Accueil / Commerce/Gestion / Les vins Gustave Lorentz, fidèle du répertoire sec et classique
Les vins Gustave Lorentz, fidèle du répertoire sec et classique
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Alsace
Les vins Gustave Lorentz, fidèle du répertoire sec et classique

Depuis ses débuts en 1836, la maison Gustave Lorentz, à Bergheim, est fidèle à un style de vins secs qui lui permet de jouer placée essentiellement sur le marché de la restauration en France et dans 75 pays à l’export.
Par Christophe Reibel Le 17 novembre 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les vins Gustave Lorentz, fidèle du répertoire sec et classique
Georges Lorentz dans la cave mise en service en 2014. Elle peut loger 16 000 hl sous inox et 2 000 hl en fûts. - crédit photo : Christophe Reibel
U

n assemblage gewurztraminer/pinot gris nature et un vin orange associant le sylvaner à ces deux premiers cépages ne doivent guère tromper le visiteur de passage au caveau de dégustation de la maison Gustave Lorentz. « Ce sont de petites séries qui cherchent à recréer un débouché à des cépages actuellement en souffrance. Mais ce sont les vins secs de gastronomie qui ont toujours constitué notre image de marque. Ils conservent ce rôle » commente Georges Lorentz, président de la SAS Gustave Lorentz. L’offre de l’entreprise s’articule autour de trois gammes : d’une part les cuvées et les réserves élaborées grâce aux apports d’une quarantaine de viticulteurs cumulant quelque 130 ha conduits en Haute Valeur Environnementale (HVE), d’autre part la ligne « Evidence » approvisionnée par les 35 ha de sols argilo-calcaires profonds exploités en propre, entièrement sur Bergheim, et en bio depuis 2012.

65 % du chiffre d’affaires à l’export

Les cuvées et réserves pèsent 70 % des ventes, le domaine 30 %. En France, la grande distribution ne représente que 3 % des bouteilles écoulées alors que la restauration en accapare 65 %. « Cette implantation est importante. Beaucoup de clients nous contactent après avoir découvert nos vins à table » souligne Georges Lorentz. L’entreprise travaille avec 50 représentants multicartes qui se sont tournés vers les cavistes le temps du confinement et sans essayer de les conquérir par le prix. « Ce choix commence seulement à payer » reconnaît Georges Lorentz. Le développement de l’export a été l’autre axe privilégié. Il pèse 65 % du chiffre d’affaires. Suède, Norvège, Etats-Unis et depuis quinze ans la Chine, sont des valeurs sûres. « Expédier dans 75 pays permet d’amortir les crises. Pendant le confinement, les magasins des monopoles d’Etat sont restés ouverts et les ventes se sont très bien tenues » commente Georges Lorentz qui souhaite cependant rééquilibrer ses ventes vers la métropole. Il envisage d’amplifier le démarchage des cavistes et de passer à quatre actions VPC par an au lieu d’une jusque-là, à partir de fichiers d’adresses achetés.

Le domaine gagne 10 ha en 2023

En janvier dernier la maison de négoce de Bergheim a augmenté ses tarifs de 10 % en raison de la hausse des intrants et des raisins. Elle s’attend à boucler une « bonne année 2022 ». Le bond de 20 % de l’exportation fera que le chiffre d’affaires 2022 dépassera celui de 2019. Les disponibilités en riesling et en pinot noir sont aujourd’hui tendues. La reprise en 2023 par le domaine de 7 ha d’un ancien apporteur et de 3 ha supplémentaires suite à deux fins de carrière sans succession allégera cette contrainte. Ces surfaces seront sans hésiter converties en bio. Ce changement « a amélioré les structures acides, apporté plus d’énergie, de la longueur et du gras à nos vins » se félicite Georges Lorentz.

 

 

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé