Accueil / Oenologie / Carton plein pour les vins issus de vignes sous panneaux solaires
Carton plein pour les vins issus de vignes sous panneaux solaires
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Dégustation comparative
Carton plein pour les vins issus de vignes sous panneaux solaires

Le constructeur Sun’Agri a profité du salon Dionysud pour organiser une dégustation de vins de chardonnay, de grenache et de marselan issus de vignes protégées par des ombrières photovoltaïques.
Par Marion Bazireau Le 18 novembre 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Carton plein pour les vins issus de vignes sous panneaux solaires
Les dégustateurs ont vite reconnu les vins issus des vignes protégées du soleil. - crédit photo : Marion Bazireau
S

un’Agri demande toujours à ses clients de planter les mêmes vignes sous les ombrières photovoltaïques et sur une zone témoin les jouxtant. « Cela nous permet de réaliser un suivi agronomique et de démontrer que les bénéfices de l’installation sur la production » indique Damien Fumey, responsable R&D de la société.

Ce 15 novembre, Damien Fumey peut ainsi faire déguster aux visiteurs du salon Dionysud les vins issus du démonstrateur installé en 2018 chez Pierre Escudié à Tresserre, dans les Pyrénées-Orientales. « Le vigneron a planté 4,5 hectares de grenache blanc, de chardonnay, et de marselan sous les panneaux et 3 hectares des mêmes cépages et porte-greffes sans protection contre le soleil. Ils ont été vendangés à la machine le même jour et vinifiés selon le même protocole par la Chambre d’agriculture » explique Damien Fumey en ouvrant deux premières bouteilles de grenache blanc de 2021, en quatrième feuille.

Une fois servis, les participants doivent deviner quel vin est issu de la modalité ombragée. « Il n’y a pas de grosses différences, mais je pense que c’est celui de gauche. Il est moins coloré. Au nez, je le trouve plus fin, et en bouche, moins tannique » lance l’un d’eux. Les autres acquiescent. Ils ont raison.

Décalages de maturité

« Même si 2021 était plus pluvieuse que 2022, les raisins issus des vignes protégées lors des fortes périodes de rayonnement solaire ont moins perdu d’acidité, et se sont moins chargés en sucres et en composés phénoliques » décrit le responsable R&D.

En dégustant le chardonnay et le marselan, les participants perçoivent encore mieux le décalage de maturité. Les analyses de la Chambre d’Agriculture le confirment. « Le chardonnay protégé est à 12,5 % d’alcool contre 13,5 % pour le témoin. Sur marselan, le premier est à 13,5 % contre 15 % pour le témoin. Côté polyphénols, j’ai un IPT de 36 contre 53 » continue Damien Fumey.

Les participants sont convaincus. Ils ne sont pas seuls : Sun’Agri travaille actuellement sur une vingtaine d’installations d’ombrières photovoltaïques dans tout le vignoble de l’arc méditerranéen. 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
Albert Le 19 novembre 2022 à 13:09:35
C'est super comme idée de dégrader ainsi la physionomie d'un vignoble ! .. est-ce véritablement une voie raisonnable alors que l'oenotourisme a le vent en poupe ? .. j'ai déjà bcp de mal à "accepter" le spectacle de ces parcs voltaïques qui sont implantés là où la nature est considérée comme hostile à l'Homme, alors rien que d'imaginer ces lendemains où les ombrières voltaïques nous seront imposées et gâcheront la beauté de nos vignobles, je serai capable d'arrêter de boire du vin.
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé