Accueil / Gens du vin / Laure et Fabrice Renaud installent leur chai urbain à Reims
Laure et Fabrice Renaud installent leur chai urbain à Reims
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Vins tranquilles
Laure et Fabrice Renaud installent leur chai urbain à Reims

Deux épicuriens et passionnés de vins ont choisi de s’installer à Bétheny, à proximité de Reims, en Champagne, pour installer leur chai urbain. Une pratique, née à San Francisco, en Californie, dans les années 2000, et qui ne cesse de se multiplier en France.
Par Laurie Andrès Le 07 mars 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Laure et Fabrice Renaud installent leur chai urbain à Reims
Le couple a décidé de s’installer dans les Docks Rémois, à Bétheny, en périphérie de Reims. - crédit photo : D.o.c.k Les Chais Rémois
I

ls sont de plus en plus à se lancer et à ouvrir des chais urbains, le plus souvent au sein de moyennes et grandes villes afin d’attirer une plus large clientèle. Le credo de ces néo-vignerons des villes : celui d’élaborer des vins qui sortent du cahier des charges stricts des appellations (Vin de France). Laure Renaud, diplômée d’un Master Commerce International des Vins et Spiritueux (CIVS) de la Burgundy School of Business de Dijon, et Fabrice Renaud, gérant d’une cave en périphérie de Reims n’ont pas hésité à se lancer ce défi au début de l’année 2021. Plutôt osé dans une région où les bulles sont légion. Mais qu’importe. L’envie de faire du vin est plus forte.

Et il a fallu composer avec une année viticole catastrophique tant au niveau de la récolte que de la quantité.

« Nous avions prévu de travailler pour cette première année avec des vignerons d’Alsace ou dans la Loire, mais faute de raisins suffisants, nous avons revu nos plans », affirme Laure Renaud.

Le tandem a donc travaillé avec des vignerons bios de la Vallée du Rhône et de Provence qui cultivent des cépages représentatifs de leurs terroirs : cinsault, muscat, viognier, grenache…

« Nous sommes allés cueillir nos raisins directement dans le Rhône puis à l’aide d’un camion-frigo, nous avons fait plusieurs allers-retours, et comme les raisins n’attendent pas, nous avons tout pressé à la suite. Nous n’avons pas dormi pendant 48h, c’était intense mais excitant », affirme Laure Renaud.

Faire du vin dans un lieu chargé d’histoire

Outre la joie et la frénésie de faire du vin pour la première fois, avec son lot de surprises et de débrouille : « Nous avons tout embouteillé à la main mi-février. Nous attendons encore les étiquettes, mais ça sera aussi artisanal », sourit Laure Renaud, le couple a décidé de s’installer dans les Docks Rémois, à Bétheny, en périphérie de Reims.

Un lieu « qui raconte quelque chose » selon Laure Renaud et qui permet de faire revivre ces entrepôts commerciaux et de transformation alimentaire qui ont fait les belles heures des magasins à succursales qui y étaient installés à Reims au début du 20ème siècle, depuis occupés par des commerces, entreprises et artistes indépendants. Et signe qui ne trompe pas, on faisait déjà du vin dans les Docks.

Dans le dédale de ces bâtiments de briques rouges et de béton, le local de Laure et Fabrice aux airs de garage, tout en longueur, accueillent des cuves ovoïdales en polymère (plastique), quelques cuves en inox et un pressoir (350 kg), des espaces de stockage qui accueillent une première production estimée à 6 000 bouteilles.

Vins prêts à boire

Au total, 6 cuvées (3 rouges, 2 blancs et 1 rosé) aux noms usant de jeux de mots qui viennent trancher avec le classicisme champenois : Ad’Hoc (rosé), The Dock Power (blanc), Dock en Stock (rouge)…seront disponibles à l’achat fin mars-début avril chez les cavistes et restaurateurs sélectionnés mais aussi sur la boutique en ligne. Des vins jeunes, « prêts à boire » issus d’une vinification peu interventionniste, élaborés en fonction du cycle des lunes à des prix accessibles (à partir de 11 euros).

« Nous voulions vraiment des vins fruités, faciles à boire, gourmands qui permettent de satisfaire tous les palais, nos vins ne sont pas destinés à être des vins de garde », ajoute Laure Renaud.
 

Rappel réglementaire

Il est interdit d’utiliser des raisins issus de l’appellation Champagne pour l’élaboration de vins tranquilles, ici en dénomination « Vin de France », aussi appelés « vin sans indications géographiques ».

Les coteaux champenois, vins tranquilles élaborés en Champagne sont protégés par une appellation « Coteaux Champenois » et doivent au minimum être mis sur le marché le 15 octobre de l’année qui suit celle de la récolte.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
MG Le 08 mars 2022 à 18:44:45
Les vins du familistères : chargés d'histoire et que personne ne veux reboire. Des vins qui on vieillis au soleil, en citerne, à la gare de chalons cela ne manque à personne. Il y avais aussi des alambics aux docks. Courage a eux et j'irais goûter a ce vin.
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé