Accueil / Oenologie / Les cognacs Hennessy décarbonent progressivement leur distillation

De l’hydrogène dans le gaz
Les cognacs Hennessy décarbonent progressivement leur distillation

Le premier opérateur charentais teste la réduction de son utilisation de gaz naturel avec l’hydrogène en espérant pouvoir réduire progressivement son empreinte carbone dans la décennie.
Par Alexandre Abellan Le 21 juin 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les cognacs Hennessy décarbonent progressivement leur distillation
« Les gaz de combustion génèrent plus de 85 % des émissions de Gaz à Effet de Serre de la distillation » indique Hennessy. - crédit photo : Hennessy (Gabriel de la Chapelle)
D

urées d’élevage obligent, les spiritueux se projettent dans le temps long : les pratiques d’aujourd’hui devant convenir au consommateur de demain. Dans ce cadre, la neutralité carbone devient un objectif clé pour les distilleries des grands groupes du luxe. Alors que les annonces en la matière s’enchaînent (avec l’ouverture fin 2021 de la Diageo Lebanon Distillery à empreinte nulle dans le Kentucky et l’annonce cette mi-juin par Pernod-Ricard d’une neutralité pour sa Midleton Distillery en 2026 en Irlande), LVMH indique que ses cognac Hennessy travaillent à la réduction de leur empreinte carbone par la substitution du propane par l’hydrogène.

Encore en phase expérimentale, le procédé repose actuellement sur la modification d’un brûleur d’alambic expérimental afin de fournir une puissance en majorité issue de gaz, mais complétée jusqu’à 20 % d’hydrogène. Cette proportion d’hydrogène est appelée à croître progressivement, avec l’objectif d’atteindre 100 % (sur un brûleur qui devra être spécifique). Sachant que « chaque part d’hydrogène vert injecté réduit d’autant l’empreinte carbone, car il s’agit d’une énergie totalement décarbonée » note Félix Pouyanne-Lafuste, le responsable des distilleries Hennessy. À l’étude depuis 2019, ce projet est opérationnel depuis la campagne de distillation du millésime 2021 au sein de la distillerie expérimentale du Peu (à Juillac-le-Coq, Charente). L’eau-de-vie obtenue possède un niveau qualitatif validé par le comité de dégustation de la maison Hennessy.

Expérimentation

« Pour cette première phase expérimentale, notre objectif est de reproduire au plus près les conditions de chauffe. Lors des essais de la dernière campagne, les temps de chauffe en hybridation ont ainsi été identiques à ceux habituellement relevés pour une chauffe au gaz naturel » explique Félix Pouyanne-Lafuste, qui ajoute que « la prochaine campagne a pour objectif la confirmation des premiers résultats obtenus ainsi que l’augmentation progressive de cette part d’hydrogène ». Les tests devront progressivement passer à une échelle de production standard (notamment avec un alambic de 25 hectolitres). Concrètement, il s’agit d’un « projet R&D dont on peut imaginer le début du déploiement : à moyen terme pour l'hybridation (3 à 5 ans) et à plus long terme pour le 100 % H2 (8 à 10 ans) » note Félix Pouyanne-Lafuste, précisant que « les chiffrages et données économiques font bien évidemment partie de nos préoccupations sur ce projet et nous y travaillons, […] mais ils ne sont pas encore finalisés et donc pas communicables à ce stade. »

Devant d’abord valider « la faisabilité technique » et « la qualité des eaux-de-vie obtenues », Hennessy intègre ce projet dans son objectif de réduction d’ici 2030 de la moitié de son empreinte carbone totale. Dans les trois distilleries Hennessy, des optimisations des processus ont déjà permis de réduire la consommation énergétique de la chauffe, dont l’impact environnemental a été réduit avec un approvisionnement en biométhane (« gaz issu de la méthanisation de matières organiques, déchets agricoles et effluents d’élevage » précise la maison). Les essais avec l’hydrogène ont été mené avec du propane pour correspondre aux pratiques actuellement en vigueur dans la filière charentaise.

 

 

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé