LE FIL

Santé

Les polyphénols de la vigne et du vin contre l’obésité et la DMLA

Lundi 21 décembre 2020 par Marion Bazireau

Une doctorante de l’Institut Supérieur de la Vigne et du Vin de Bordeaux a remporté le premier prix du Consortium transpyrénéen de recherches sur l'obésité et le diabète pour ses travaux sur l'e-viniferine.
Une doctorante de l’Institut Supérieur de la Vigne et du Vin de Bordeaux a remporté le premier prix du Consortium transpyrénéen de recherches sur l'obésité et le diabète pour ses travaux sur l'e-viniferine. - crédit photo : DR
Des études ont montré l’effet bénéfique d’une consommation modérée de vin sur l’apparition des maladies cardiovasculaires, le diabète ou Alzheimer. L’ISVV et l’Université de Bourgogne travaillent désormais sur l’obésité et la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA).

Les fêtes de fin d’années ont commencé début décembre pour Pauline Beaumont. Cette doctorante en 3ème année à l’Institut Supérieur de la Vigne et du Vin (ISVV) de Bordeaux a remporté le premier prix du Consortium transpyrénéen de recherches sur l'obésité et le diabète.

Elle étudie le métabolisme et les effets bénéfiques sur notre santé de l'ε-viniférine, un polyphénol dérivé du resvératrol présent dans la vigne et dans le vin. « Il a été montré chez le rat que l’ε-viniférine activait les gènes de régulation du métabolisme, oxydant les acides gras. En favorisant l’oxydation des acides gras dans les cellules, elle ralentit la lipogénèse et l’accumulation de tissu adipeux. Il semble même qu’elle active une enzyme capable de la dégrader les lipides ».

Pauline Beaumont va réaliser plusieurs cultures de cellules et y ajouter différentes concentrations du polyphénol et de ses métabolites pour valider leurs effets sur l’obésité.

Du vin rouge contre la DMLA

Un autre doctorat porté par l’Université de Bourgogne et soutenu par l’interprofession vitivinicole (BIVB) a démarré cette année pour vérifier les effets d’une consommation modérée de vin rouge sur l’apparition et le traitement de la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA), première cause de handicap visuel chez les personnes âgées de plus de 50 ans.

Les chercheurs supposent que les polyphénols permettent de limiter la production de la VEGF, la protéine responsable de la formation des vaisseaux sanguins à l’origine de la maladie.

Ils vont tester plusieurs schémas de vinification pour obtenir des extraits secs de vin rouge enrichis en polyphénols et tester leur effet sur des cellules saines et atteintes de la rétine de l’oeil.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé