Accueil / Commerce/Gestion / Les vins rosés de terroirs lancent leur campagne de communautarisation
Les vins rosés de terroirs lancent leur campagne de communautarisation
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Niche en formation
Les vins rosés de terroirs lancent leur campagne de communautarisation

Nouvellement née, l’association internationale compte fédérer les vignerons de toutes les appellations et typicités de production pour faire naître une niche pérenne.
Par Alexandre Abellan Le 25 juin 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les vins rosés de terroirs lancent leur campagne de communautarisation
Ce ne sont pas des producteurs mais des cuvées qui seront cooptées par l’association. - crédit photo : AOC Tavel
F

aisant la promotion de « rosés humains », l’enjeu est de « se réunir pour faire parler de nous [et] créer de l’émulation dans la filière » pose Guillaume Demoulin, le président de l’association internationale des rosés de terroirs, lors d’une visioconférence d’évangélisation ce 24 juin. Réunissant actuellement 28 vignerons français (des Côtes de Toul à Faugères, en passant par Bandol et le Rosé des Riceys) et deux producteurs italiens, la toute jeune association ne manque pas d’ambition. « Le moment est venu de contribuer et même d’accélérer la reconnaissance des rosés de terroirs, en France et dans le monde, auprès des professionnels comme des amateurs de vin » indiquent les statuts de l’association, qui ajoutant que « si les rosés de terroirs existent, et même de plus en plus, leur visibilité come leur valorisation restent à ce jour insuffisante ».

S’inspirant des enseignements de la stratégie des Fans de Chenin qu’il déploie en Anjou, Jérémy Arnaud, à la tête de l’agence de conseil Terroir Manager, vise une communautarisation des rosés de terroir : « ceux qui aiment les produire, ceux qui aiment les vendre et ceux qui aiment les consommer ». L’expert en marketing est confiant dans la création de ce nouveau segment de marché, tout en prévenant qu’il ne s’agira que d’une niche. Avant d’aller sur les marchés en 2022, l’association doit recruter de nouveaux vignerons adhérents d’ici novembre 2021, pour finaliser un plan de communication triennal (sont envisagées des actions de formations, de dégustations verticales, d’observatoirse économiques/médiatiques…).

Surtout son goût

Si l’association est « ouverte et sans défense d’un style (notamment de couleur) ou d’une AOC (Tavel étant à l’origine du mouvement) », comme le précise Jérémy Arnaud, les vignerons souhaitant adhérer doivent être cooptés par la dégustation des cuvées candidates. En la matière, le cahier des charges de l’association accueille parmi ses adhérents « une grande diversité, car chacun d’eux, par sa couleur et surtout son goût, raconte une histoire liée à un endroit de nature (caractéristiques), un vigneorn (personnalité, talent) et une ambition singulière (choix, partis pris) ».

Jugées sur leurs goûts, les cuvées admises doivent être âgées d’un an au moins et présenter un « bilan écophyto (quantité et qualité de résidus de pesticides autorisés dans le vin) » conforme à la réglementation. « Nous n’entrons pas dans le débat, dépassé, sur les labels environnementaux » mais regardons leurs résultats explique Jérémy Arnaud.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
vitijob.com, emploi vigne et vin
Charente / Charente-Maritime / Deux-Sèvres ... - CDI
Côte-d'Or - Alternance/Apprentissage
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé