement affectés. Les rouges s’en sortent un peu mieux. » En termes de rendements, le millésime se situe entre 30 et 31 hl/ha. « En Côte de Nuits c’est plutôt bien. Mais à Chablis, c’est la moitié d’une récolte. »

Les plus petits volumes depuis 1981

En cause : les gelées d’avril bien sûr, mais aussi la grêle par secteurs, et « beaucoup de tri » en période de vendanges.

Ces chiffres dépassent la fourchette haute des estimations post-vendanges. Mais restent particulièrement préoccupants pour la filière. «Il faut remonter à 1985 pour trouver un volume inférieur à 1 million d’hectolitres en Bourgogne. Et à 1981 pour trouver des rendements inférieurs», relève Frédéric Drouhin.

18 mois de stocks en cave

D’autant plus que les « petits » millésimes se sont enchaînés dans la région ces dix dernières années, seuls 2017 et 2018 étant considérés comme « normaux ». Conséquence : des stocks qui s’amenuisent. « À date, la Bourgogne a 18 mois de stocks en cave, également répartis entre négoce et propriété. Avec la récolte 2021 assez faible, il va falloir un pilotage des marchés intelligent», anticipe Frédéric Drouhin.

Face à ces constats, l’interprofession réaffirme son virage vers l’adaptation technique, et en particulier l’adaptation au dérèglement climatique. Le BIVB vient d’augmenter son budget technique « de près de 600 000 euros », dévoile Frédéric Drouhin, promettant de «continuer à monter en puissance ». Thiébault Huber, président de la CAVB (Confédération de Vignerons de Bourgogne), donne quelques précisions quant au fléchage, citant notamment « la recherche de nouvelles lignées de chardonnay et de pinot noir », et de « cépages adaptés, destinés aux zones de non traitement ».

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé