Accueil / Viticulture / La Champagne fait le plein de raisins et de sourires
La Champagne fait le plein de raisins et de sourires
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Quantité et qualité
La Champagne fait le plein de raisins et de sourires

La vendange 2022 est marquée par de beaux rendements, réjouissant les opérateurs champenois qui demandent un dépassement exceptionnel du rendement butoir pour les mettre à profit.
Par Alexandre Abellan Le 07 septembre 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La Champagne fait le plein de raisins et de sourires
« Tous les signaux semblent au vert » résume Vincent Jourdan, ce 6 septembre à la coopérative vinicole de Sermiers (qu’il préside). - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
B

eau temps et grands sourires réchauffent les journées du vignoble champenois en pleines vendanges ce début septembre. Aussi mûr que solaire, le millésime 2022 débouche sur des rendements globalement généreux, amenant un heureux contrepoint à la petite récolte 2021, malmenée par un climat propice aux maladies cryptogamiques. « En 2021, si l’on m’avait demandé à quoi ressemblerait une année parfaite, j’aurais imaginé 2022 » s’amuse Damien Champy, le secrétaire général du Syndicat Général des Vignerons de Champagne (SGV). Présidant la cave coopérative Le Brun de Neuville, le viticulteur du Sézannais soulignant que la Champagne passe à nouveau d’une année difficile à une millésime généreux, comme entre 2018 et 2019.

Particularité de ce millésime, les pellicules sont épaisses et sont plutôt dures à presser. Avec un temps de débourbage plus long, les étapes préfermentaires imposent de ralentir le rythme de la récolte pour permettre aux pressoirs d’absorber les volumes « ce n’est pas un problème : je préfère qu’il n’y ait pas de caisses disponibles plutôt que de ne pas avoir assez de raisins comme en 2021 » pointe Vincent Jourdan, le président de la Fédération des Coopératives Vinicoles de Champagne. Viticulteur au pied de la montagne de Reims, le président de la cave de Sermiers rapporte que sa coopérative a sous-estimé la récolte : « elle sera 20 à 30 % supérieure aux prévisions », notamment grâce aux 15 mm de pluie du jeudi 18 août : « ce n’est pas de l’eau, c’est de l’or ». À ces bonnes surprises quantitatives s’ajoutent des retours positifs sur la qualité des moûts. De quoi renforcer la demande d’augmenter de 1 000 kg/ha le rendement butoir de l’appellation champenoise pour 2022.

Demande exceptionnelle

Cette année, la section d’Organisme de Défense et de Gestion (ODG) du SGV propose de faire passer exceptionnellement le plafond de production de 15 500 à 16 500 kg/ha indique Laurent Panigai, le directeur du SGV, avec 12 000 kg commercialisables et 4 500 hg/ha pouvant être mis en réserve individuelle (avec un crédit de réserve pour les pertes de récolte des millésimes antérieurs). En cours de négociation, ce dépassement exceptionnel du rendement butoir doit être examiné ce jeudi 8 septembre par le comité national des vins AOP de l’Institut National de l’Origine et de la Qualité (INAO).

« On parle de miracle champenois : si Champagne marche bien, parce que bons choix faits au bon moment depuis 50 ans » indique Damien Champy, qui « espère que l’on va continuer à avoir de bonnes idées en Champagne. Et que Nature va aider en faisant suivre des millésimes excellents aux années difficiles. » Face au changement climatique, Vincent Jourdan note que « cette récolte 2022 doit interpeller. Il risque d’y avoir de plus en plus d’années avec des coups de chaud et de la sécheresse. Il faut adapter nos pratiques dans les vignes. »

 


 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
vitijob.com, emploi vigne et vin
Charente / Charente-Maritime / Deux-Sèvres ... - CDI
Côte-d'Or - Alternance/Apprentissage
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé