Accueil / Oenologie / Des astuces à la vigne et à la cave pour limiter les résidus de pesticides dans les vins

Replay
Des astuces à la vigne et à la cave pour limiter les résidus de pesticides dans les vins

Vaut-il mieux réduire le nombre de traitements phytosanitaires, leur dose, ou travailler sur leur positionnement ? Est-il préférable de laver le raisin ou de coller les vins ? Deux expertes ont dévoilé leurs astuces lors d'un webinaire organisé entre l'IFV et Vitisphere.
Par Marion Bazireau Le 15 septembre 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Des astuces à la vigne et à la cave pour limiter les résidus de pesticides dans les vins
Pour limiter les résidus dans les vins, le plus efficace est de bien choisir et positionner les molécules utilisées contre le mildiou, le botrytis, ou l’oïdium. - crédit photo : DR
Q

uelles pratiques viticoles et œnologiques pour limiter les teneurs finales en résidus de produits phytosanitaires dans les vins ? Responsable contaminants à l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV), Magali Grinbaum a donné plusieurs pistes aux vignerons lors d’un webinaire organisé ce 13 septembre.

« D’après nos nombreuses expérimentations, le plus efficace est de bien choisir et positionner les molécules utilisées contre le mildiou, le botrytis, ou l’oïdium. Mieux vaut ainsi appliquer les plus traçantes avant la floraison ».

Viennent ensuite la date de la dernière application de produit avant la récolte, et l’utilisation d’adsorbants en filtration ou en collage, « notamment de fibres végétales sélectives ou de charbon ».

En rouge comme en blanc, la vinification en phase liquide donne aussi de bons résultats. Le lavage des raisins permet quant à lui de réduire jusqu’à moitié les résidus de pesticides.

Peu d’effets de la dose et du nombre de traitements

« Contrairement à ce que nous imaginions, le nombre de traitements et leur dose ont peu d’effets, de même que la clarification ou l’élevage sur lies. »

Ces résultats donnent une tendance, mais peuvent changer selon la molécule étudiée. « Il n’y a dans tous les cas aucune recette miracle, la démarche de réduction des résidus est à adapter au millésime et à l’échelle de chaque cave » a conclu Magali Grinbaum.

C’est ce qu’a confirmé Vanessa Riou, responsable QSE et des 900 hectares du Vignoble à la Cave de Tavel et Lirac. 40 % de sa récolté est analysée. « Et 90 % sort sans résidus, sous le seuil de minimis ».

Des analyses de plus en plus fines

Les techniques d’analyse se sont perfectionnées depuis que la cave s’est penchée sur le sujet en 2014. « Le piège, c’est que de plus en plus de molécules ressortent alors que nos pratiques ne cessent de s’améliorer. Sans compter l’apparition de nouveaux ravageurs, tels que Cryptoblabès gnidiella, et le manque de recul sur les produits qui pourraient les éliminer ».

Entre produits CMR, souvent peu traçants, zones de non traitement, et zones végétalisées, les viticulteurs ont de moins en moins de solutions pour sauver leur récolte.

« Plutôt que de leur imposer des listes négatives de produits, comme je le faisais auparavant, j’ai désormais plus tendance à les inciter à utiliser les produits traçants avant fleur et à alterner les molécules. Cela évite aussi le risque de résistances aux maladies » a illustré Vanessa Riou.

 

Le visionnage de cette vidéo est susceptible d'entraîner un dépôt de cookies de la part de l'opérateur de la plate-forme vidéo vers laquelle vous serez dirigé(e). Compte-tenu du refus du dépôt de cookies que vous avez exprimé, afin de respecter votre choix, nous avons bloqué la lecture de cette vidéo. Si vous souhaitez continuer et lire la vidéo, vous devez nous donner votre accord en cliquant sur le bouton ci-dessous.
Lire la vidéo

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé