Accueil / Commerce/Gestion / Un marché frémissant pour les vins sans alcool

Des opérateurs se lancent
Un marché frémissant pour les vins sans alcool

Le créneau des vins sans alcool ou peu alcoolisés est tendance. De plus en plus d'opérateurs tentent leur chance.
Par Colette Goinère Le 26 avril 2022
article payant Article réservé aux abonnés premium
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
 Un marché frémissant pour les vins sans alcool
À Béziers, la société de négoce Pierre Chavin, que dirige Mathilde Boulachin, fait preuve d’une forte expérience sur ce créneau. L’an dernier, sur 13 millions d’euros de chiffre d’affaires, 6 M€ ont été réalisés avec des vins sans alcool. - crédit photo : DR
R

ib0. Comprenez « Ribeauvillé 0 % d’alcool ». C’est sous cette marque que la coopérative de Ribeauvillé (Haut-Rhin) a lancé, début janvier, deux vins sans alcool : un assemblage de sylvaner et de muscat d’Alsace et un effervescent 100 % muscat d’Alsace. Des vins distillés sous vide par une entreprise allemande qui titrent 0,5 % vol, en réalité.

« Nous sommes les premiers à faire des cépages locaux désalcoolisés. Nous visons les jeunes et les consommateurs qui ne veulent pas se sentir exclus de soirées parce qu’ils ne boivent pas », indique David Jaeglé, directeur des ventes. Pour son coup d’essai, la coopérative a tiré 6 500 cols de chaque vin. Mi-avril, 40 % de cette production avait trouvé preneur.

L’export en ligne de mire

« D’ici à deux ans, nous visons les 30 000 cols, avec un fort potentiel à l’export, aux États-Unis, au Danemark ou au Japon. En France, nous ciblons les cavistes. Nous restons prudents quant aux chiffres tout en étant convaincus que ce créneau est porteur », explique David Jaeglé.

Dans l’Hérault, à Pouzolles, Geoffroy de la Besnardière, responsable de la commercialisation des vins du domaine de L’Arjolle, ne dit pas autre chose : « Nous sommes sur un marché balbutiant, sans être anecdotique. Nous voulons fournir des vins de qualité sans être dans le jus de fruit », indique-t-il. C’est en septembre 2020 que le domaine de L’Arjolle, 107 ha, lance une gamme de sans alcool – un blanc, un rouge, un rosé et un effervescent – sous le nom d’« Équilibre zéro ». En 2021, il en a écoulé 60 000 cols, 70 % à l’export et 30 % chez des cavistes en France. Cette année, il s’attend une hausse de 10 % de ses ventes. Il prévoit d’étoffer son offre en 2023 avec des vins sans alcool élevés en barrique et d’autres conditionnés en canettes. Les États-Unis et le Canada sont preneurs.

Preuve que le secteur a le vent en poupe, le fonds d’investissement Eutopia est entré à l’automne dernier au capital de Moderato, une entreprise créée en septembre 2020 par Sébastien Thomas et Fabien Marchand-Cassagne. Les deux associés ont d’abord élaboré un blanc, un rouge et un rosé à 5 degrés d’alcool. Pour engranger un premier chiffre d’affaires, ils lancent une campagne de commercialisation sur la plateforme Ulule. En trois semaines, ils vendent 4 000 cols.

Très vite, ils repensent leurs produits en se mettant sur le bio. Et en juin, ils vont lancer leur pétillant zéro alcool bio. 10 000 cols. « On s’adresse à ceux qui aiment le vin mais qui veulent une autre expérience au moment de l’apéritif », souligne Sébastien Thomas.

Les poids lourds sur ce créneau

À Béziers, la société de négoce Pierre Chavin, que dirige Mathilde Boulachin, fait preuve d’une forte expérience sur ce créneau. L’an dernier, sur 13 millions d’euros de chiffre d’affaires, 6 M€ ont été réalisés avec des vins sans alcool. C’est en 2010 qu’elle démarre avec l’effervescent Pierre Zéro. Puis viennent Le Petit Étoilé bio, Ôpia et Zéro Bio, des vins dédiés à des circuits de distribution spécialisés. Fin 2021, Pierre Chavin ajoute à son offre la cuvée Pierre Zéro Signature Bio « travaillée en R & D pour atteindre un profil plus vineux et proche du vin ». Le groupe hôtelier Accor a passé commande. « Il y a un vrai marché pour les vins sans alcool, avec une croissance à deux chiffres, alors que la consommation des vins tranquilles est en décroissance », assure Mathilde Boulachin.

Autre poids lourd du secteur : Freixenet Gratien, filiale française de Henkell Freixenet. L’an dernier, elle a vendu 1,5 million de Festillant en grande distribution, son effervescent sans alcool, sur un total de 11 millions de cols d’effervescents et vins tranquilles (cava, crémant de Loire). Un carton ! « Au début, nous avons ciblé les abstinents. Aujourd’hui, nous visons ceux qui veulent maîtriser leur consommation », indique Frédérique Lenoir, directrice marketing et communication. D’ici à un mois, Festillant sortira avec un nouvel habillage, plus proche des codes des bulles alcoolisées.

Mais encore peu d'opérateurs

Un succès et un raté. L’entreprise reconnaît « une erreur de lancement » pour sa cuvée sans alcool Infini Bulles, sortie en 2019. « Ce produit n’a pas trouvé sa place en grande distribution du fait d’une trop faible distribution », indique Frédérique Lenoir.

Malgré cette effervescence, à Béziers, Vincent Pugibet, à la tête de la Colombette, 250 ha, se sent « seul sur ce marché. Peu d’opérateurs s’y sont mis ». Son domaine produit quasi exclusivement des vins allégés en alcool ou sans alcool soit 2,5 millions de cols dont 400 000 de « Born to be free », sa référence sans alcool. Vincent Pugibet fait un tabac à l’export où il vend 90 % de sa production. En France, morne plaine. « La clientèle existe peu car elle n’achète que des étiquettes », regrette-t-il.

Deux gros investissements en Gironde

En Gironde, le groupe coopératif Bordeaux Families investit 2 millions d’euros dans une unité de désalcoolisation par évaporation sous vide, dimensionnée pour produire 5 millions de cols de vins sans alcool ou faiblement alcoolisés. Une façon de séduire des consommateurs plus jeunes. L’entrée en fonctionnement est prévue pour octobre. « C’est un marché de niche mais prometteur où peu d’opérateurs sont présents », estime Philippe Cazaux, directeur de Bordeaux Families.

Les Grands Chais de France croient aussi au potentiel de ce nouveau marché. Pour preuve, ce négoce a implanté une nouvelle unité de désalcoolisation à Landiras qui produit un effervescent sans alcool depuis fin 2021. Pour le moment les quantités sont limitées.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
vitijob.com, emploi vigne et vin
Charente - Alternance/Apprentissage
Seine-Saint-Denis - CDI
Ardèche / Drôme / Isère ... - CDI
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé