LE FIL

La tendance se confirme

-25 %, des rendements historiquement faibles pour les vendanges 2021 en France

Mardi 07 septembre 2021 par Alexandre Abellan

« Après le gel, les maladies accentuent les pertes » résument les services ministériels.
« Après le gel, les maladies accentuent les pertes » résument les services ministériels. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Du gel aux pluies, en passant par la coulure et la sécheresse, le vignoble français cumule ce millésime les aléas climatiques réduisant drastiquement son potentiel de production. Seuls Cognac et Savoie limitent la casse.

« La production viticole s’établirait, en 2021, à près de 33 millions d'hectolitres, soit un niveau inférieur de 29 % à celui de 2020 et de 25 % à celui de la moyenne des récoltes des cinq dernières années » annonce ce 7 septembre le Service de la Statistique et de la Prospective du ministère de l’Agriculture (SSP). Positionnant ses nouvelles prévisions dans la fourchette basse (entre 32,6 et 35,6 millions hl étaient prévus en août), l’administration rappelle que ces estimations arrêtées au premier septembre sont à prendre avec prudence*. « Historiquement basse, inférieure à celles de 1991 et 2017 affectées elles-aussi par un gel sévère au printemps », la vendange 2021 afficherait un « rendement proche de celui de 1977, année où la récolte viticole avait été réduite par un gel destructeur et des précipitations estivales ».

Faisant le tour du vignoble français (voir infographies ci-dessous), le SSP souligne qu’aucun vignoble n’a été épargné par les aléas climatiques. Le gel de printemps a touché des cépages précoces (comme chardonnay, merlot et sauvignon) en Bourgogne, Bordeaux, Champagne, Centre-Loire, Jura, Languedoc, Vallée du Rhône, Sud-Est… Après la fleur, la coulure a marqué les rendements de Bordeaux, du Centre-Loire, du Sud-Ouest, de la Vallée du Rhône, de la Provence… La pluviométrie de cet été alimente la pression cryptogamique (mildiou, oïdium, black rot… voire de Botrytis) causant des pertes de récolte en Alsace, Beaujolais, Bordeaux, Bourgogne, Champagne, Jura, Savoie… Moins évoquée par le SSP, la sécheresse ayant touché le pourtour méditerranéen « limiterait les rendements, notamment en Roussillon » et en Corse.

Situations disparates
Historiquement hétérogènes, les situations peuvent être localement catastrophiques. Comme dans l’Yonne, où les deux tiers de la récolte sont détruits rapporte le SSP. En grande Bourgogne, une demi-récolte est prévue pour le millésime 2021. Dans le Sud-Ouest, les Landes et le Gers seraient les départements plus touchés, avec une demi-vendange prévue. En Champagne, « la production agronomique serait la plus basse depuis 40 ans, ce qui devrait conduire à l’utilisation des réserves de vins des années précédentes » ajoute le ministère.

Soumis à rude épreuve, le vignoble de Cognac semble pourtant s'en sortir correctement, sa baisse de 1 % de ses volumes par rapport à la moyenne quinquennale lui permettant d'aspirer au titre de premier producteur national en volume du vignoble ce millésime. La Savoie limite également la casse, avec une baisse prévue de 3 % de sa production.

 

* : « Par nature, ces prévisions ne peuvent prendre en compte les évènements susceptibles de survenir après cette date et d’influer sur la récolte. La répartition des vins entre les différentes catégories n’est qu’indicative et peut être amenée à évoluer. L’affectation ne sera connue plus précisément qu’au moment de la déclaration de récolte » indique l’administration.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé