Accueil / Commerce/Gestion / Les vins français chouchous d'un marché camerounais en devenir

Fiche pays
Les vins français chouchous d'un marché camerounais en devenir

La consommation de vin du pays d'Afrique Centrale ne cesse de se développer, avec des opportunités à saisir pour les vins français en assurant un rapport qualité/prix optimisé.
Par Alexandre Abellan Le 11 mai 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les vins français chouchous d'un marché camerounais en devenir
Les vins de Bordeaux dominent les exportations françaises de vin au Cameroun. - crédit photo : Business France
C

omptant parmi les trois principaux pays d’importation de vin en Afrique (avec la Côte d’Ivoire et le Nigéria), le Cameroun est un marché en développement dont la diversification actuelle est source d’opportunités pour les vins français indique Gihane Ramatou Idi, chargée d’affaires export pour Business France au Cameroun. L’experte note que si des vins d’Espagne, d’Afrique du Sud, d’Italie et de Californie s’implantent sur le marché camerounais, « la concurrence est croissante, mais il n’y a pas match. Les vins de France en général, et de Bordeaux en particulier, restent la référence. Avec un positionnement conservé sur le milieu et le haut de gamme. »

En devenir, le marché camerounais reste pour l’instant traditionnel dans ses goûts, très tournés vers les vins rouges de Bordeaux (« qui voyagent bien, sans avoir besoin de container frigo »). La consommation ne se porte pas encore sur les vins bio ou sans sulfites ajoutés (« ce n’est pas le dada des consommateurs, pour le moment »), les effervescents se cantonnent aux mariages et anniversaires, les vins blancs restent limités aux jeunes femmes et les rosés ont du mal à s’implanter note Gihane Ramatou Idi. Si la bière reste, de loin, la première boisson alcoolisée consommée au Cameroun, le vin se démocratise en étant présent en de nombreuses occasions (cérémonies familiales, réunions amicales…) et jusque dans les villages les plus éloignés de la capitale Yaoundé (« même dans l’endroit le plus perdu, on peut trouver un vin d’entrée de gamme »).

Accompagnement marketing

Le prix reste la clé d’entrée sur le marché camerounais, où l’essentiel des ventes se fait en grande distribution pour afficher des prix attractifs. Pour s’implanter sur le marché camerounais, « le premier élément c’est le prix. Le goût arrive ensuite, suivi par la présentation de la bouteille et l’accompagnement marketing sur le marché local » note l’experte. Dominé par de gros importateurs alimentant le Cameroun, le réseau de distribution peut être compliqué à approcher, mais il y a encore de la place indique Gihane Ramatou Idi : « tout dépend de ce que cherche l’importateur sur le moment ». Et d’ajouter que « la tendance est à amener le consommateur à comprendre les vins. Il y a beaucoup d’éducation à faire, sur ce qu’est le vin et les accords avec les mets ».

À noter que le Cameroun a peu été touché par la crise sanitaire du covid-19, n’étant pas confiné en 2020-2021 mais appliquant une fermeture de six semaines des restaurants en soirée : « la pandémie n’a pas affecté les comportements d’achat » conclut Gihane Ramatou Idi.

Pour en savoir plus sur ce marché, cliquer ici.

 


 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
vitijob.com, emploi vigne et vin
Charente - Alternance/Apprentissage
Seine-Saint-Denis - CDI
Ardèche / Drôme / Isère ... - CDI
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé