Accueil / Gens du vin / Toute la frénésie des records de la vente de vins des Hospices de Beaune 2022
Toute la frénésie des records de la vente de vins des Hospices de Beaune 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Bourgogne
Toute la frénésie des records de la vente de vins des Hospices de Beaune 2022

Boostée et non diluée par les volumes mis en vente, ces enchères caritatives battent quasiment tous les précédents records : produit global, prix moyen, adjudication de la pièce de charité... De quoi déjouer les pronostics les plus optimistes !
Par Alexandre Abellan Le 20 novembre 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Toute la frénésie des records de la vente de vins des Hospices de Beaune 2022
Adjugée 810 000 €, la pièce de la charité atteint un nouveau record grâce à la mobilisation de Flavie Flament et Benoît Magimel. - crédit photo : Sotheby’s / Micha Patault
L
e bilan définitif de la vente, publié à 10h le 21 novembre

Balayant tous les records, la vente aux enchères du 20 novembre s’élève au final à 31 millions d’euros (incluant les lots de vins et d’eaux-de-vie de Bourgogne), avec un prix moyen par lot de 39 155 € (+12 % par rapport au précédent record de 2021). De quoi exploser les compteurs pour les Hospices de Beaune. Même s'il s'agit du cas particulier d'un évènement caritatif, cette vente pose désormais un « record mondial pour une vente aux enchères de vins » note un communiqué de Sotheby’s diffusé le lendemain de la vente, ce 21 novembre. « Le total record, cette année, témoigne de la qualité exceptionnelle des vins des Hospices de Beaune produits par Ludivine Griveau et son équipe, ainsi que de la demande mondiale sans précédent pour les vins de Bourgogne élaborés par les meilleurs producteurs » pointe dans un communiqué Jamie Ritchie, le président de la maison de vente Sotheby’s Wine & Spirits

Le communiqué précise la liste définitive de l’achat groupé de la pièce des présidents, soit les négoces Badet Clément, Albert Bichot, Groupe Boisset, Bouchard Père et Fils, Champy, Chanson, Joseph Drouhin, Faiveley, Louis Jadot, Olivier Leflaive, Patriarche et Veuve Ambal. Leurs enchères collectives ont permis de fixer un nouveau record : 810 000 €. Son bénéfice va financer deux associations pour la défense de l’enfance et marquer un hommage au négociant Louis-Fabrice Latour (voir plus bas).

  Bilan à 21h19 : "des résultats historiques et spectaculaires"

Pour clore quasiment 7 heures de vente, le directeur des Hospices de Beaune, François Poher, présente des « résultats à la fois historiques et très spectacultaires » : les vins blancs ont levé 10,7 millions d'euros et les vins rouges 18,74 millions €. Soit un total de 28,851 millions € : pulvérisant les 12,76 millions € de la vente de 2020 (voir infographie ci-dessous). « L'évolution pour les blancs est 14,18 %, pour les rouges c'est stable, +0,08 %, mais avec une récolte plus de deux fois supérieures. Soit une évolution moyenne de 8,2 % pour les pièces mises à la vente » indique François Poher, ajoutant que « l'heure est à reconnaître ces résultats et à en être fier. Viendront ensuite toutes les réflexions que cette évolution majeure représentent pour notre institution. »

Avec une adjudication à 810 000 €, la pièce de charité dépasse de justesse le record de 2021 (800 000 €). En retirant la pièce des présidents, le prix moyen de la pièce avoisinerait 36 000 €, battant les 33 000 € de 2021 qui avaient cassé tous les records. Seul le nombre de pièces mises en vente ne bat pas de record, avec 802 tonneaux cette année, derrière les 843 de 2018, mais très loin devant les 356 de 2021.

 

Fin à 21h12 : Une édition de tous les records

Achevant la 162ème vente de vin des Hospices de Beaune sur un ultime coup de marteau (15 000 € le Beaune Premier Cru Les Montrevenots, cuvée Cyrot-Chaudron), la commissaire-priseur Jeanne Calmont met fin à une « merveilleuse vente » et un nouvel enchaînement de records. D’après les premières estimations, le produit global de la vente 2022 va frôler les 29 millions €, dépassant largement les 12,76 millions € de la vente de 2020. Avec une adjudication à 810 000 €, la pièce de charité dépasse de justesse le record de 2021 (800 000 €). En retirant la pièce des présidents, le prix moyen de la pièce avoisinerait 36 000 €, battant les 33 000 € de 2021 qui avaient cassé tous les records. Seul le nombre de pièces mises en vente ne bat pas de record, avec 802 tonneaux cette année, derrière les 843 de 2018, mais très loin devant les 356 de 2021.

20h58 : un record de prix moyen affirmé à 95 % de la vente

Arrivée au lot 762 (Savigny-lès-Beaune Premier Cru cuvée Fouquerand, 15 000 €),la vente aux enchères reste vive, son produit total frôle désormais les 30 millions € (à 29 millions € d’après le relevé Vitisphere). Et ce avec un prix moyen de 38 141 € la pièce ! Un niveau dépassant largement le prix moyen de 33 223 € qui avait défrayé la chronique en 2021. Malgré la profusion de lots (802 cette année, contre 356 l’an passé), la demande est loin de s’être calmée.

Le prix de la goutte des Hospices de Beaune explose encore cette année.

 

20h18 : le plafond des 25 millions € explosé à 80 % des lots

Alors que les rangs s’éclaircissent dans les halles de Beaune, le lot 641 (adjugé 18 000 € pour le Beaune Premier Cru, cuvée Rousseau) marque un cap : 80 % des 802 lots sont passés. Le relevé manuel des enchères enregistrées sur le site Sotheby’s indique une levée de fonds totale de 27 millions d’euros (y compris la pièce des présidents, sans les frais de vente de la maison de vente). Ce qui explose allégrement les 12,76 millions € de la vente de 2020 (avec 637 pièces).

Le devenir des lots adjugés ce soir.

 

18h34 : 50 % des lots adjugés

La moitié des 802 lots sont désormais vendus, avec l’enchère de 162 000 € pour la pièce d’Échezeaux Grand Cru, cuvée Jean-Luc Bissey (estimée 70 à 100 000 €).

La foule s'est également dispersée avec la tombée de la nuit.

 

18h09 Le cap des 300 000 € passé

En mettant à part la pièce de charité, le lot le plus cher est désormais le lot de Bâtard-Montrachet Grand Cru, Cuvée Dames de Flandres adjugé (estimé 120 à 150 000 €). Son acheteur a pris les cinq pièces mises en vente.

La salle et les sièges des officiels se vident progressivement depuis le passage de la pièce des présidents et la tombée de la nuit.

 

18h01 Cris de poissonniers dans les Halles de Beaune

Signes de tension dans la salle, où les mises à prix des cuvées Pouilly-Fuissé cuvée Françoise Poisard sont précédées de cris stridents (qui 16, qui 17 pour se positionner à 16 ou 17 000 €, qui ne sont pas dépassés). Après 3h30 de vente (et 15 minutes de suspension après la pièce des présidents), les signes d’agacement pointent pour les acheteurs en quête de lots.

Combat de panneaux et de hurlements entre enchérisseurs.

 

17h51 : 40 % des lots vendus

Ayant pris le relai, le commissaire-priseur Étienne de Couville adjuge le 321ème lot pour une enchère de 130 000 € la pièce Corton-Charlemagne Grand Cru cuvée François de Salins (estimé 55 à 85 000 €). Le marathon de cette vente continue.

 

16h57 Nouveau record à 810 000 € la pièce des présidents

Poussant les enchères, le parrain et la marraine de la pièce de charité ont donné de leurs personnes pour battre le record de 800 000 € arraché en 2021 par l’acteur Pio Marmaï (pour l’institut Curie) et l’actrice Jeanne Balibar (pour la Fédération Nationale Solidarité Femmes). Ce Corton Grand Cru est « une pièce unique » pointe le commissaire-priseur. Faisant la promotion de la dégustation de la pièce de la charité, Flavie Flament entraîne les huées en parlant d’un Aloxe Corton, puis d’un Corton Premier Cru, avant d’être applaudie après avoir rectifié un Corton Grand Cru. De quoi causer un ban bourguignon dans toute la salle.

Ayant repéré les principaux négociants de Bourgogne, Flavie Flament ne leur laisse pas un instant de répit.

Commençant les enchères à 100 000 €, Flavie Flament traque depuis l’estrade les grands acheteurs pour faire monter la mise. Descendant dans les allées, Benoît Magimel fait son « Guy Lux dans la salle ». Interpellé par Flavie Flament, Gilles de Larouzière (à la tête du groupe Henriot) fait monter l’enchère à 650 000 €. « On n’est pas loin du record » s’exclame Flavie Flament, qui appelle les négociants à abonder cette somme. « Si les impôts ne m’avaient pas cartonné cette année, je participerai ! » lance Benoît Magimel. Le rejoignant dans la salle, Flavie Flament descend chercher des rallonges. L’animatrice obtient 100 000 € des membres de la Fédération des Négociants-Éleveurs de Grande Bourgogne (FNEB). Interpellé, Frédéric Drouhin (maison Joseph Drouhin) ajoute 50 000 €, permettant d’atteindre les 800 000 €. Travaillé au micro par le parrain et la marraine, Albéric Bichot (maison Albert Bichot) ajoute les 10 000 € permettant de dépasser le record. Si Flavie Flament regrette de ne pas avoir atteint le million d'euros qu'elle s'était fixée, elle retourne sur scène avec Benoît Magimel pour valider la vente au marteau.

Benoît Magimel parcourant les allées pour motiver les acheteurs : que les gros acheteurs lèvent le doigt.

Appelés sur scène aux côtés de la famille de Louis-Fabrice Latour, Gilles de Larouzière, Albéric Jadot et Frédéric Drouhin ont salué la mémoire de leur défunt confrère et ami, Louis-Fabrice. « Nous ne nous sommes pas forcément concertés. C’était une évidence de s’associer » explique Frédéric Drouhin, indiquant avoir été touché par les associations : « il n’y a pas plus joyeux de voir un enfant sourire, il n’y a pas plus déprimant de voir un enfant souffrir ». Evoquant un « effet entraînement entre amis et collègues », il souligne que cet achat collectif a été « fait spontanément ». Un ban bourguignon a conclu ce moment marquant.

16h33 La pièce de charité mise en vente pour l’enfance et la mémoire de Louis-Fabrice Latour

Moment fort de la vente, la pièce de charité va financer les projets des associations Vision du Monde (pour lutter contre les mutilations génitales féminines au Kenya) et Princesse Margot (pour un hébergement des familles auprès d’enfants touchés par un cancer). La pièce est adjugée par l'animatrice Flavie Flament et l’acteur Benoît Magimel, parrain et marraine de l’association Vision du Monde.

Au-delà du geste de solidarité, cette pièce de charité est également cette année une cuvée hommage. Cet assemblage de climats de Corton (Renardes, Bressandes et Chaume) est dédié à la mémoire du négociant Louis-Fabrice Latour, figure des vins de Bourgogne et de France disparue début septembre.

 

16h04 Changement de commissaire-priseur

Véritable marathon, le vente aux enchères des Hospices nécessite de changer de commissaires-priseurs. Aurélie Vandervoode prend le relais au lot 172, Pommard Premier Cru Les Epenots cuvée Dom Gobelet, pour aller jusqu’à la vente de la pièce des présidents (lot n°236).

 

15h30 Le cap des 200 000 € passé

Sous les applaudissements, une enchère à 200 000 € est arrêtée au marteau pour une pièce de Clos de la Roche Grand Cru cuvée Cyrot-Chaudron (estimé 85 à 140 000 €). Les trois pièces suivantes de ce lot sont attribuées à 180 et 190 000 €.

15h06 Une demi-heure pour 61 lots

Le commissaire-priseur Pierre Mothes de Sotheby's a bouclé la vente des 61 premiers lots en 30 minutes, passant à la cuvée de Volnay Premier Cru Général Muteau. Cette dernière est adjugée pièce par pièce au prix de mise en vente de 20 000 € qui est disputé vivement par les enchérisseurs. Plusieurs acheteurs se manifestant en même temps quand les estimations 12 à 17 000 €. Alternant les acheteurs (« il faut changer les têtes » et « respecter la parité »), le commissaire-priseur choisit parmi les enchérisseurs qui ne cachent pas leur frustration.

  14h52 Une fête populaire pour des prix spectaculaires

Fête populaire, la vente des Hospices de Beaune rassemble de nombreuses amateurs des vins de Bourgogne. Pouvant suivre sur grand écran la vente depuis la place de Halle, le public est nombreux à commenter les prix d'adjudication s'emballant pour des tonneaux de 228 litres (l'équivalent de 288 bouteilles). Aux alentours de 20 à 22 000 € pour les pièces du Pommard Premier Cru des Dames de la Charité.

 

14h37 Adjudication du premier lot : 18 000 €

Un Beaune Premier Cru, les Dames Hospitalières, est la première cuvée à être mise aux enchères. Menée par le commissaire-priseur Pierre Mothes, l’enchère est rapidement adjugée à 18 000 € prix marteau pour une seule pièce de ce lot (estimation 10 à 14 000 €). Du même lot, des pièces suivantes montent à 19 000 €, d'autres tombent à 17 000 €. Pour comparaison, le prix moyen de la pièce en 2021 était de 33 223 €, juste au-dessus de 20 000 € en 2019 et 2020 (voir ci-dessus pour l’infographie des prix historiques).

Il est 14h30 : ouverture de la vente aux enchères

Ce dimanche 20 novembre s’ouvre la 162ème vente aux enchères des vins des Hospice Civils de Beaune (60 hectares de vignes léguées à l’établissement de santé). 802 pièces sont mises en vente pour le millésime 2022, ce qui est abondant par rapport à 2021 (352 pièces), mais reste en deçà du record de 2018 (843 pièces). 51 cuvées sont mises en vente, avec comme nouveautés un Beaune premier cru Clos des Mouches (leg de Hugues et Louis Bétault) et un Corton grand cru cuvée les Renardes. à noter l’absence de lots de Santenay, la parcelle venant d’être arrachée pour être replantée (l’âge moyen des vignes des Hospices est de 40 ans). En tout, seront mises en vente 602 pièces de vins rouges, 182 de vins blancs, 12 de Marc de Bourgogne et 5 de Fine de Bourgogne seront.

De quoi aller vers un nouveau record pour le total des adjudications et une baisse du prix moyen de la pièce ? « Je ne fais jamais de pronostics. J’ai essayé deux fois, je me suis planté ! » réplique François Poher, le directeur des Hospices Civils de Beaune. Pour poser le décor, les précédents chiffres clés des ventes des Hospices Civils de Beaune sont repris en infographies ci-dessous.

 

14h25 Hommage à Louis-Fabrice Latour

Avant le lancement de la vente, François Poher, le directeur des Hospices, lance un hommage au négociant Louis-Fabrice Latour, « un enfant de Bourgogne ». Prenant la parole, son épouse, Patricia Latour, et sa fille, Eléonore Latour, notent l'absence de celui qui était actif dans cette vente depuis 1990 (et présent comme spectateur depuis ses 15 ans). Le plus bel hommage à sa mémoire sera d'être généreux pour soutenir les causes portées par la pièce de la charité, dédiée à Louis-Fabrice Latour.

 

10h45 "Juin a fait le millésime 2022"

Revenant en conférence de presse matinale sur le millésime 2022 mis en vente ce jour, Ludivine Griveau, la régisseuse du domaine viticole des Hospices de Beaune (60 hectares de vignes), souligne « la pureté aromatique » et « la belle fraîcheur » des 182 pièces de vins blancs et « la fraicheur de fruit » des « grands terroirs ressortant » sur les 620 pièces en rouge (sans « effet lissant » du millésime solaire). Face à l’année viticole, Ludivine Griveau estime que « juin a, pour moi, fait le millésime 2022. J’ai longtemps cherché après avoir vinifié ce qui était en lien avec ce que l’on avait traversé aux vignes, puis les raisins en quantité et qualité. Je pense que c’est juin, qui a été excédentaire en soleil, en lumière, en eau. La vigne a profité du mois de juin pour garder tout ce que l’on est en train de me donner. C’est certainement ça qui a conduit, même mi-août, à des signes de stress hydrique pas si important au vu des conditions que l’on traversait. »

Présentant « 802 bébés », Ludivine Giveau note « que ce millésime 2022 nous a un petit peu bousculé, poussé dans nos retranchements. 2021 et 2019 avaient apporté leurs lots de surprises. »

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé