Accueil / Viticulture / De Chinon à Valençay, de belles vendanges 2022
De Chinon à Valençay, de belles vendanges 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Malgré la sécheresse
De Chinon à Valençay, de belles vendanges 2022

Les vendanges viennent de s’achever en Indre-et-Loire et Loir-et-Cher et elles ont de quoi donner le sourire aux vignerons : les pluies de septembre ont permis d’obtenir d’atteindre des maturités optimales, une belle qualité et les rendements sont au rendez-vous.
Par Ingrid Proust Le 20 octobre 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
De Chinon à Valençay, de belles vendanges 2022
Qualité et volume ont été au rendez vous des vendanges 2022 pour nombre de vignerons ligériens, comme ici à Montlouis. - crédit photo : Ingrid Proust
«

 C’est un truc de dingue, un millésime frais et solaire à la fois, avec des arômes exceptionnels de fruits rouges qui pourraient surpasser 1989, de la structure, de la longueur, un équilibre parfait ». Pour Fabrice Gasnier, le président de l’Organisme de Défense et de Gestion (ODG) de l'appellation Chinon, pas de doute, le millésime 2022 sera de haute qualité. « Les vignes ont manqué d’eau, mais elles sont restées vertes. La sécheresse a un moins d’impact que ce que l’on craignait ». Un constat partagé de l’autre côté de la Loire, à Saint-Nicolas-de-Bourgueil, par le président de l’ODG, Patrick Olivier : « le millésime présente plus de fraîcheur que ce à quoi l’on s’attendait au vu de la somme de températures enregistrées cette année et la sécheresse. Les pluies de septembre ont fait du bien aux raisins. Nous avons beaucoup d’arômes de fruits mûrs. Les acidités basses à la récolte n’ont pas été un problème, elles sont remontées au cours des fermentations ». Le vigneron de Saint-Nicolas annonce un rendement moyen autour de 50 hl/ha, tandis que son confrère de Chinon évoque des volumes entre 40 et 43 hl/ha de moyenne.

A Vouvray, le président de l’ODG, Alain Le Capitaine, a lui aussi le sourire face à ce millésime qu’il qualifie « d’agréable surprise » : « Au 15 août dernier, nous n’aurions pas imaginé de telles vendanges, avec des rendements nettement supérieurs à 50 hl/ha. Les acidités étaient plutôt basses mais les vins ont de la tension. Côté arômes, un millésime chaud n’est jamais très aromatique mais les cuves sentent déjà bon dans les caves ». A Montlouis-sur-Loire, le président de l’ODG Damien Delecheneau ne cache pas sa  joie face à un millésime plus généreux en volume que ces dernières années, doté « d’un très bon potentiel aromatique, et avec de la fraîcheur, les degrés étant restés autour de 12/13° ».

Qualité sanitaire et vins équilibrés

Dans le Loir-et-Cher, en appellation Touraine, le bilan des vendanges 2022 est également positif pour Nicolas et Philippe Oudart, vignerons à Monthou-sur-Cher : « les vignes ont moins souffert de la sécheresse qu’en 2020. Nos cots ont atteint leur maturité phénolique et ils sont très floraux. Nos sauvignons sont également très aromatiques. Nous avons récolté en moyenne plus de 40 hl/ha dans les vignes qui n’ont pas été grêlées». Pour Stéphane Dubreuil, vigneron à Couddes, 2022 associe « qualité, aromatique et volume, plus de 60 hl/ha en moyenne en Touraine blanc ». Responsable du pôle viticulture-œnologie à la chambre d’agriculture du Loir-et-Cher, Anne Buchet a constaté « une qualité sanitaire parfaite et des vins équilibrés malgré le manque d’acidité ». « Les sauvignons sont peu thiolés en raison de l’année chaude, ils ont des arômes de pêches jaunes, de mangue… Les pinots noirs ont des couleurs superbes, des tanins très ronds, les cots sont très floraux ou très épicés. »

Du côté du nord de l’Indre, à Valençay, le président de l’ODG Olivier Sinson se réjouit lui aussi : « c’est un beau millésime. Les blancs sont fruités, les maturités ont été optimales pour les rouges, les vins sont équilibrés, et les vignerons ont tous plus ou moins atteint les rendements du cahier des charges (55 ou 60 hl/ha). L’année a été en outre peu stressante, avec peu de maladies au vignoble. On signerait pour un tel millésime tous les ans ! ».


 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2023 - Tout droit réservé