X

Jacques Cheminade ( Solidarité et progrès )
« Il faut éduquer les jeunes au vin »

Crédit photo : DR
Quelle est/sont le ou les enjeux stratégiques pour la vigne et le vin français pour les cinq ans à venir ?
La filière viticole est un fleuron de l'agriculture française. Elle génère de nombreux emplois non délocalisables. Elle constitue un des principaux postes excédentaires de notre balance commerciale. Il convient de tout faire pour préserver cette situation et en particulier sa capacité exportatrice. En plus de la défense des points forts traditionnels, les vins de qualité (AOP, IGP), il conviendra d'être attentif aux opportunités de nouveaux débouchés comme les produits à base de vin, qui pourraient apporter un relais de croissance pour le volume des exportations.

Comment articuler une politique de santé protégeant contre l'alcoolisme tout en préservant les intérêts économiques de la filière vin ?
Les jeunes ne sont pas tous attirés par la consommation de vin. Il faut les éduquer à la connaissance du vin comme produit du terroir. C'est avec des consommateurs responsables, plus portés sur la qualité que sur la quantité, que l'on confortera un marché intérieur solide, base indispensable pour l'économie de la filière, tout en évitant les excès de l'alcoolisme.

Faut-il défendre la spécificité du vin dans la politique européenne ?
Le vin n'est pas comme les autres denrées agricoles qui s'échangent à des prix bradés sur le marché mondial. Sa spécificité doit être défendue dans la politique européenne à travers la promotion et la défense des appellations et des indications géographiques. Dans la période à venir il faudra être particulièrement vigilant à ce sujet dans la négociation des traités transatlantiques (CETA ou TAFTA).

La gestion de la problématique environnementale passe-t-elle prioritairement par une meilleure définition des règles d'utilisation des produits phytosanitaires ou la création d'un contexte d'émulation collective au sein des groupes de viticulteurs ?
La question des produits phytosanitaires touche à l'environnement, mais aussi à la santé des viticulteurs. C'est donc par la prise de conscience de leur intérêt bien compris que l'on pourra évoluer vers une amélioration des pratiques. L'émulation collective est un moyen qui s'est révélé efficace dans le passé pour la diffusion du progrès technique en agriculture. Aujourd'hui l'arrivée de l'agriculture de précision ouvre des perspectives prometteuses pour améliorer la protection des cultures tout en réduisant les doses de produits de traitement.

En matière de vin, avez-vous une région favorite ? Etes-vous plutôt vin de copain pour la convivialité, vin d'artistes pour l'hédonisme, ou autre ?
Je suis plutôt « vin de copains » ou « de dégustation ». Pour moi explorer en commun la qualité et les nuances des crûs accompagnés de plats qui se marient avec eux, crée un moment de bonheur, échappant au stress qui imprègne la société actuelle.