Accueil / Commerce/Gestion / Le pari réussi du vin de cépage pour dynamiser les ventes de Bordeaux

Retour d’expérience
Le pari réussi du vin de cépage pour dynamiser les ventes de Bordeaux

Jusque-là spécialisé dans le vrac, le château Chauvet Dalla Longa se lance dans la vente directe en bouteille pour améliorer sa marge. Une diversification qui passe par des cuvées en monocépage.
Par Alexandre Abellan Le 30 juin 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le pari réussi du vin de cépage pour dynamiser les ventes de Bordeaux
Les prix de vente vont de 6 à 9 € TTC. - crédit photo : Château Chauvet Dalla Longa
L

e calcul est vite fait. « Une bouteille vendue aux particuliers dégage la marge de l’équivalent de 15 bouteilles vendues au négoce » résume Thimotée Busquet, le responsable du développement commercial du château Chauvet Dalla Longa (52 hectares de vignes en Entre-deux-Mers). Vendant jusqu’en 2019 la totalité de ses vins en vrac au négoce, le domaine bordelais s’est lancé dans la commercialisation directe quand le marché a commencé à se gripper (en volume et valeur).

Pour se différencier des habituels vins d'assemblage des cépages bordelais, le château mise sur la modernité avec des cuvées monocépages : 100 % cabernet sauvignon, cabernet franc (en rosé), malbec, sauvignon blanc… Travaillant sur des profils de vins adaptés aux modes de consommation actuels, le domaine familial propose également des étiquettes résolument au goût du jour : lisible et simplifiée. Qu’il s’agisse de moderniser la représentation du « château/maison bourgeoise » des AOC Bordeaux (avec une bâtisse épurée à l’extrême), voire de sortir des codes bordelais (pas de château et une bouteille bourguignonne pour la cuvée malbec, voir ci-dessous), et de proposer une contre-étiquette simple et utile (avec une notation de la typicité des vins : niveaux léger/fruité/boisé pour guider le consommateur).

Goût des cépages

Cette gamme de monocépages représente actuellement 5 % de la production du château. Une niche pour une commercialisation en circuits courts (cavistes, CHR, particuliers et salons des Vignerons Indépendants dès cet automne), avec une offre appréciée des professionnels et consommateurs : « elle permet de proposer la typicité à 100 % du cépage, de revenir à leur vrai goût, et de sortir des détails sur 5 % d’un cépage et 10 % d’un autre » explique Thimotée Busquet, qui souligne que son malbec a été retenu par le projet d’étude du CIVB sur le profil des vins de Bordeaux rouges « sortant des sentiers battus ». La question de sortir de l’AOC Bordeaux se pose au château Chauvet Dalla Longa, notamment pour des enjeux de rendement. « C’est en réflexion, mais pour l’instant l’AOC permet de faciliter notre référencement dans l’offre de nos acheteurs » indique Thimotée Busquet.

Afin de conforter son orientation innovante, la propriété prépare une cuvée 100 % petit verdot pour le millésime 2021, et vient de planter du marselan (désormais autorisé en expérimentation par l’AOC Bordeaux). Des microcuvées sont également à l’étude, d’une vinification intégrale à l’élevage en barriques, en passant par la maîtrise des températures pour proposer des cuvées sans sulfites ajoutés.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé