Accueil / Commerce/Gestion / Les vins de Bordeaux "probablement les seuls à pouvoir" organiser une fête à 2,3 millions €
Les vins de Bordeaux "probablement les seuls à pouvoir" organiser une fête à 2,3 millions €
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

De retour à quai
Les vins de Bordeaux "probablement les seuls à pouvoir" organiser une fête à 2,3 millions €

Relancé et renouvelé, l'événement œnotouristique bordelais va faire le bilan avant de se projeter sur la fréquence et les évolutions de ses prochaines éditions. Une seule certitude : le festival dédié au rhum se trouvera un autre créneau.
Par Alexandre Abellan Le 27 juin 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les vins de Bordeaux
Bordeaux Fête le Vin se tenait du jeudi 23 au dimanche 26 juin 2022, après quatre années d’interruption (bisannuelle, la dernière fête du vin remontait à 2018, le covid ayant annulé 2020 puis 2021). - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
A

près quatre ans sans fête du vin sur les quais de Bordeaux, le retour de l’évènement de dégustation et d’échange marque des retrouvailles couronnées de succès pour ses organisateurs, faisant un premier bilan ce dimanche 26 juin en matinée, avant la clôture de quatre jours de festivités (23-26 juin). Sur les trois premiers jours, l’organisation annonce la vente de 35 000 passes de dégustation (donnant accès à 11 dégustations) pour 185 000 dégustations (sur les 8 pavillons de Bordeaux Fête le Vin), avec 14 000 ateliers suivis à l’École du Vin (proposant un programme original, voir encadré).

Si la météo pluvieuse a pu clairsemer l’affluence sur les quais pendant ce week-end, « on n’était pas à la recherche du nombre, mais du contact, du dialogue, du temps d’échange » indique en conférence de presse Brigitte Bloch, la présidente de l’office de tourisme de Bordeaux Métropole, qui estime révolue l’« ère du chiffre » pour « chercher de la qualité, plus de la quantité. Ce n’est pas une excuse, tout ce que l’on a fait pour faire évoluer cette fête, c’était dans cette idée. […] On n’a pas besoin de s’écraser comme des sardines pour être satisfaits. On est content qu’il y est de l’espace pour se parler, pour échanger… »

Nouvelle formule

Cette édition de relance post-covid est « nouvelle à de nombreux titres » pointe Bernard Farges, le président du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB), qui énumère le renouvellement de l’organisation (avec la nouvelle équipe municipale de Bordeaux), l’évolution de la forme des stands presque campagnarde (moins minérale), l’extension de la fête du vin (s’étalant plus sur les quais) et l’accroissement du nombre de concerts (malgré des annulations avec la canicule). Concernant la musique, « on ira encore plus loin » glisse Bernard Farges : « Bordeaux fête le vin en musique fait partie des sujets que l’on aura à trancher pour l’avenir. »

« Fêter le vin, nous avons l’habitude ici de le faire de la plus simple des manières : c’est la relation, le verre à la main, entre le vigneron, le négociant et le consommateur. Ce travail n’est pas si évident. Cette proximité entre celui qui produit le vin et celui qui va le consommer » ajoute le président du CIVB, qui souligne qu’à Bordeaux « nous avons du vin à vendre, nous avons des consommateurs à conquérir. [La fête du vin] est un outil formidable pour continuer à conquérir. Nous souhaitons renouveler cet évènement le plus souvent possible, quand nous aurons décidé du rythme de cela. Nous sommes attachés à exporter cet évènement. »

Poids économique de la filière

Si la relance de l’outil de promotion est en cours à l’étranger *, la future fréquence de Bordeaux Fête le Vin reste à préciser. Jusque-là bisannuel, l’évènement grand public se déroulait les années paires en alternance avec le salon professionnel Vinexpo Bordeaux, qui n’est plus depuis 2019. Ce qui pourrait permettre un rythme annuel au sein du modèle hybride grand public/professionnel de la Bordeaux Wine Week (week-end des grands crus, symposium et rendez-vous d’acheteurs Vinexposium et fête du vin…). Affirmant sa « conviction », Brigitte Bloch indique que l’« on va poursuivre. Quand on est aussi bien partis, on a envie de donner encore plus de dimensions à cette fête ». La Bordeaux Wine Week représente actuellement une synergie de 58 évènements pendant 10 jours, « à la hauteur du poids économique de la filière dans la région » souligne Brigitte Bloch. Indiquant que le budget du seul évènement Bordeaux Fête le Vin s’élève à 2,3 millions d’euros, l’élue précise que ses fonds sont constitués d’un tiers d’argent public (région, département, métropole, ville, CIVB et CCI), d’un tiers de partenaires privés (Banque Populaire, Caisse d’Epargne, Eiffage, EDF…) et un tiers de recettes (les ventes pendant l’évènements)

« C’est beaucoup d’argent, c’est un vrai investissement » pointe Bernard Farges, notant que « les retombées sont considérables » et ajoutant que « c’est un gros machin, qui n’existe nulle part ailleurs dans le monde, nous sommes probablement les seuls à pouvoir le faire ». À la fois dans le concept de cet « évènement si particulier », mais aussi en termes de mobilisation humaine, des financeurs aux vignerons présents sur les stands. « Fêter le vin à Bordeaux la même semaine où nous aurons eu des orages monstrueux sur la métropole et le vignoble, ce n’est pas évident pour nous, même si nous n’avons pas été sinistrés, et c’est très difficile pour des vignerons qui sont sinistrés, qui sont chez eux et n’ont pas le cœur à la fête. On a aussi des vignerons et viticultrices qui ont tout perdu et qui étaient là » souligne Bernard Farges

Persona non grata

Parmi les vignerons présents, beaucoup accusaient le coup des derniers aléas climatiques. Certains grognaient contre l’organisation du Bordeaux Rhum Festival pendant la fête du vin au palais de la Bourse. « C’est une mauvaise programmation d’agenda, on a eu un petit couac » indique Christophe Chateau, le commissaire général de Bordeaux Fête le vin, qui promet que « ça ne se reproduira plus. Même si je ne pense pas que le festival du rhum ait nuit à Bordeaux Fête le Vin cette année. En tout cas, ce n’est pas imaginable que pendant la Bordeaux Wine Week d’autres boissons alcoolisées soient promues. »

De retour après deux annulations, les organisateurs de la troisième édition du Bordeaux Rhum Festival expliquent que « les première éditions se déroulaient en décembre, mais beaucoup de cavistes et professionnels occupés lors de cette période de fêtes, nous ont demandé s’il était possible de le faire à une période plus estivale » indique l’organisateur à Vitisphere, ajoutant qu’« en essayant d’éviter les autres salons du rhum européens, avec lesquels nous rentrions en concurrence directe et en consultant les disponibilités du Palais de la Bourse, notre choix a été très limité et nous nous sommes donc décidé pour ces dates du 25 et 26 juin. » Bordeaux Rhum Festival ajoute que « c’est seulement par la suite, fin novembre 2021 que nous nous sommes rendu compte que ça tombait lors du dernier week-end de la fête du vin, mais considérant que le public n’étant de toute façon pas le même, malgré le fait que les deux boissons soient alcoolisés, nous n’estimons pas être en concurrence avec les vignerons, surtout qu’ils sont chez eux (malgré la longue histoire qu’a le rhum avec la ville de Bordeaux). »

 

La tenue d’un évènement dédié aux rhums en face de la fête du vin n’a pas manqué d’agacer certains opérateurs du vignoble.

 

* : Avec une édition de reprise à Liverpool il y a deux semaines (dans des restaurants et avec dégustation) indique Christophe Chateau, le commissaire général de Bordeaux Fête le vin, faisant état de projets de retour sous des formes différentes pour Québec (début septembre pour l’anniversaire du jumelage), Bruxelles (pour le premier week-end d’octobre) et Hong Kong (avec un projet d’évènements gastronomiques). Sont également en discussion des évènements dans un district de Pékin (en octobre à Miyun) et de premiers contacts pour se lancer à Singapour (des discussions sont en cours, faisant écho au nouveau salon asiatique de Vinexpo en 2023). « Tourner la page pandémique va nous permettre d’utiliser le levier de promotion des fêtes du vin sur nos marchés prioritaires » pointe Christophe Chateau.

 

Nouvelles animations

Testant à chaque fête du vin de nouveaux concepts, Stéphanie Barral, la directrice de l’École du Vin, présentait en 2022 une "table des curiosités" avec des ateliers proposant aux visiteurs de mieux comprendre la biodynamie (via le calendrier lunaire), de découvrir la biodiversité du vignoble (avec des plats composés à partir des herbes trouvées dans les vignes), de se projeter dans le monde de 2050 (accordant des vins marqués par le changement climatique et des mets à base d’insectes)… Un bar proposait aussi de comprendre l’assemblage des vins comme une forme de cocktail : avec des shots de monocépage à additionner pour révéler d’autres caractéristiques.



 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2023 - Tout droit réservé