Accueil / Viticulture / Les mauvais rendements confirmés pour les vins blancs occitans

Languedoc
Les mauvais rendements confirmés pour les vins blancs occitans

Déçues par les volumes de sauvignon, les caves coopératives occitanes enregistrent jusqu'à 70 % de perte de récolte sur chardonnay. Les degrés et la qualité aromatique sont davantage au rendez-vous.
Par Marion Bazireau Le 02 septembre 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les mauvais rendements confirmés pour les vins blancs occitans
Les sauvignons de cave coopérative de La Vigneronne affichent en moyenne 12,5% et sont très fruités. - crédit photo : La Vigneronne
D

ans le Sud, plusieurs caves coopératives ont réceptionné tous leurs raisins blancs. « A 3% près, nos volumes sont conformes aux prévisions de rendements que nous avions établies après les gelées d’avril » indique Frédéric Saccoman.

Le directeur des Vignerons de la Voie d’Héraclès, à Codognan, dans le Gard, totalise une perte de 60% sur 400 hectares de sauvignon et de chardonnay par rapport au millésime 2020.

« Certains vignerons ont laissé du raisin sur pieds dans plusieurs parcelles, reprend-t-il. Ramasser moins de 200 kgs par hectare n’aurait même pas payé le gasoil de la machine ».

A Canet, dans l’Aude, Sylvie Delpérié n’a pas eu de meilleure surprise. « Nous avons réceptionné 50% de sauvignon en moins, l’équivalent de 3000 hl de sauvignon » témoigne la directrice de coopérative La Vigneronne. Le constat est encore plus amer sur chardonnay, avec une récolte amputée de 70%, soit 13 000 hl.

Son espoir se porte désormais sur les 800 hectares de rouges et rosés. Les premiers sont vendangés ce 2 septembre. « La montée en degrés en très rapide depuis ces derniers jours et les écarts de maturité se réduisent » poursuit Sylvie Delpérié. Le cabernet sauvignon s’annonce comme le cépage le plus fructifère de l’année.

La qualité au rendez-vous

Les premiers 40 hectares de merlot récoltés à Codognan ne font en revanche pas le poids espéré. « Est-ce dû au petit nombre de baies par grappe ? A la coulure ? Nous nous interrogeons » reprend Frédéric Saccoman.

Les viticulteurs ont en revanche réussi à vendanger à bonne maturité. « Les bennes que nous réceptionnons sont souvent plus sucrées que ce que nous attentions. Aujourd’hui, le merlot arrive en moyenne à 15% d’alcool potentiel ».

Comme pour les blancs, les bonnes nouvelles sont à chercher du côté de la qualité. « Les vignes étaient peu chargées et ont bien été travaillées. Nous avons également eu la chance de subir peu d’attaques de mildiou. Nous avons simplement eu un peu d’oïdium sur chardonnay » détaille le directeur.

Sylvie Delpérié est très contente des sauvignons. « Ils affichent en moyenne 12,5% et sont très fruités ».

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
HURON 889 Le 03 septembre 2021 à 02:18:35
On accuse la grêle, le gel, les phénomènes atmosphériques d'être responsables des malheurs des agriculteurs. Ces aléas climatiques ont toujours existé. Mais, n'y a t-il pas une nouveauté (la loi sur la biodiversité) qui est venue s'ajouter ? Les industries chimiques n'ont elles pas enlevé les produits nocifs qui tuent les insectes, les champignons et les bactéries sur les insecticides et les fongicides ? La faute de la chute des rendements est cette loi stupide. Il faut choisir entre les prédateurs (insectes, bactéries et champignons) et la production agricole
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé