Accueil / Politique / Les vins du Languedoc "ne s’en sortiront que par la premiumisation"
Les vins du Languedoc "ne s’en sortiront que par la premiumisation"
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Christophe Bousquet
Les vins du Languedoc "ne s’en sortiront que par la premiumisation"

Metteurs en marché contre négociants, AOC sur le départ, arrachage et distillation face aux tensions commerciales… Élu en juin 2021 pour trois ans à la présidence du Conseil Interprofessionnel du Vin du Languedoc (CIVL), Christophe Bousquet détaille ses positions sur les événements qui ont marqué son début de mandat et sur les enjeux des années à venir.
Par Michèle Trévoux Le 17 mars 2023
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les vins du Languedoc
'Sur l’arrachage, je n’ai pas d’avis tranché. Il faudrait qu’on puisse l’envisager de façon ciblée sur certains territoires' indique Christophe Bousquet. - crédit photo : Michèle Trévoux
D
epuis votre élection en juin 2021, un conflit oppose la Fédération régionale des metteurs en marché directs et l’Union des Entreprises Viticoles Méditerranéennes (UEVM), concernant la gouvernance au CIVL. Les premiers, qui affirment représenter 64% de la mise en marché des AOC et IGP sud de France, réclament leur réintégration au sein du collège des metteurs en marché, dont ils ont été évincés par l’UEVM. Que fait le CIVL pour trouver une issue à ce contentieux ?

Christophe Bousquet : Je tiens tout d’abord à préciser que ce conflit n’a rien à voir avec mon élection. Il s’agit d’un contentieux entre l’UEVM et la Fédération des Metteurs en marché direct. C’est à eux de trouver un terrain d’entente. Statutairement, le CIVL n’a pas le pouvoir de décider la réintégration des metteurs en marché direct. Néanmoins, je ne suis pas resté inactif. J’ai rencontré séparément les deux parties et proposé des solutions. Le conseil d’administration a validé l’étude de la candidature de la Fédération des Metteurs en marché direct. Mais pour la reconnaître, il faut qu’elle nous démontre sa représentativité. Or nous n’avons aucune donnée sur son nombre d’adhérents et le volume de commercialisation qu’ils représentent. Les 64 % de commercialisation qu’ils revendiquent ne sont pas vérifiables en l’état.

En tout cas, il est regrettable que ce conflit pollue le travail du conseil d’administration et nous fasse perdre du temps et de l’énergie alors que les vrais sujets sont ailleurs.

 

Qu’en est-il des trois Organismes de Défense et de Gestion (ODG), Corbières, Fitou et Faugères, qui ont annoncé leur retrait du CIVL en fin d’année, au terme de leur engagement triennal ?

Nous avons créé l’an dernier une commission de conciliation pour étudier les griefs qui nous sont fait et connaître les attentes de ces ODG. Nous avons eu plusieurs réunions et déjà proposé des solutions. En réponse à certaines critiques, j’ai voulu remettre en avant les identités propres de chaque appellation, toujours sous la bannière Vins du Languedoc. Nous travaillons en étroite collaboration avec les sections interprofessionnelles, qui sont des mini CIVL à l’échelle de chaque ODG, où les deux collèges, producteurs/metteurs en marché, décident des actions à mener pour l’appellation.

J’ai également proposé que ces Sections Interprofessionnelles (SI) aient la liberté d’augmenter leur Cotisation Volontaire Obligatoire (CVO) avec une répartition des fonds inversée par rapport à l’actuelle CVO dont 17 % revient aux SI. Sur cette augmentation, 70 % sera alloué au budget de la SI et 30 % au budget général du CIVL. Ni le CIVL, ni les ODG sur le départ, n’ont intérêt à cette séparation. Maintenant s’ils maintiennent leur décision, certes notre budget sera amputé de 1,2 million d’euros, mais on aura moins de dépenses et on apprendra à fonctionner autrement.

 

Les sorties de chai des AOP et IGP de département et de territoires sont en recul à fin janvier. La baisse est plus marquée sur les rouges (-10 % sur les AOP, 6 8% pour les IGP) mais les rosés accusent aussi le coup (65 à -6%). Dans ce contexte, la distillation annoncée par le gouvernement vous paraît-elle une bonne mesure ? Faut-il également envisager l’arrachage pour réajuster la production aux capacités de vente ?

Les chiffres ne sont pas catastrophiques. Nous avons un an et demi de stock en rouge, ce qui n’a rien d’alarmant. Nous perdons des volumes sur les rouges, c’est certain. Mais des AOP comme Terrasses du Larzac, Pic Saint Loup La Clape continuent à bien se vendre. Ce sont les entrées et milieu de gamme qui sont en difficulté. On voit que la réorientation vers le rosé atteint ses limites. On ne s’en sortira que par la premiumisation. La distillation va sans doute alléger nos stocks, ramener de la trésorerie mais ne résoudra pas le problème. Et avec la sécheresse qui s’annonce pour cet été, ne serait-il pas plus judicieux d’avoir un peu de stock ? Sur l’arrachage, je n’ai pas d’avis tranché. Il faudrait qu’on puisse l’envisager de façon ciblée sur certains territoires. Mais je pense qu’à terme, c’est malheureusement le changement climatique qui va se charger de réguler le marché.

 

Vous avez souhaité renforcer le volet technique de l’interprofession avec la création d’une direction R&D en charge du pilotage de tous les sujets techniques. Sur quels thèmes allez-vous vous focaliser ?

J’ai effectivement souhaité renforcer ce pilier technique qui était jusqu’ici le parent pauvre de l’interprofession, avec le recrutement en septembre dernier de Marie Corbel. Elle s’est d’abord focalisée sur le dossier prioritaire des variétés Bouquet (ndrl : variétés résistantes à l’oïdium et au mildiou) et nous avons signé le mois dernier une convention avec l’INRAE pour leur déploiement à partir de 2025 dans notre vignoble. Mais il y a beaucoup d’autres sujets qui sont au cœur de nos préoccupations comme évidement le réchauffement climatique, enjeu majeur des années à venir, qui va conditionner notre capacité à produire. Et l’irrigation ne pourra être la solution. On va sans doute expérimenter cet été la première réalité du partage de l’eau. Il faut trouver d’autres solutions.

L’évaluation de notre empreinte carbone va également devenir incontournable au niveau commercial, la biodiversité qui peut également être un bon argument commercial. L’idée est de recenser les travaux déjà menés, notamment dans les ODG, chambres d’agriculture et autres organismes de recherche et de renvoyer ces informations vers les producteurs et metteurs en marché. C’est un travail de pilotage et d’animation qui, sur certains sujets, pourrait être mutualisé avec d’autres interprofessions de la région. La commission technique doit nous présenter d’ici juin une feuille de route précise des thèmes prioritaires que nous allons creuser, programme qui devra être validé lors de notre assemblée générale au mois de juin.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (5)
VignerondeRions Le 18 mars 2023 à 01:02:01
La premiumisation... Vaste programme. Pour avoir des clients potentiels je préfère essayer de répondre à leurs besoins. Perso, je n'en croise pas très souvent qui me disent qu'ils ont besoin que je me premiumise... Grosso modo leur vendre plus cher, le même vin dans un emballage cheap pour sauver la planète... C'est comme le Conseil général de mon département, avant il me prennait des impôts pour entretenir les routes, maintenant il me prend la même chose pour mettre un panneau qui me dit qu'ils n'entretiennent plus la route parce que ça respecte la nature...
Signaler ce contenu comme inapproprié
Albert Le 17 mars 2023 à 21:09:31
.. et j'ai omis d'ajouter que le budget des consommateurs va s'ombrager, si on peut dire, car, ne l'oublions pas, la demande sur le vin n'est pas élastique. Quand je vois les tarifs actuels auxquels on peut espérer toucher les "bonnes" bouteilles, j'ai vraiment des doutes sur la "premiumisation" comme salut.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Albert Le 17 mars 2023 à 21:02:52
Difficile de saisir un commentaire ce soir vers 17h45-18h .. je vais résumer ici : sans terroir à notoriété reconnue, je ne vois pas bien sur quoi s'appuierait une logique de premiumisation. La Livinière a une reconnaissance non liée à son appartenance à l'AOP "Minervois" par exemple. Boutenac sort du rang sans qu'on fasse le lien avec AOP Corbières. Le LR n'a pas de vraie reconnaissance en tant que terre viticole inspirante. Au Mas de Daumas Gassac, la famille Guibert a toujours invoqué son terroir "bourguignon" pour valoriser ses jus. En résumé, hormis la premiumisation possible des vins issus de terroirs déjà sortis du rang (AOP), j'avoue ne pas croire au discours du Pdt Bousquet pour la grande masse de l'offre du LR.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Albert Le 17 mars 2023 à 17:53:17
La premiumisation ne se décrète pas car, au delà des efforts qui seront consentis (au vignoble, dans les chais), il restera à acquérir la notoriété légitimant un prix demandé. Or, mis à part quelques AOP aux terroirs reconnus (
Signaler ce contenu comme inapproprié
Albert Le 17 mars 2023 à 17:44:17
La premiumisation ne peut se concevoir qu'à la condition que les volumes en cause soient limités. Les 3 ZOP
Signaler ce contenu comme inapproprié
vitijob.com, emploi vigne et vin
Saône-et-Loire - CDI scea FERRET-LORTON
Pyrénées-Orientales - CDI PUISSANCE CAP
Gironde - CDD Château Margaux
Gironde - CDI Ballande Et Meneret
© Vitisphere 2023 - Tout droit réservé