LE FIL

Huitième fortune nationale

Pierre Castel, le vigneron-négociant le plus riche de France

Samedi 01 juillet 2017 par Alexandre Abellan

Marronnier du début d’été, le numéro spécial « Fortunes de France » du magazine Challenges en est à sa vingtième édition.
Marronnier du début d’été, le numéro spécial « Fortunes de France » du magazine Challenges en est à sa vingtième édition. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Qui a dit que le vin ne rapportait pas ? Si le vignoble reste une danseuse pour certaines fortunes, il est une source de revenus pour fondamentale pour d’autres. Preuve en est avec le dernier classement Challenges.

Montant d’une place au classement 2017 des 500 fortunes professionnelles réalisé par le mensuel Challenges, Pierre Castel et sa famille représentent le huitième patrimoine français. Avec 11,5 milliards d’euros estimés, le fondateur du groupe Castel Frères peut prétendre au titre de première fortune du vignoble hexagonal (si l’on excepte les entrepreneurs pour lesquels vins et spiritueux représentent une fraction et non l’essentiel de l’activité*). Avec sa famille, le nonagénaire gère « un empire de la boisson, en Afrique avec les bières, en Europe avec les marques de vins Malesan, Patriarche, Kriter ou Listel, et les magasins spécialisés Nicolas » esquisse la rédaction de Challenges.

Le tout formant un patrimoine bien plus imposant que celui de son challenger alsacien, Joseph Helfrich, qui pilote le groupe Grands Chais de France et pointe à la place n°365 de ce classement (avec un patrimoine estimé à 200 millions €). Si Pierre Castel est le seul représentant 100 % boissons alcoolisées de ce top 10 des fortunes françaises, on en trouve bien plus dans le top 100. À commencer par Gilles Hennessy à la trente-et-unième, qui avec les familles Hennessy, Moët et Chandon représentent 2,94 milliards € de patrimoine (grâce aux actions du groupe LVMH).

De Rémy Cointreau à la DRC

À la trente-deuxième position (2,9 milliards €), on trouve Dominique Hébrard-Dubreuil, qui contrôle avec sa famille le groupe Rémy Cointreau, ainsi que le groupe Oeneo (bouchons Diam et Piedade, innovations Vivelys, tonnellerie Seguin Moreau…). À noter également pour les spiritueux Jean-Pierre et Édith Cayard du groupe la Martiniquaise à la soixante-deuxième position (1,3 milliard €). Plus viticole, la famille de vignerons-négociants bourguignons Faiveley arrive à la quatre-vingt-dix-huitième place, avec une fortune de 830 millions € (notamment grâce aux actions de l’équipementier Wabtec, échangées contre des parts de Faiveley Transport fin 2016).

À noter dans le reste du classement Frédéric Rouzaud (champagnes Louis Roederer, n°108 avec 785 millions €), Philippe Sereys de Rothschild (Baron Philippe de Rothschild, n°110 avec 775 millions €), Corinne Metzelopoulos (château Margaux, n°135 avec 640 millions €), Éric et Robert de Rothschild (Lafite Rotschild, n°151 avec 580 millions €), Jean François (Tonnellerie François Frères, n°153 avec 560 millions €), Michel Reybier (Domaines Reybier, n°154 avec 550 millions €), Jean-Jacques Frey (notamment Paul Jaboulet Aîné, n°166 avec 520 millions €), Jean-François et Jean Moueix (groupe Videlot, n°202 avec 420 millions €)… Sans oublier les copropriétaires du Domaine de la Romanée-Conti, avec Aubert de Villaine, n°259 avec une fortune estimée à 335 millions €, Lalou Bize-Roy, n°321 avec 250 millions €, et Henry-Frédéric Roch, n°388 avec 190 millions €.

 

 

* : Comme Bernard Arnault (groupe LVMH, avec les cognacs Hennessy et champagnes Moët & Chandon…) qui trône au premier rang des fortunes françaises (46,9 milliards €), ou Serge Dassault (n°5 avec le groupe Marcel Dassault, avec les châteaux Dassault, Flechas de los Andes…), ou Benjamin de Rotschild (n°20 avec le groupe Edmond de Rothschild, avec six propriétés), ou Jean-Claude Fayat (n°51 avec Fayat BTP, avec les châteaux La Dominique, Clément-Pichon…), ou Christopher Descours (n°76, groupe EPI ayant repris les champagnes Charles et Piper-Heidsieck…).

Estimations contestées

Réalisé depuis 1996 par la rédaction de Challenges, cette liste se nourrit essentiellement d’estimations des patrimoines et participations dans diverses sociétés. Ce qui en rend les chiffres contestables. Ce que ne manquent pas de faire valoir certaines fortunes, contestant ces évaluations. Comme Michel Chapoutier (groupe M. Chapoutier, n°413 avec 170 millions€) ou Bernard Magrez (Bernard Magrez Grands Vignobles, n°130 avec 650 millions €). Ce qui n'empêche pas ce dernier de placer deux publicité dans ce numéro spécial, une pour ces quatre grands crus classés et une pour son hôtel-restaurant à Bordeaux.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé