Accueil / Commerce/Gestion / Outre-Manche, "l'attitude à l’égard des vins français semble très positive"
Outre-Manche, "l'attitude à l’égard des vins français semble très positive"
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Tendance de marché
Outre-Manche, "l'attitude à l’égard des vins français semble très positive"

A la suite de son événement physique début juin, la London Wine Fair revient ces 20 et 21 juin avec sa version digitale. L’occasion d’évoquer les tendances sur le marché britannique post-Brexit, et d’identifier les opportunités pour les vins français.
Par Sharon Nagel Le 23 juin 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Outre-Manche,
Le rayon France a perdu beaucoup de place au profit d’autres pays producteurs ces dernières années, mais de nouveaux créneaux s’ouvrent - crédit photo : Sharon Nagel
E

ntre le Brexit, et la pénurie de main d’œuvre qu’il a suscitée, le Covid et les répercussions de la crise mondiale de la chaîne logistique, pour ne citer qu’eux, la période n’est pas de tout repos sur le marché britannique. Pour autant, celui-ci n’a pas perdu de son attrait auprès des exportateurs internationaux, a fortiori suite à la panne de certains marchés autrefois prisés comme la Chine. Dans ce contexte perturbé, certains signaux restent au vert et le système des vases communicants offre des perspectives intéressantes pour certaines catégories de vins.

Cécile Lavaud-White, directrice de la société d’importation Les Producteurs et Vignerons de France, est particulièrement bien placée pour analyser la perception des vins français outre-Manche, et pointer les créneaux les plus porteurs actuellement. Créée en 1984 en tant que bureau commercial de la cave du Sieur d’Arques à Limoux, la société représente désormais une dizaine de structures françaises dont la Cave de Ribeauvillé en Alsace, la maison ligérienne Bougrier, Maison Georges Vigouroux à Cahors, Cheval Quancard à Bordeaux et Rivoire & Fils dans le Rhône. Un portefeuille régionalisé qui permet d’avoir un regard global sur le marché des vins français outre-Manche. Et de noter que deux catégories continuent sur leur lancée : « Les effervescents se portent toujours aussi bien et de ce fait, nos différents Crémants et notre Blanquette de Limoux suscitent l’intérêt des acheteurs. Les rosés aussi, quelle que soit la région de production, sont toujours très recherchés ». De façon plus conjoncturelle, la pénurie de sauvignon blanc néo-zélandais en 2021 a favorisé les alternatives françaises, qu’elles soient labellisées IGP ou Vin De France.

Revirement de tendance

Plus globalement, Cécile Lavaud-White note une plus grande ouverture d’esprit à l’égard de l’offre française. « A l’occasion de la London Wine Fair, j’ai constaté pour la première fois depuis très longtemps que les acheteurs s’intéressaient beaucoup plus aux vins de cépage français, qu’ils souhaitaient destiner à des cuvées premium servies dans la restauration. J’étais assez surprise ». Les grandes appellations françaises ne sont pas en reste : « Là aussi, les acheteurs étaient très ouverts et prêts à étudier toute proposition. Toutes les grandes appellations classiques françaises attiraient l’attention ». Le linéaire France dans les grandes surfaces britanniques s’est réduit comme peau de chagrin pendant de nombreuses années, mais l’importatrice décèle désormais un vrai intérêt pour les produits français. « L’attitude à l’égard des vins français semble très positive. Les acheteurs se montrent visiblement en quête de nouveautés. Ils recherchent des appellations intéressantes, des produits qu’on ne retrouve pas encore en linéaire. En temps normal, ils ont une idée très spécifique de ce qu’ils cherchent, mais cette année, ils sont vraiment très ouverts à toute la gamme ».

Et de s’interroger sur les motivations de cet élargissement de la demande. « Il se peut qu’ils soient contraints de se montrer plus innovants à cause de toutes les augmentations de tarifs, mais aussi pour rendre leur gamme plus intéressante ». Reste à savoir, en effet, si les difficultés rencontrées actuellement au niveau des matières sèches et du transport, notamment, vont saper cet enthousiasme vis-à-vis des produits français. « Les matières sèches représentent un vrai défi », confirme Cécile Lavaud-White. « Il est très compliqué d’assurer les approvisionnements notamment en bouteilles transparentes pour les vins rosés. Les augmentations globales des coûts posent aussi problème ». Il n’empêche que si certains profils de vins français, affectés par la petite récolte de 2021, ont subi des hausses tarifaires, la tendance ne semble pas généralisée. « Certaines catégories de produits, dont le packaging est très spécifique ou implique des bouteilles transparentes, voient leurs tarifs augmenter. Mais ces hausses ne concernent pas toute l’offre française ». Si le rosé de Provence fait partie des catégories concernées par la pénurie de bouteilles et les augmentations de prix, l’importatrice estime que la problématique n’est pas rédhibitoire : « Au sein de cette catégorie, il y a beaucoup plus de possibilités pour faire évoluer le positionnement prix. L’essentiel, c’est de proposer un bon rapport qualité-prix et d’assurer que le contenu de la bouteille soit très qualitatif ».    

 

Le casse-tête routier provoqué par le Brexit

Egalement présente à la London Wine Fair, Anne Moreau du Domaine Louis Moreau en Bourgogne pointe de son côté, les difficultés liées à l’acheminement des vins vers la Grande-Bretagne. « Ce qui nous pose problème, c’est le transport. Les échanges commerciaux eux-mêmes n’ont pas changé depuis le Brexit », souligne la responsable commerciale de la maison bourguignonne. « Il y a un manque manifeste de chauffeurs, auparavant venus principalement des pays de l’Est, qui pose d’énormes problèmes. De plus, le niveau des contrôles aux frontières a été relevé. Pour nous qui travaillons ex-works, le problème c’est que nous devons préparer les commandes dans les délais demandés par nos clients, mais personne ne vient les chercher. Les délais se sont beaucoup rallongés. Nous sommes totalement à la merci de cette situation, que nous ne contrôlons pas du tout ». 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé