LE FIL

Petits prix, petits formats et proximité

Les tendances printemps/été des vins en restauration pour FranceBoissons

Jeudi 11 juin 2020 par Alexandre Abellan

FranceBoissons encourage également les restaurants à développer une activité complémentaire de cavistes, dans la lignée de la vente à emporter.
FranceBoissons encourage également les restaurants à développer une activité complémentaire de cavistes, dans la lignée de la vente à emporter. - crédit photo : FranceBoissons
Pour la réouverture du réseau CHR, le distributeur de boissons fait le pari de répondre aux demandes qui se renforcent, sont nées ou pourraient émerger en cette période de crise sanitaire inédite.

 

Réagencé, le catalogue promotionnel juin/juillet 2020 des vins proposés par FranceBoissons a une ambition : répondre aux besoins de la réouverture des 58 000 clients de FranceBoissons. S’adressant à un Café, Hôtel et Restaurant français sur quatre, le réseau de distribution mise sur trois tendances explique Marie Durillon, la nouvelle responsable de la catégorie vin de FranceBoissons.

Il s’agit d’abord de « proposer les incontournables de la reprise avec une bon rapport qualité/prix » explique la grossiste, pour qui il s’agit d’aller à l’essentiel avec un socle d’offres attractives pour lancer la saison en terrasses. Ce qui passe pas une offre musclée de rosés (de Provence, mais aussi du Lubéron ou de l’IGP Île de Beauté en BIB), de blancs d’apéritifs (comme un chardonnay/sauvignon de Loire certifié Terra Vitis) avec des prix accessibles ou des promotions impactantes. « Nous favorisons le 5 + 1 pour être facilitateur de commandes » note Marie Durillon.

Formats nomades
Le deuxième axe pris par FranceBoisson ce printemps est la mise en avant de petits formats de bouteilles. « C’est une nouveauté. Certains de nos clients ne savent pas que nous proposons des flacons de 25 cL. Il s’agit d’accompagner la vente à emporter et de la livraison » explique Marie Durillon, notant que les restaurants traditionnels n’ont pas l’habitude de mettre en avant la consommation de boissons à emporter. « Nous voulons les sensibiliser à la nécessité d’offrir des boissons adaptées. Pas seulement de l’eau et des softs, mais aussi du vin, qui est générateur de chiffre d’affaires » ajoute la responsable de catégorie. Prudent, FranceBoisson accompagne ce développement de rappels réglementaires sur la licence à posséder (voir encadré).

Précédant la crise du coronavirus, la troisième tendance du catalogue de FranceBoissons est l’appui des références locales. « Nous renforçant la tendance locavore, avec une personnalisation du catalogue selon nos cinq régions » rapporte Marie Durillon, qui maintient également son axe de développement éco-responsable (bio, HVE, etc.).

"Tester des choses"

Concernant les premières commandes suite à la réouverture du réseau CHR, « il est compliqué d’avoir des estimatifs de la reprise. Ça ne fait qu’une semaine, mais le catalogue va nous permettre de tester des choses et de voir si cela répond aux demandes exprimées pendant la fermeture » esquisse Marie Durillon. La prochaine étape pour FranceBoissons est de finaliser son catalogue d’août, qui se basera sur les retours à ses propositions actuelles.

 

Licences : de la vente à emporter à l’activité caviste

Concernant la vente à emporter d’alcool, tout dépend pour les CHR de leur licence indique FranceBoissons (précisant se dégager de toutes responsabilités concernant ces informations données à titre indicatif). « La petite licence à emporter autorise la vente à emporter pour les boissons de premier et troisième groupes (softs, bières, cidres, hydromel, crèmes de fruits, vin). La licence à emporter autorise la vente à emporter pour toutes les boissons dont la vente est autorisée (groupes 1 à 5 : tous softs et alcools) » précise le service juridique du distributeur, ajoutant que « les débits de boissons à consommer sur place de catégorie III ou IV peuvent vendre à emporter des boissons correspondant à la catégorie de leur licence sans cumuler les deux licences (sur place et à emporter) ».

Selon la licence de l’établissement, le développement d’une activité caviste est également envisageable. « À emporter ou en livraison, proposez votre carte des vins à "prix caviste" » indique FranceBoissons, qui encourage les restaurants à avoir une activité cavistes en proposant à la vente sa carte de vins au consommateur.


 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé