LE FIL

Hiérarchisation, couleur et certification environnementale

Philippe Pellaton préside l’interprofession et la diversification des vins du Rhône

Vendredi 06 novembre 2020 par Alexandre Abellan

« Aujourd’hui nous sommes sur des niveau de rémunérations conformes à ce que peut souhaiter un vigneron et des niveaux d’accès au marché conformes pour nos amis négociants » indique Philippe Pellaton
« Aujourd’hui nous sommes sur des niveau de rémunérations conformes à ce que peut souhaiter un vigneron et des niveaux d’accès au marché conformes pour nos amis négociants » indique Philippe Pellaton - crédit photo : Clément Puig
Le président de la cave coopérative de Laudun-Chusclan (Sinnae) prend les rênes d’Inter Rhône avec une approche sereine des équilibres économiques et l’objectif de dégonfler la bulle des appellations en rouge.

Elu ce 5 novembre à la présidence de l'interprofession des vins d’appellation des Côtes du Rhône et de la Vallée du Rhône (Inter Rhône), le viticulteur gardois Philippe Pellaton affiche avant tout sa sérénité dans ce « moment de grande confusion ».

Annonçant en visioconférence de presse une baisse « modérée » de 6 % des commercialisation sur la campagne 2020-2021 (entre taxes Trump et pandémie de coronavirus), des stocks « contenus » et une récolte « pas énorme » (en baisse -6 % du fait aléas climatiques et notamment sécheresse), le président de la maison Sinnae souligne sa confiance dans une situation économique à l’équilibre. Philippe Pellaton indique ainsi qu’« il n’y a pas de difficultés se traduisant pas des baisses des cours sur les AOC régionales », avec de premiers prix constatés à 140-145 €/hl. « Il n’y a pas de dégradation comme ailleurs » résume-t-il.

"Le modèle de la premiumisation marche"

Vice-président d’Inter Rhône depuis plus de dix ans et membre de sa commission promotion depuis 2004*, Philippe Pellaton succède au négociant Michel Chapoutier dans un esprit de poursuite de sa stratégie de valorisation, tout en accentuant les autres leviers de diversification. Revendiquant une « stratégie plurielle » selon les AOC, Philippe Pellaton distingue d’abord le cas des appellations 100 % rouges auxquelles il conseille une logique de crus, de premiumisation. « Monter à l’étage supérieur permet de s’affranchir difficultés. Saint-Joseph et Hermitage sont des exemples montrant que le modèle de la premiumisation marche » souligne le président d’Inter Rhône,

Promoteur des mécaniques de montée en gamme auprès des syndicats AOC, Philippe Pellaton salue l’initiative des Costières de Nîmes d’amorcer la réflexion sur des noms de villages complémentaires, tout en appelant les AOC du Luberon, du Ventoux ou de Grignan-les-Adhémar à s’intéresser à cette hiérarchisation. Indiquant également que les crus pourraient aussi développer des mention grand cru et premier cru. Cette pyramide AOC doit se retrouver dans la segmentation de la communication pour Philippe Pellaton, qui appelle à plus d’actions de promotion pour les Côtes du Rhône Villages, ainsi que des initiatives collectives pour valoriser la gamme des crus.

Miser sur les rosés et les blancs

L’autre levier de diversification des vins du Rhône est chromatique. « Actuellement, nous produisons 75 % de rouges, 15 % de rosés et 5 % de blancs. Je vise une tendance de 20 à 25 % de rosés et 15 % de blancs » annonce Philippe Pellaton. « On ne va pas basculer tous les volumes de rouges en rosés, mais honorer la demande, il y a une place à prendre » indique le viticulteur gardois, incitant l’AOC régionale Côte du Rhône à suivre cette tendance, déjà adoptée en Luberon et Ventoux (le modèle gagnant de la période : « Ventoux rosé en MDD et BIB »).

Pour développer la production de vins blancs, un travail préalable doit être réalisé sur les profils produits et les cépages adaptés prévient Philippe Pellaton, qui compte renouveler les missions de la structure technique d’Inter Rhône. L’institut Rhodanien va connaître ces prochains mois « un gros chantier structurant et structurel. A mon, sens l’institut n’a pas assez travaillé en cohésion avec la vision stratégique du conseil d’administration et au service des AOC » indique le président de l’interprofession, qui ne souhaite plus de « recherche tout azimut indépendamment de nos stratégies ».

"Labels environnementaux"

Cet Institut Rhodanien rénové devra également travailler sur les questions de biodiversité et de bonnes pratiques environnementales, qui constituent l’autre levier de diversification du vignoble rhodanien. Hors premiumisation et changement de couleur, « sur les volumes restants de rouges » Philippe Pellaton estime que « si on y applique des labels environnementaux (HVE, Terra Vitis, Vignerons Engagés…), on a un peu plus de chance que si on reste tanqué à ne pas vouloir y aller ».

Soulignant que les « vins rouges conventionnels passant à bio auront un accès au marché plus grand », le viticulteur gardois s’affiche en partisan de la mixité des viticultures bio et conventionnelle sur une même exploitation. Rejetée par des vignerons bio, cette solution permettrait de produire 50 % de vins bio en vallée du Rhône estime Philippe Pellaton, qui souligne que « la nécessité d’engager l’ensemble de l’exploitation fait porter des risques techniques et commerciaux importants ». Sur les 30 hectares de vignes qu’il exploite, il a ainsi fait le choix de convertir en bio son seul atelier de production de vin blanc (représentant 20 % de son exploitation, les vins rouge étant certifiés HVE).

Avec ces mesures, « les volumes résiduels en Côtes-du-Rhône diminueront et ne devraient pas peser sur le marché » conclut Philippe Pellaton.

 

 

* : Philippe Pellaton a quitté cet été la présidence de la Fédération des Syndicats de Producteurs de Vins à Appellation Contrôlée de la Région du Sud-Est (FRAOC), il va quitter prochainement la présidence du Syndicat Général des Vignerons de la Vallée du Rhône et de secrétaire général de la Confédération Nationale des producteurs de vins et eaux-de-vie de vin à Appellations d'Origine Contrôlées (CNAOC). Il reste membre du Comité Régional Vins de l’Institut National de l’Origine et de la Qualité pour la région Vallée du Rhône.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé