LE FIL

Notes de dégustation

La bouteille de vin la plus chère au monde vaut-elle ses 30 000 € ?

Mercredi 25 septembre 2019 par Alexandre Abellan

« Le vin n'est pas un produit industriel, il faut sauver le patrimoine du goût qu'est le vin fin » martèle Loïc Pasquet.
« Le vin n'est pas un produit industriel, il faut sauver le patrimoine du goût qu'est le vin fin » martèle Loïc Pasquet. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Ayant ravi le titre de vin le plus cher au monde à la Romanée Conti, Liber Pater a dévoilé son millésime 2015 à un parterre de convives, dont Vitisphere. Promettant en édition limitée de retrouver le goût fin des vins de Bordeaux d’antan, son étiquette se paie le luxe d’attaquer le classement de 1855 au passage.

C’est la question à 30 000 euros la bouteille : le prix record affiché par le millésime 2015 de Liber Pater peut-il se justifier ? Début de réponse dans un verre de 12 centilitres (soit 4 800 €), servi ce 24 septembre à Podensac (Gironde), lors du dîner de présentation de cette cuvée dans les nouveaux chais du domaine (qui vinifiait jusqu’à présent au château Bouyot, dans les Graves).

En termes sensoriels, Liber Pater 2015 déploie à la dégustation un nez floral à la légèreté réhaussée d’arômes de cacao. En bouche, la texture prend clairement le dessus, avec une attaque toute en souplesse de tanins soyeux. L’élevage n’étant pas réalisé sous bois mais en jarre, le toucher du vin en est réhaussé, s’accompagnant d’une rétronasale de violette. Acidulée, la finale de fraise est peu rémanente.

"Goûter le vin que buvait Napoléon"

Mais Liber Pater doit se déguster avec tous les sens, y compris celui de l'histoire pour le fondateur du domaine, Loïc Pasquet. Qui estime que ce profil au combien atypique parmi les vins de Bordeaux tient à un retour aux sources, avec la plantation de cépages traditionnels du bordelais et sans porte-greffe. « On retrouve la finesse des vins préphylloxériques. Liber Pater est le seul vin au monde à vous permettre de goûter le vin que buvait Napoléon. Cela revient à voir un dinosaure vivant. C’est pourquoi nous changeons le goût du vin et c’est pourquoi Bordeaux ment » clame Loïc Pasquet, qui a clairement en ligne de mire le classement en 1855 de Médoc et Sauternes (voir encadré).

98 % de cabernet sauvignon

Pour l’instant à dominante de cabernet sauvignon (98  %), Liber Pater affiche encore une faible part de cépages autochtones (castets, saint-Macaire, tarnay…), qui doit aller croissante à l’avenir (avec l’entrée en production de nouvelles parcelles). « Il y a encore peu de cépages autochtones. Certaines parcelles étant juste plantées, elles n’en sont qu’à la première ou deuxième feuille. Et ce n’est pas la quantité qui importe, des cépages peuvent être très expressifs » explique le chercheur Jacky Rigaux, inlassable défenseur de Liber Pater et le cosignataire du livre Le goût retrouvé du vin de Bordeaux publié l’an dernier (une offensive éditoriale complétée dès ce 23 octobre par une BD aux éditions Glénat, en attendant un documentaire Netflix). Si Liber Pater bénéficie d’une campagne de communication positionnant dans l’imaginaire collectif le jeune domaine aux côtés de grands crus prestigieux, tel le mythique domaine de la Romanée Conti, la propriété bordelaise se positionne autant comme une capsule gustative historique qu’un flacon ultra-limité.

"La vraie rareté"

Avec 500 bouteilles disponibles pour le millésime 2015, Liber Pater devrait rester peu visible chez les cavistes et sur les cartes de restaurant. Il existe justement une demande de niche pour des riches confirment des participants de cette dégustation, qu’il s’agisse de revendeurs en Inde ou de négociants en Suisse. « Des personnes cherchent la vraie rareté. Ces molécules qui sont réellement précieuses et pas le fruit du marketing. Loïc Pasquet a cette authenticité que l’on peut expliquer à des clients très exigeants » note ainsi un distributeur chinois.

Antisystème

Avec sa production microscopique, Liber Pater bénéficie également d’une image résolument artisanale auprès de ses fervents soutiens. Son chai au cœur de bourg dont les câbles électriques dénudés et les volets défraîchis dans une contre-allée borgne, se plaçant à des années lumières des grands crus classés auxquels Liber Pater s’attaque. Cette logique antisystème amuse la poignée de propriétaires et directeurs techniques bordelais présents à cette présentation. Mais les dents grincent avec plus d'antipathie dans le vignoble girondin, alors que des rumeurs vont bon train sur Loïc Pasquet. Que ce soit sur l’usage frauduleux de subventions FranceAgriMer pour alimenter ses hausses de prix ou sur la réalité de ses ventes à de tels tarifs.

"Le vrai problème c’est le tonneau de Bordeaux à 700 "

La dernière rumeur en date accuse ainsi les bouteilles de Liber Pater de n’être constituées que d’assemblages de grands vins. « Les gens peuvent dire tout ce qu’ils veulent, mais je n’achète pas des hectolitres de grands crus classés… » évacue Loïc Pasquet. Qui souligne que « quand on est le vin le plus cher de Bordeaux, forcément on suscite les fantasmes. Je peux comprendre le scepticisme alors que des vignerons vendent à moins de 1 000 € leur tonneau. Mais le vrai problème, ce n’est pas la bouteille de Liber Pater à 30 000 €, c’est le tonneau à 700 €. » Nul doute que la dégustation d’un Bordeaux rouge 2018 négocié à un prix aussi indécent confirmerait qu’il en vaut plus.

 

A l’abordage : attaque en règle contre le classement de 1855

Tenant du flibustier, Loïc Pasquet aime jouer de la provocation. L’étiquette de son millésime 2015 fête à sa façon les 160 ans du classement de Médoc et Sauternes en rejouant le Radeau de la Méduse de Géricault (voir ci-dessous). « A la demande de Loïc [Pasquet] j’ai travaillé sur le classement de 1855 » explique l’artiste Gérard Puvis, qui signe toutes les étiquettes de Liber Pater. « Pour cette scène de naufrage, j’ai utilisé les capsules des premiers crus classés… C’est un pavé dans la mare » ajoute-t-il. Si son œuvre originale affiche un 1855 s’effondrant de part et d’autre du radeau avec les noms et symboles de prestigieux châteaux (Lafite-Rotschild, Latour, Margaux…) l’étiquette commercialisée est plus prudente (voir ci-dessus), en masquant les marques par des points d’interrogation et en renversant les chiffres 1855, qui ne sont plus lisibles que dans un miroir. « Bordeaux coule en ayant la tête à l’envers. Cette étiquette représente les vignerons bordelais qui veulent survivre mais en sont empêchés par l’administration : Institut National de l’Origine et de la Qualité (INAO), Organismes de Défense et de Gestion (ODG), Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeau (CIVB)… » énumère Loïc Pasquet, réfléchissant sans doute à la cible de l’un de ses prochaines étiquettes hautement symboliques.

 

Vue d'ensemble de l'œuvre présentée ce 24 septembre.

 

Détails de capsules de premiers crus classés en 1855.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
MG Le 01 octobre 2019 à 17:48:44
Le toucher du vin. Sérieusement, faut pas s'étonner que les clients partent ailleurs avec un jargonnage pareil. Les client ne sont pas idiots mais ils n'aiment pas non plus être pris de haut.
Céline L. Le 30 septembre 2019 à 10:59:25
"Gouter du vin que buvait Napoléon"... Sauf qu'au temps de Napoléon, il n'y avait pas d'électricité. M. Pasquet a-t-il fait son vin à la bougie pour vraiment pouvoir se vanter de faire du vin comme au temps de Napoléon ? Si c'est juste une question de porte-greffe, le rapprochement historique est un peu léger et purement commercial ! De plus, se mettre en avant en essayant d'écraser les autres, ce n'est pas vraiment admirable comme démarche. Que l'on ne soit pas d'accord avec les instances telles que l'INOA, les ODG, etc, ou avec le classement de 1855, c'est compréhensible. Mais cracher dessus tout ce monde pour se mettre en avant, on dirait que M. Pasquet souffre d'un complexe d'infériorité. Si son vin était si exceptionnel que cela, au point de le vendre à 30 000 €, il n'aurait pas besoin de tout cette fanfaronnade ! S'il veut rester crédible à long terme, il a intérêt à ravaler sa rancœur, se mettre en avant que par son travail, laisser l'histoire tranquille, et surtout être impeccable sur ses cotisations et déclarations...
Guy Salmona Le 27 septembre 2019 à 17:58:12
Pasquet, petit joueur ! Ma cuvée Ad libitum est mise à prix à 99000 Euros... franco !
Duc Gabriel Le 27 septembre 2019 à 16:21:23
Quelque soit la provenance et l’appellation , les surplus de prix de 30 Euro la bouteille sont formés de : pub,rareté,snobisme et autres artifices et non pas uniquement de qualité .
Broc Le 27 septembre 2019 à 16:17:53
Au final, le journaliste ne se mouille pas et ne répond pas à la question du titre... Le compte rendu de dégustation ne fait pas rêver, en tout cas. Incroyable que la profession journalistique serve la soupe à des tels margoulins, rebelles en cartons, qui vendent de la com' et de l’esbroufe, mais certainement pas du vin ! Pitoyable des deux côtés, mais le plus triste est qu'il se trouvera des nigauds pour acheter ces bouteilles démesurément surcotées.
HC Le 27 septembre 2019 à 16:13:16
Comme on dit chez nous : un couillon se lève tous les matins (possible acheteur)
Hervé Lalau Le 27 septembre 2019 à 14:54:52
Un vin "au vrai goût du Bordeaux d'avant" ne devrait-il pas contenir une forte proportion de Malbec, alias Noir de Pressac (le grand cépage bordelais d'avant le phylloxéra)? 98% de Cabernet, c'est vraiment peu représentatif, non?
craoux Le 25 septembre 2019 à 12:17:10
Que Loïc Pasquet se revendique (ou s'affiche !) antisystème, c'est son droit. Il n'a qu'à continuer de s'affranchir du carcan administratif que les institutions imposent et qu'il rejette ou conteste. Il le peut aisément en maintenant son Liber Pater dans la catégorie du vin de France. Toutefois, même pour cette catégorie de vin existent quelques contraintes "administratives" à respecter (je ne parle pas ici de la question des cépages .. je présume que son "vignoble" est basiquement ok avec le classement ! ). Ainsi, ce rebelle se fait-il connaître de l'ANIVIN pour commercialiser du vin de France "millésimé" (il y a une cotisation à devoir sur la base de télé-déclarations volumiques à effectuer) ? ... Et a-t-il approché FranceAgriMer pour être habilité et ainsi rentrer dans le champ de la certification des volumes commercialisés en vin de France avec mention du/des cépages et/ou mention du millésime ? Bon, laissons tout cela. Personnellement, je trouve que sa démarche reste quand bien même très voire trop anecdotique : 1/ élargir le "franc de pied" à l'ensemble d'un vignoble est désormais techniquement impossible - 2/ le panel des cépages requis pour l'AOP Bordeaux n'est pas stabilisé mais est évolutif à très-très moyen terme. Certes, il prétend proposer "le vrai goût du bordeaux d'avant", mais n'est-il pas loisible de ne voir dans cette démarche plus une forme de vanité assez stérile (mais super-super bien valorisée !!! eh, pas bête le garçon ! .. ) qu'une vraie proposition technique à mettre en œuvre à l'échelle d'un vignoble. Peut-être que l'INAO est un gros bidule, peut-être que le Syndicat promu "ODG" n'offre pas les souplesses complaisantes attendues, mais l'ensemble du système met en place les garde-fous adéquats qui ne sont pas inutiles pour garantir l'observance par chacun d'un même corpus de règles de base communes. Et je rappelle qu'on n'est pas obligé de rentrer dans l'église INAO ... Loïc le rebelle a cette liberté de se tenir à l'écart.
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé