Accueil / Gens du vin / Beaune cause et pronostics civils sur la vente de vin des Hospices
Beaune cause et pronostics civils sur la vente de vin des Hospices
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Millésime 2022
Beaune cause et pronostics civils sur la vente de vin des Hospices

Au profit de l’établissement de santé du vignoble bourguignon et d’associations d’aide aux enfants (cancer et mutilations génitales), ces enchères caritatives 2022 déchaînent la passion des prévisions. En attendant le dernier coup de marteau et le résultat des adjudications.
Par Alexandre Abellan Le 20 novembre 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Beaune cause et pronostics civils sur la vente de vin des Hospices
Oubliant le tapis rouge pour de la moquette bleue, les halles de Beaune se préparent à la tenue de la vente aux enchères de ce dimanche 20 novembre 2022. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
C

haque vente aux enchères des Hospices Civils de Beaune est un cas bien particulier, un casse-tête dont les multiples facteurs sont pris en compte par les amateurs de pronostics, prévoyant qui un nouveau record pour le total des adjudications, qui une baisse du prix moyen de la pièce. Pour les enchères caritatives de ce dimanche 20 novembre 2022, les données sont d’abord posées en termes de volumes : les 60 hectares de vignes léguées aux Hospices ont produit d’importants volumes avec 802 pièces*, ce qui est abondant par rapport à 2021 (352 pièces), tout en restant inférieur à la profusion record de 2018 (843 pièces).

Face à cette profusion volumique, le montant global de la vente aux enchères pourrait battre le record de 2018 (13,97 millions € pour 843 pièces), du moins si le montant moyen de la pièce reste proche des éditions 2019 et 2020 (respectivement 20 409 et 20 271 € pour 596 pièces et 637 pièces). Croisés dans les dégustations de ces vins en cours d’élevage, journalistes et négociants habitués de la vente tablent par contre pour un prix d’adjudication inférieur à l’édition 2021 (33 223 €/pièce pour 356 lots). Mais avec la participation d’acheteurs internationaux, aucune prévision ne peut être gravée dans le marbre. « Je ne fais jamais de pronostics. J’ai essayé deux fois, je me suis planté ! » glisse François Poher, le directeur des Hospices Civils de Beaune, pour qui la fulgurante hausse des prix constatée ces dernières années (voir infographie ci-dessous) s’explique « parce que les Bourguignons travaillent bien. On produit d’excellents vins, qui sont recherchés partout dans le monde. Entre la notoriété et la qualité, la demande est plus forte que l’offre. »

En faire bon usage

« Pour nous, chaque pièce vendue est un cadeau. Et on ne demande pas le prix d’un cadeau… Notre seul devoir est d’en faire bon usage » ajoute François Poher, rappelant que l’établissement de santé de Beaune utilise les excédents de la vente pour financer ses investissements hospitaliers. Moment fort de la vente, dopant ses enchères, la pièce de charité financera les projets des associations Vision du Monde (pour lutter contre les mutilations génitales féminines au Kenya) et Princesse Margot (pour un hébergement des familles auprès d’enfants touchés par un cancer). La pièce sera adjugée par l'animatrice Flavie Flament et l’acteur Benoît Magimel, parrain et marraine de l’association Vision du Monde. Au-delà du mouvement de solidarité, cette pièce de charité se double cette année d’un enjeu de cuvée hommage. Cet assemblage de climats de Corton (Renardes, Bressandes et Chaume) est dédié à la mémoire du négociant Louis-Fabrice Latour, apprécié des professionnels de la filière pour sa personnalité comme des amateurs de vins pour ses grands crus de Bourgogne. De quoi pulvériser le record de 2021 (800 000 € levés par la pièce de charité).

Dernier facteur, et pas des moindres, la qualité du millésime 2022. Certes solaire et précoce, il reste marqué par une fraîcheur étonnante indique Sébastien Lecomte, adjoint de la régisseuse des Hospices Civils de Beaune. « Est-ce que la vigne s’habitue dans le temps avec la succession de millésimes secs » se demande l’œnologue, notant 1 à 4 % des raisins secs lors des tries. Pour le technicien, la chaleur du millésime demandait un effeuillage et un rognage attentifs (pour maintenir de l’ombrage) et un ébourgeonnage précis (conservant 7 à 8 raisins par cep en moyenne). Avec ces vins prometteurs, « on espère de beaux chiffres de vente. C’est pour la bonne cause » conclut Sébastien Lecomte.

 

* : Une pièce représente 228 litres de vin (soit 288 bouteilles de 75 cl).

 

Si tous les vins mis en vente sont actuellement secs (sans sucre résiduels), les fermentations malolactiques s'amorcent juste sur les vins rouges (en blanc, seul Bâtard-Montrachet l'a commencé).

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé