Accueil / Politique / La filière veut un report des en-cours bancaires face aux « hausses de prix intenables »

Jean-Marie Fabre
La filière veut un report des en-cours bancaires face aux « hausses de prix intenables »

Les augmentations de prix et les délais d'approvisionnement génèrent de fortes tensions pour un secteur viticole qui attend un signal fort du gouvernement. Un gel des intérêts intercalaires permettrait de prendre soin des trésoreries
Par Olivier Bazalge Le 20 avril 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La filière veut un report des en-cours bancaires face aux « hausses de prix intenables »
Jean-Marie Fabre en appelle à une mesure spécifique du gouvernement en rapport avec les besoins en trésorerie des vignerons - crédit photo : crédit photo : Luc Jennepin (Vignerons Indépendants)
L

e président des Vignerons indépendants de France (VIF) tire la sonnette d’alarme depuis plusieurs semaines concernant « la hausse colossale des coûts de production à laquelle doivent faire face nos entreprises depuis l’invasion en Ukraine ». D’autant qu’il ne s’agit pas juste du gazole non routier (GNR) ou des engrais, mais de « l’ensemble de nos postes de charge qui augmentent de façon fulgurante, avec des révisions de prix tous les quinze jours », appuie Jean-Marie Fabre.

Dans le même temps, le fonctionnement à flux tendu n’a fait que se contracter, et certains décalages dans les délais d’approvisionnement sont en train de se transformer en ruptures pures et simples. « Les livraisons sont décalées de plusieurs semaines, voire annulées. Nous avons des remontées d’opérateurs qui conditionnent leurs vins rosés en bouteilles vertes pour livrer leurs marchés coûte que coûte », renchérit-il.

Besoins en trésorerie

Le vigneron de Fitou y voit donc une « double peine », avec d’un côté cette hausse généralisée qui réduit les marges des entreprises viticoles à peau de chagrin, et de l’autre l’obligation de fournir les marchés déjà contractualisés « aux tarifs négociés en début d’année, ce qui va nous mener à des situations de vente à perte », appuie le président des VIF. « Si la tension sur les matières sèches nous empêche de conditionner, on pourra même avoir un 3ème effet, encore plus grave, de perte de marchés, avec des clients partis se fournir ailleurs », prédit-il.

La filière avertit le gouvernement de ces effets depuis plus d’un mois, et alors que celui-ci s’est engagé à régler tous les dossiers tant qu’il sera en place, Jean-Marie Fabre estime à présent que seul « un acte fort » pourra apporter un peu de souffle aux entreprises. Et ce souffle a un nom : trésorerie.

« Alors que le PGE est un endettement déguisé pour nos entreprises, notre secteur a plus que besoin d’une mesure forte figeant les en-cours bancaires pendant 18 à 24 mois. L’argent libéré par le report de remboursement de ces intérêts intercalaires permettrait à nos entreprises de mobiliser toute la trésorerie nécessaire pour faire face aux hausses d’approvisionnement et rester compétitifs », réclame Jean-Marie Fabre.

Dispositif adapté à nos besoins

Alors que les épisodes Covid et gel font encore sentir leurs conséquences sur la filière, celui-ci attend que le ministère de l’économie et des finances porte une « attention spécifique à un secteur qui constitue le 2ème excédent de la balance commerciale française et qui sort d’une série de crises sans précédent. Pour l’heure, il n’y a pas de dispositif adapté à nos besoins spécifiques », appuie le vigneron du domaine de la Rochelierre.

Alors que se tient ce jour le conseil spécialisé de FranceAgriMer, le président des VIF appelle les décideurs de Bercy à négocier avec la fédération nationale des banques pour que « l’Etat prenne en charge ce gel des en-cours, un budget minime au regard des 7 milliards € et 15 Milliards € d’excédent commercial que nous lui rapportons ». Une rencontre rapide avec les cabinets du 1er ministre et du ministre de l’économie est fortement attendue pour parvenir à des arbitrages spécifiques aux besoins du secteur viticole.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
vitijob.com, emploi vigne et vin
Charente - Alternance/Apprentissage
Seine-Saint-Denis - CDI
Ardèche / Drôme / Isère ... - CDI
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé