Accueil / Commerce/Gestion / L’inflation ne se fait pas sentir sur le prix de vente des vins en grande distribution
L’inflation ne se fait pas sentir sur le prix de vente des vins en grande distribution
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Début d’année
L’inflation ne se fait pas sentir sur le prix de vente des vins en grande distribution

Continuant de chuter en volumes par rapport au début 2021 marqué par les restrictions sanitaires, les achats de vin en grandes surfaces se valorisent, mais pas à un niveau aussi conséquent que les hausses des coûts de transport et d’emballage.
Par Alexandre Abellan Le 19 mai 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
L’inflation ne se fait pas sentir sur le prix de vente des vins en grande distribution
Retour à des dynamiques d'avant-crise covid pour les ventes en linéaire, avec un regain de déconsommation. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
D

u premier janvier au 8 mai 2022, toutes les catégories de vins tranquilles voient leurs ventes diminuer par rapport à 2021, tandis que tous les prix moyens croissent sensiblement d’après les derniers panels de Nielsen IQ. Sur ces cinq premiers mois, les ventes 2022 baissent ainsi de 9 % en volume et de 7 % en valeur par rapport à l’an passé pour tous les vins tranquilles. Les plus fortes baisses en volume sont enregistrées pour les vins rouges (-10 %), suivis par les vins blancs (-8 %) et les rosés (-6 %). Les vins bio enregistrent de bonnes tendances que les conventionnels (respectivement -13 et -8 %).

En termes de chiffre d’affaires, les baisses sont moins marquées, permettant une valorisation des prix moyens. S’ils augmentent sensiblement en 2022 par rapport à 2021, les croissances sont encore plus fortes par rapport à 2020. Le prix moyen d’un vin acheté en GD augmente ainsi de 1 % en comparant 2022 à 2021, quand cette hausse est de 9 % par rapport à 2020. Idem pour les vins rouges (+1% versus +11 %), blancs (+2 % versus +11 %) et rosés (+2 % versus +10 %).

Prochains mois

Ces hausses restent éloignées des niveaux d’inflation enregistrés depuis l’invasion russe de l’Ukraine, avec des flambées des prix pour les transports et matières sèches. Entre « baisse conséquente du chiffre d'affaires des vins tranquilles en grande distribution sur ce début d'année (-8 % par rapport à 2021) » et « valorisation des vins sur cette même période (+1 % par versus 2021), nous ne pouvons pas définir de corrélation directe entre la guerre en Ukraine et une possible inflation sur les vins tranquille qui pénaliserait les volumes » analyse Gabin Sesse, consultant pour Nielsen IQ, pour qui « les ruptures annoncées sur le verre pourraient se répertorier sur le prix des vins dans les prochains mois ».

En ce qui concerne la réduction des volumes consommés, la comparaison entre 2022 et 2021 reste marquée par l’impact des restrictions covid d’il y a un an (fermeture des bars et restaurants, privilégiant la consommation à domicile). Malgré les incertitudes, la tendance est renversée actuellement.  Pour la restauration, « le secteur est toujours dans une phase de rattrapage de plaisir : plus de temps à table, plus de dépenses » indique Bernard Boutboul, le président du cabinet Gira Conseil. Qui note que « certains acteurs mettent toujours en avant le problème du moment : attentats, gilets jaunes, crise sanitaire et maintenant la guerre en Ukraine et l’inflation induite, mais il faut savoir que le business de la restauration est en forte croissance pour ceux qui font le job correctement. »

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
vitijob.com, emploi vigne et vin
Saône-et-Loire - CDD
Côte-d'Or - CDD
Bouches-du-Rhône - CDI
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé