Accueil / Viticulture / Ce piquet connecté transforme la viticulture de précision en réalité contre le gel et le mildiou
Ce piquet connecté transforme la viticulture de précision en réalité contre le gel et le mildiou
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Lutte chirurgicale
Ce piquet connecté transforme la viticulture de précision en réalité contre le gel et le mildiou

Baptisé Sentinelle Vignes, l’écosystème de capteurs, d’éoliennes et d’application du groupe Alcom donne de premiers résultats puissants et séduisants dans les vignobles s’y essayant.
Par Alexandre Abellan Le 19 septembre 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Ce piquet connecté transforme la viticulture de précision en réalité contre le gel et le mildiou
« On sait précisément où et quand intervenir » résume Coralie de Boüard, ce 14 septembre à Montagne Saint-Émilion. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
L

es vignerons ayant toujours aimé discuter de la pluie et du beau temps en bout de rang, ils pourront y trouver un nouveau sujet de discussion avec le piquet connecté développé par l’entreprise Sentinelle Vignes (filiale du groupe Alcom Technologies). Reliés à une application dédiée, ces 4 à 5 capteurs par hectare (la densité conseillée) suivent quotidiennement les conditions météorologiques à l’échelle de la parcelle de vigne, qu’une Intelligence Artificielle (IA) met à profit pour cartographier les risques de conditions gélives et de de développement du mildiou à sept jours (voir exemple ci-dessous). De quoi aider les vignerons à anticiper la protection de leurs parcelles contre le gel et le mildiou, mais avec d’autres outils que les bougies ou les traitements phytos. Alcom proposent des éoliennes mobiles et géolocalisée dont l’action est commandée précisément par les cartes de risque afin de ventiler les seules zones à risque (pour chauffer les masses d’air froid grâce à la combustion de pellets ou assécher les zones trop humides qui sont propices au développement cryptogamique). Une vraie concrétisation de la viticulture de précision.

« Pour faire de la précision, il faut beaucoup de données. Pas des données générales, comme celle d’une station météo pour 30 parcelles différentes, mais des données intimes, propres à chaque parcelle, pour les individualiser » explique Fabrice Gautier, le président du groupe Alcom Technologies, soulignant la puissance d’un système présent 24h/24 7j/7 dans les vignes (par rapport à des capteurs embarqués sur un tracteur, plus précis spatialement, mais moins pertinents temporellement parlant). Implanté dans le rang de vigne grâce à un bloc enterré de 50 kg de béton, chaque piquet est autonome en énergie (avec une batterie pour 500 jours) et en communication (antenne 4G LTE transmettant quotidiennement les relevés) avec des capteurs de températures et d’humidité (dans le sol, son tronc et sous ses ailettes), des caméras à l’avant et à l’arrière (pour prendre des photos quotidiennes) et un capteur de stress hydrique (par mesure différentielle de la conductivité d’une feuille du cep voisin). Avec cet attirail, « on connaît la parcelle de manière intime » résume Fabrice Gautier.

Ange-gardien

Les mesures de Sentinelle Vignes sont traitées par un algorithme utilisant le matriçage préalablement réalisé de la parcelle (pour modéliser les différences entre les prédictions météo générales et les données réalisées localement) pour cartographier les gradients de risques à l’échelle de la parcelle (pour le gel et le mildiou, des développements sont en cours pour Botrytis et oïdium). Cette IA étant un « ange-gardien », elle « accompagne l’homme en lui donnant des informations qu’il n’aurait pas trouvé tout seul (même si le vigneron connaît ses parcelles sensibles, il ne sait pas d’où vient et quand arrive le risque). Il s’agit d’accompagner, pas de remplacer » explique Fabrice Gautier.

Après le piquet connecté et l’IA de l’application, la dernière brique de cet écosystème est l’éolienne mobile, qui utilise la prédiction pour la protection. Électrique, mobile et silencieuse (63 décibels à 10 mètres), cette tour à vent oriente précisément sa tête géolocalisée selon la cartographie du risque gel (pour éviter la formation d’un gradient négatif*) et le risque mildiou (avec un algorithme reposant sur la température, l’humidité instantanée et l’humectation permanente mesurées selon les stades physiologiques renseignés par photos). De quoi cibler chirurgicalement les risques pour gagner en efficacité.

90 €/mois

Lancées en 2018 après un appel à projet, les recherches sur Sentinelle Vignes ont abouti à de premiers essais en 2020 sur le château clos de Boüard (30 hectares de vignes en appellation Montagne Saint-Émilion, certification Haute Valeur Environnementale). Désormais déployées, 177 sentinelles ont été livrées à Bordeaux et en Champagne en 2022. Leur coût de location est de 90 €/mois pour un piquet connecté, ce qui inclut l’installation, le matriçage, l’entretien, l’application… La tout à vent est disponible en location ou à l’achat (pour 45 000 €). « Ce sont des prix accessibles » juge Coralie de Boüard, à la tête du château Clos de Boüard, qui possède pour l’instant 14 sentinelles : « j’ai rapidement amorti mon investissement avec la protection de la vendange et la réduction des traitements ». Entre gel précoce et millésime solaire, le millésime 2022 n'aura pas été propice à la démonstration de l'efficacité de Sentinelle Vignes pour les châteaux bordelais et maisons champenoises qui ont déployé l'outil.

N’ayant pas eu d’éolienne au moment des gelées du printemps 2021, Coralie de Boüard note cependant que les cartographies du risque gélif lui ont permis de cibler les endroits stratégiques où concentrer des bougies. Concernant le mildiou, le recours aux modélisations et éoliennes lui a permis de réduire significativement ses traitements en 2021 (malgré la forte pression mildiou). « L’intérêt des alertes est de permettre des actions précises, qui ont de l’impact grâce à leur réactivité » pointe Coralie de Boüard. La vigneronne rapporte que l’Institut National de l’Origine et de la Qualité (INAO) a validé l’utilisation en AOC de cet outil, appelant même à aller plus loin, avec des traitements quantitativement au risque de chaque parcelle. De quoi développer de nouveaux outils de viticulture précision pour ce prometteur système de Sentinelle Vignes.

 

 

L’objectif de Sentinelles Vigne est de prévoir le risque gélif et l’état sanitaire des vignes 7 jours à l’avance indique Fabrice Gautier (à gauche), entouré de Bruno Déguil-Robin, le responsable Alcom Bordeaux, Constance Bianchi, la directrice de la communication d’Alcom Technologies et Coralie de Boüard.

 

Un exemple de cartographie générée par Sentinelle Vignes sur son application mobile (capture d’écran).

 

* : Pour produire de l’air chaud, un booster est disponible (avec des pellets comme combustible).

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé