Accueil / Commerce/Gestion / A l'entrée des vendanges 2022, tensions sur les prix de vins en vrac mondiaux

Tendance mondiale
A l'entrée des vendanges 2022, tensions sur les prix de vins en vrac mondiaux

Quelles tendances sur le marché mondial du vrac, alors que les vendanges se profilent dans l'Hémisphère Sud ? Analyse avec le cabinet de courtage Ciatti, qui pointe des tensions sur les prix.
Par Olivier Bazalge Le 28 janvier 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
A l'entrée des vendanges 2022, tensions sur les prix de vins en vrac mondiaux
Au nord de l'Argentine, le vignoble de Cafayate évolue entre 1000m et 3000m d'altitude - crédit photo : Image by visiondailleurs1 from Pixabay
A

l’échelle mondiale, les cours de vins en vrac achèvent l’année 2021 à un niveau plus élevé qu’un an auparavant. C’est ce qu’affirme Florian Ceschi, directeur de la société de courtage international Ciatti Europe, à l’occasion de son bilan annuel du marché des vracs. « Un resserrement de l’offre et la demande s’est fait ressentir sur les vins blancs, entraînant une pression immédiate sur le millésime 2021 dans l’hémisphère sud », précise-t-il encore.

Dans le même temps, le gel d’avril a immédiatement entraîné une hausse des prix du vrac de l’hémisphère nord.

« L’année 2021 se caractérise en outre par une crise de la chaîne d’approvisionnement mondiale. La pénurie logistique de containers n’a pas permis de répondre à la reprise de la demande suite à l’installation de la pandémie en 2020. Le fret, mais aussi toutes les matières sèches nécessaires à la filière vin ont vu leurs prix augmenter », analyse-t-il.

Comportement des consommateurs

La concomitance de ces facteurs fixe donc les interrogations quant au comportement du marché en 2022. « Comment les consommateurs réagiront quand la superposition de toutes ces hausses de coûts se retrouveront dans les rayonnages ? », interroge le courtier, qui ajoute qu’une inflation économique de 4 à 6% s’est faite ressentir ces 12 derniers mois au sein des zones USA, UK et euro.

Dans la zone sud-américaine, Argentine et Chili arrivent en 2022 avec des stocks importants de vins rouges génériques et de cépages qualitatifs. « Les prix sont en hausse mais les dynamiques de dévaluation des pesos argentin et chilien maintiennent l’attractivité des prix des vins de ces pays », analyse Florian Ceschi. Les volumes de récolte 2022 s’annoncent corrects.

En Afrique du Sud, le rand s’est lui aussi affaibli, « à son niveau le plus bas depuis novembre 2020, contribuant également à des prix attractifs ». Grâce à de bonnes réserves d’eau, une 3ème année consécutive sans sécheresse se profile dans les zones de culture du pays, laissant augurer un volume de récolte intéressant.

Droits de douanes en Chine

De bonnes réserves hydriques s’installent également en Australie, présageant d’une bonne récolte. L’importante récolte 2021 y contribue cependant au maintien de réserves de vins rouges, conjointement à « un arrêt quasi complet de l’export vers la Chine, suite à l’instauration des droits de douanes de novembre 2020 », situe le directeur de Ciatti Europe. Les prix des vins rouges, cépages et hauts de gamme, s’adoucissent en conséquence, alors que la stabilité des prix est de mise pour les vins blancs.

Les voisins néo-zélandais n’ont déjà plus de sauvignon blanc 2021, suite à une faible récolte. Celle de 2022 s’annonce moyenne. « Les prix des sauvignon blancs, déjà élevés en raison d’une demande appuyée, devraient rester stables. Il y a des doutes sur le maintien de cette demande, alors que les acheteurs ont cherché des alternatives à ces sauvignon blanc en 2021 ? », anticipe le courtier.

Tension sur les blancs

Côté nord, la disponibilité du vrac est limitée en Californie, à prix élevé. De bons niveaux de précipitations ont été enregistrés, « sans reconstituer des réserves très dégradées après deux ans de fortes sécheresses », avertit Florian Ceschi.

L’offre européenne se distingue enfin par une disponibilité limitée pour les vins blancs génériques ou de cépages en France, de même que pour les rouges premium comme le pinot noir. « Le marché est plus lent sur les vins rouges de cépages cœur de gamme et les rosés d’entrée de gamme, alors qu’il reste des stocks de 2020 », avise Florian Ceschi.

Le cours du Prosecco italien ne fait qu’augmenter, comme le pinot griggio DOC. « La demande pour les vins génériques blancs et les bases pétillantes a été très forte, de même que pour les vins bios », dévoile Florian Ceschi. Les vins rouges à fort degré ou très colorés sont recherchés, comme en Espagne où la demande est élevée pour les cépages rouges internationaux et les teinturiers. Ce marché vrac espagnol reste pour l’heure assez calme, l’offre suffisant à répondre à la demande. « Les prix, bien qu’en hausse par rapport à l’an dernier, y sont stables, tout en demeurant compétitifs au niveau mondial », termine le directeur de Ciatti Europe.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
vitijob.com, emploi vigne et vin
Charente - Alternance/Apprentissage
Côte-d'Or - CDI
Gironde - Alternance/Apprentissage
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé