LE FIL

Crise de Bordeaux

La sucrosité des vins rouges fait débat

Mercredi 23 octobre 2019 par Alexandre Abellan

 « Je vais mettre les pieds dans le plat… » prévient Philippe Marion, avant de lancer un vrai pavé dans la mare ce 21 octobre à Bordeaux Sciences Agro.
Face aux difficultés commerciales, le profil-produit des vins bordelais est remis en question. Avec l’idée pour certains metteurs en marché de s’orienter vers des teneurs conséquentes en sucres résiduels.
Ce contenu La sucrosité des vins rouges fait débat est réservé aux abonnés payants Vitisphere et La Vigne. Pour y accéder :

ABONNEMENT LA VIGNE
Vitisphere
Si vous êtes abonné LA VIGNE Vitisphere
SE CONNECTER
Si vous n’êtes pas abonné, vous pouvez profiter de l’intégralité des contenus du site en vous abonnant à l’offre Vitisphere La Vigne 100% numérique (formule web)
- 100 % des contenus du site avec accès aux archives du magazine La Vigne
- La météo professionnelle et locale
- L’annuaire des professionnels viti-vinicole
- La reception des deux newsletters par semaine, version intégrale «la lettre du Vigneron», «la lettre de la filière»
- L'application de lecture "La Vigne Kiosque"
Où vous pouvez profiter de l’intégralité des contenus du site en vous abonnant à l’offre La Vigne Vitisphere Intégrale (formule papier + web)
- 11 numéros
- 1 guide hors série
- 100 % des contenus du site
- La météo professionnelle et locale
- L’annuaire des professionnels viti-vinicole
- La reception des deux newsletters par semaine, version intégrale «la lettre du Vigneron», «la lettre de la filière»
- L'application de lecture "La Vigne Kiosque"
DECOUVRIR LA VIGNE Vitisphere
Vous souhaitez découvrir gracieusement
LA VIGNE Vitisphere pendant 2 mois
RECEVOIR NOS Newsletters
Vous souhaitez recevoir les newsletters
la E-lettre de la Filière et la E-lettre du Vigneron

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Vous devez être abonné pour pouvoir commenter ce contenu payant
VOS RÉACTIONS
marc Le 24 octobre 2019 à 09:58:39
Régulièrement en contact dans des formations avec des novices et des puristes, c'est un débat intéressant à mener pour la profession. Je présente régulièrement dans mes séances, un cabernet franc du Languedoc dont le viticulteur a défini le profil avec trois grammes de sucre résiduel. Bien entendu, même produit sur une zone classée en AOC Minervois La Livinière, il est revendiqué en vin de pays. Effectivement ce que reproche le consommateur aux Bordeaux en général est d'être trop austères à la dégustation mais l'on pourrait étendre cette position à d'autres appellations ou régions. Pourquoi autoriser des additifs pour masquer des défauts ou insuffisances et refuser, de manière naturelle, la présence de quelques grammes de sucre résiduel ? Il faut arrêter de se mentir et Bernard Farges fait de la langue de bois en affirmant que les Bordeaux dégustés sur table sont les meilleurs. Les causes sont bien connues, vous manquez d'ambition pour la typicité du produit et l'arrivée massive dans les chais de la thermovinification a encouragé ce nivellement par le bas. Certains chefs de cave affirment pouvoir vinifier une vendange altérée à 30 ou 50 %. À la dégustation c'est imbuvable et ces mêmes responsables de caves le reconnaissent ce devrait être pour la "Cuvée du Patron". Les AOC méritent autre chose, de redéfinir des typicités, et pourquoi pas, à condition que le consommateur en soit averti aller vers cette tendance du marché. Le consommateur lambda est plus nombreux que le puriste même si les choses évoluent...
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé