LE FIL

Canada dry du vin

Le Petit Béret promet le goût du vin sans alcool et sans fermentation

Vendredi 04 novembre 2016 par Michèle Trévoux

Fathi Benni, fondateur du Petit Béret : « Ce sont de nouveaux débouchés que nous proposons aux viticulteurs du Languedoc-Roussillon en recrutant des consommateurs qui ne consomment pas de vin ».Fathi Benni, fondateur du Petit Béret : « Ce sont de nouveaux débouchés que nous proposons aux viticulteurs du Languedoc-Roussillon en recrutant des consommateurs qui ne consomment pas de vin ». - crédit photo : DR
Start up biterroise, le Petit Béret a développé une technologie innovante pour obtenir, à partir du raisin et sans fermentation, une boisson sans alcool mais avec le goût du vin. Elle vise le marché colossal des consommateurs qui ne boivent pas d’alcool.

Il a l’apparence du vin, le goût du vin, mais ce n’est pas du vin. Le Petit Béret, lancé par la start up biterroise éponyme, est le fruit de 5 années de recherche et développement en partenariat avec l’Inra de Pech Rouge et le CTCPA d’Avignon (Centre Technique de conservation des produits agro-alimentaires). Le créateur de l’entreprise, Fathi Benni, diplômé d’une école de commerce avec deux ans de spécialisation à Montpellier Supagro, a développé avec son frère Rachid, ingénieur des Mines d’Alès, un process pour transformer un jus de raisin en une boisson dont les caractéristiques organoleptiques se rapprochent du vin, sans passer par l’étape de la fermentation alcoolique. « Ce n’est pas un vin désalcoolisé, où l’on retrouve toujours des traces d’alcool (entre 0,8 % et 2,6 %). Nous travaillons à partir des moûts, dont nous extrayons le sucre pour arriver à des teneurs d’environ 30 g/l, avec un pH comparable à celui du vin », explique Fathi Benni.

A LIRE AUSSI

Vins sans alcool
Progression de 25% pour la gamme Bonne Nouvelle
Marché des vins sans alcool
Pierre Chavin fait mouche au SIAL

Secret de fabrication oblige, impossible d’en savoir plus sur cette nouvelle technologie si ce n’est qu’elle respecte le caractère naturel du raisin : la boisson ne contient ni sulfite, ni alcool, ni conservateur, mais exprime les arômes des cépages notamment la syrah en rouge, le grenache et le cinsault en rosé et le sauvignon en blanc. « Nous avons travaillé un an sur la stabilité du produit, pour trouver le moyen d’éviter tout départ en fermentation. La solution provient à la fois du process et du contenant, notamment des capsules qui sont parfaitement hermétiques », confie Fathi Benni. Pour travailler l’expression aromatique de cette boisson innovante, le jeune créateur a fait appel à Dominique Laporte, meilleur sommelier de France en 2004, qui peaufine les assemblages.

Un produit qui cible les non consommateurs de vin

« Le Petit Béret ne viendra pas cannibaliser le marché du vin. Il s’adresse à une autre cible : tous ceux qui pour une raison ou une autre ne peuvent ou ne veulent pas consommer d’alcool : diabétiques, femmes enceintes, musulmans… Un potentiel colossal puisqu’on compte 1,5 milliard de consommateurs musulmans dans le monde », poursuit le jeune entrepreneur. Le produit a d’ailleurs été testé à Dubaï lors du salon Gulfood en février 2016. « C’est la seule boisson au monde aux caractéristiques organoleptiques du vin véritablement Halal car elle n'a jamais eu de trace d'alcool ! », précise-t-il.

Lauréate du concours national des entreprises agro alimentaires en 2015 et du concours agropole 2016 organisé par le Sénat, la start up biterroise a déjà commercialisé 10 000 bouteilles en France depuis le mois de mai. Ses trois produits (rouge, rosé et blanc) sont en rayon dans les magasins Carrefour du Languedoc-Roussillon au prix de 5 € la bouteille. « Ce sont de nouveaux débouchés que nous proposons aux viticulteurs du Languedoc-Roussillon en recrutant des consommateurs qui ne consomment pas de vin » assure Fathi Benni qui, avec le soutien de sud de France, souhaite assurer son sourcing dans le vignoble languedocien. Lors de ces dernières vendanges, il s’est approvisionné en raisins dans le vignoble régional pour produire 200 000 cols cette année.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
craoux Le 07 novembre 2017 à 10:05:16
Que fait-on des sucres filtrés ou séparés (osmose inverse ... probablement ?) puisque le process consiste - pour partie - à faire tomber la teneur en sucres de 200-210 g/l à 30 g/l ? N'est-il pas aberrant d'engager des coûts de production sur les exploitations afin de porter des raisins "sains" à maturité (que ce soit en culture raisonnée ou en culture biologique) si l'objectif est de ne pas les vinifier ? ... je trouve que la démarche n'est pas rationnelle au plan agronomique et pour le moins surprenant au plan économique. De plus, il faut s'interroger sur la décision de dédier sa récolte de raisins à ce débouché dès lors qu'elle engagera un bilan CO2 dont on pourrait se passer ! .. quant à l'approche consumériste (le marché des consommateurs musulmans clairement ciblé), je me demande s'il ne serait pas intellectuellement tout aussi - voire plus ? - acceptable de proposer une boisson non issue du raisin (certes, industrielle) et contenant des arômes de cépages ? ... Sur le fond, j'ai quand même du mal à comprendre le sens de l'attente (supposée) de ces consommateurs à qui la consommation de vin est interdite et à qui l'on proposerait une boisson qui avait tout pour être potentiellement du vin mais qui n'en est plus par la magie de son mode d'élaboration ! ... Avec les Paradises papers, on nous fait la démonstration que l'optimisation fiscale est, certes, immorale mais légale, et qu'elle n'est donc pas une fraude. Se méfier es apparences. Pour un Musulman pratiquant, est-ce que boire un "vin" affiché cana-dry relève encore de l'observance de la pratique rigoriste de sa religion ? .. ne serait-ce pas peu ou prou simplement transgressif ? ... Bref, j'ai un peu de mal avec la sincérité du postulat du business plan de cette start-up.
BOUKILI Patricia Le 05 novembre 2017 à 11:57:32
C'est une excellente idée. Je ne bois pas d'alcool .Lorsque je suis invitée , cela pose problème de ne pas pouvoir trinquer avec les amis. Vraiment bravo et je ne doute pas que ça va marcher . Pouvez vous m'indiquer un moyen de se procurer "Le petit béret" sur PARIS
Xavier Le 07 novembre 2016 à 10:50:13
Bonjour. j'aimerai apporter un petit complément sur le taux d'alcool présent dans un vin désalcoolisé. Il est annoncé dans cet article un taux qui varie entre 0,8 % et 2,6 %. Je pense qu'il peut être encore inférieur. Pour l'avoir déjà goutté, la gamme de vin désalcoolisé "la Côte de Vincent" contient 0,3% d'alcool.
Sommelier 33 Le 05 novembre 2016 à 09:26:53
Je croyait que les arômes se développés lors de la fermentation alcoolique...
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé